TRANS­FOR­MER LES EN COM­PÉ­TENCES

SMART ESA

Le Mensuel Magazine - - Université -

Pour com­prendre la nais­sance de cette ini­tia­tive, il faut re­ve­nir deux ou trois ans en ar­rière et exa­mi­ner de près la po­li­tique en­tre­prise par la Banque du Li­ban (BDL), qui pré­side, avec l’am­bas­sade de France, le Conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de l’esa. Cette po­li­tique consiste à mettre en place un éco­sys­tème dy­na­mique, in­ci­tant les banques à in­ves­tir da­van­tage dans l’éco­no­mie réelle, dans le but de pro­mou­voir la crois­sance éco­no­mique et la créa­tion d’em­plois. «Or, ce que nous consta­tons de nos jours, c’est que l’éco­sys­tème au Li­ban est en train de se consti­tuer de ma­nière très ra­pide, d’où la né­ces­si­té, pour l’esa, d’ac­com­pa­gner un tel mou­ve­ment, sur­tout que nos étu­diants, quel que soit leur âge, sont tous des créa­teurs d’en­tre­prises ou cherchent à le de­ve­nir», af­firme Sté­phane At­ta­li, di­rec­teur gé­né­ral de l’éta­blis­se­ment. C’est dans ce sens qu’une étude à 360 de­grés a été ef­fec­tuée pour ten­ter de re­pé­rer ce dont ont réel­le­ment be­soin les start-up au Li­ban, ce qui a per­mis de mon­ter le pro­jet Smart ESA, dont l’une des prin­ci­pales de­vises est «From ta­lents to skills» (trans­for­mer des ta­lents en com­pé­tences). L’ob­jec­tif de Smart ESA consiste ain­si à ac­com­pa­gner la construc­tion de l’éco­sys­tème vou­lu par la BDL, par le biais de for­ma­tions pri­vi­lé­giant la maî­trise de l’in­no­va­tion, de la créa­ti­vi­té, de l’en­tre­pre­neu­riat et du nu­mé­rique, et per­mettre, par consé­quent, aux start-up d’évo­luer vers de pe­tites et moyennes en­tre­prises et, pour­quoi pas, vers de grands groupes.

Seule bu­si­ness­school au Li­ban, l’ecole su­pé­rieure des af­faires (Esa), qui fête cette an­née son 20 e an­ni­ver­saire, lance un nou­veau pro­jet: le

Smart ESA.

AU SER­VICE DU DÉ­VE­LOP­PE­MENT. «Dans cet uni­vers très nou­veau de ‘‘Know­ledge eco­no­my’’ et d’éco­no­mie du di­gi­tal que veut pro­mou­voir la BDL, notre but est d’ac­com­pa­gner les ta­lents, les en­tre­prises et les ac­teurs ac­tuels de la vie éco­no­mique à prendre le vi­rage pro­vo­qué par l’ir­rup­tion du nu­mé­rique dans le monde qui a eu un im­pact im­por­tant sur le bu­si­ness­mo­del, sur les re­la­tions avec les clients, sur l’or­ga­ni­sa­tion in­terne des en­tre­prises et sur toute la chaîne de va­leur ajou­tée au sein de cette der­nière», ajoute M. At­ta­li.

Smart ESA consti­tue, dans cette pers­pec­tive, un uni­vers, un nou­vel éco­sys­tème ou­vert à l’en­semble de l’en­vi­ron­ne­ment éco­no­mique li­ba­nais, sans être uni­que­ment ré­ser­vé aux étu­diants de l’esa.

Un par­te­na­riat a été si­gné entre l’esa et les in­cu­ba­teurs de la ville de Pa­ris, afin d’éta­blir des in­ter­ac­tions entre les écosystèmes des deux pays.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.