BDL

Le Mensuel Magazine - - Économie -

La Banque du Li­ban (BDL) fait un sui­vi étroit de l’ac­ti­vi­té d’em­prunt ban­caire, mul­ti­pliant les cir­cu­laires pour un en­ca­dre­ment lé­gal qui mi­ni­mi­se­rait toute pos­si­bi­li­té de dé­faut de paie­ment grave. Le contrôle de l’ac­ti­vi­té de prêt est ren­for­cé par une cen­tra­li­sa­tion, une trans­pa­rence et, sur­tout, une fa­ci­li­té d’ac­cès à l’in­for­ma­tion sur le pro­fil fi­nan­cier du client, qui se tra­duit, entre autres, par le fonc­tion­ne­ment ir­ré­pro­chable de la Cen­trale des risques. Sans ou­blier l’aver­sion na­tu­relle du Li­ba­nais à une prise de risque non cal­cu­lée. La struc­ture de la ré­par­ti­tion sec­to­rielle des prêts n’a presque pas chan­gé de­puis au moins 5 ans.

A l’heure de l’in­clu­sion fi­nan­cière, cer­taines banques li­ba­naises se­raient in­té­res­sées par faire ac­cé­der des clients moins for­tu­nés à des prêts. Elles les aident à dé­mys­ti­fier les éta­blis­se­ments ban­caires et à fran­chir le pas en contrac­tant une avance.

«Fran­sa­bank est pion­nière dans le do­maine de l’in­clu­sion fi­nan­cière, no­tam­ment le sou­tien aux groupes mar­gi­na­li­sés et aux per­sonnes à faible re­ve­nu, en les fai­sant pro­fi­ter de

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.