UN LI­BA­NAIS RÉ­VO­LU­TIONNE LE MAR­CHÉ DE L’AMOUR

Le Mensuel Magazine - - Économie Start-up -

Ju­lian Smi­da n’a que 21 ans lors­qu’il ima­gine Wango, une nou­velle ap­pli­ca­tion de ren­contres, dé­ve­lop­pée pour mettre les femmes en confiance dans le pro­ces­sus de ren­contre vir­tuel.

«Mon frère et moi avions plu­sieurs amies filles qui nous ra­con­taient com­bien il leur était dif­fi­cile de se faire res­pec­ter sur les ap­pli­ca­tions de ren­contres tra­di­tion­nelles, ex­plique Ju­lian Smi­da. Elles su­bis­saient des ap­proches sou­vent agres­sives, par­fois trop crues et ne se sen­taient pas tou­jours en sé­cu­ri­té pour al­ler jus­qu’à une vraie ren­contre via ces pla­te­formes». Au dé­part pen­sé pour faire de belles ren­contres, le «da­ting» s’est vite trans­for­mé en vé­ri­table apo­ca­lypse de l’amour, constate le jeune en­tre­pre­neur. Consé­quence: les hommes sont beau­coup plus nom­breux à uti­li­ser ces pla­te­formes, ce qui crée un dés­équi­libre sur le mar­ché de l’amour. «Nous nous sommes dit qu’il fal­lait ima­gi­ner une nou­velle ap­pli­ca­tion de ren­contres, qui met­trait les femmes au coeur du pro­ces­sus, ex­plique M. Smi­da. C’est ain­si qu’est née Wango. Les hommes qui sou­haitent s’ins­crire sur l’ap­pli­ca­tion doivent si­gner La Charte du Gent­le­man, dans la­quelle ils pro­mettent de se confor­mer à un code de bonnes ma­nières. Si deux uti­li­sa­trices au moins dé­cident qu’un homme ne mé­rite plus ce titre, l’homme ju­gé in­dé­li­cat perd sa mé­daille». Autre in­no­va­tion: c’est l’ap­pli­ca­tion elle-même, grâce à un al­go­rithme dé­ve­lop­pé par l’équipe de Wango, qui dé­ci­de­ra du bon mo­ment pour pro­po­ser une ren­contre, en se ba­sant sur le temps et la lon­gueur des conver­sa­tions amor­cées. «Nous n’avons pas ac­cès au conte­nu des conver­sa­tions, pré­cise M. Smi­da, mais nous avons un al­go­rithme qui per­met de sa­voir si deux in­di­vi­dus ont suf­fi­sam­ment échan­gé avant de per­mettre une ren­contre».

À LA CONQUÊTE DU MONDE. Di­plô­mé en Gé­nie in­for­ma­tique et de Ges­tion à Londres, M. Smi­da au­rait pu lan­cer son bu­si­ness de n’im­porte où. «J’ai choi­si de le faire de Bey­routh, pour pro­fi­ter du foi­son­ne­ment de la scène en­tre­pre­neu­riale», pré­cise-t-il.

Avec Wango, Ju­lian Smi­da et son équipe ont pour am­bi­tion de ré­vo­lu­tion­ner l’image du da­ting, en com­men­çant par le Li­ban, mais en se lan­çant en­suite à la conquête du monde.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.