35

Mil­lions $

Le Mensuel Magazine - - Économie -

PAS DE VOL. Mo­na Suk­ka­rieh émet des ré­serves con­cer­nant le dé­tour­ne­ment des res­sources pé­tro­li­fères du Li­ban par les pays avoi­si­nants. A Chypre, le champ ga­zier Aphro­dite, dé­cou­vert en 2011 par la com­pa­gnie amé­ri­caine Noble Ener­gy, n’a pas en­core été dé­ve­lop­pé. La rai­son est l’ab­sence de clien­tèle et donc l’ab­sence de contrat de vente préa­lable aux opé­ra­tions d’ex­ploi­ta­tion oné­reuses. Pour ce qui est d’is­raël, le champ le plus proche du Li­ban-sud, du nom de Ka­rish, se trouve à en­vi­ron 5 km de la fron­tière. Il y a une crainte au Li­ban que le dé­ve­lop­pe­ment de Ka­rish s’ac­com­pagne de vol des res­sources li­ba­naises. Mais Ka­rish n’est, pour le mo­ment, pas opé­ra­tion­nel, tout comme le champ qui se trouve un peu plus loin du nom de Ta­nin. Les rai­sons sont stric­te­ment liées à des ques­tions in­ternes à Is­raël, qui in­ter­dit le mo­no­pole. Une com­pa­gnie grecque vient d’ac­qué­rir les droits d’ex­ploi­ta­tion de Ka­rish et de

Ta­nin, mais l’en­tre­prise est confron­tée à des dé­fis de taille. Le champ opé­ra­tion­nel, connu sous le nom de Ta­mar, est as­sez loin des fron­tières li­ba­naises. C’est la somme ré­col­tée par l’etat li­ba­nais à la suite des tra­vaux de re­cen­se­ment sis­mique ef­fec­tués, avant 2013, dans la zone off­shore, par deux so­cié­tés, bri­tan­nique et nor­vé­gienne.

DER­NIER MOT. Les mul­ti­na­tio­nales de dragage pé­tro­lier se tournent une nou­velle fois vers l’egypte, où a été dé­cou­vert, en août 2015, un gi­se­ment ga­zier im­por­tant, Zohr, avec des ré­serves es­ti­mées à en­vi­ron 30 bil­lions de pieds cubes.

La dé­cou­verte de Zohr a en­traî­né un regain d’in­té­rêt pour l’ex­plo­ra­tion dans le bas­sin orien­tal de la Mé­di­ter­ra­née, un in­té­rêt qui se ré­per­cu­te­ra, on l’es­père, sur le Li­ban?

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.