TRA­VAIL D’ÉQUIPE

Le Mensuel Magazine - - Économie -

et de­mie pas­sées à La Pa­rilla, il ne lui res­tait plus grand-chose à faire, à part as­su­rer une cer­taine pré­sence. «Je me suis alors dit pour­quoi pas un autre res­tau­rant? C’est ain­si que Yas­mi­na, qui porte le nom de ma fille, est né. Nous l’avons fer­mé, mais nous le rou­vri­rons bien­tôt». Un peu plus que deux an­nées plus tard, Mme Hayek dé­cide de réa­li­ser son rêve et d’ou­vrir un res­tau­rant li­ba­nais. Em Shé­rif (qui porte le nom de son fils) voit le jour. Six ans plus tard, l’en­droit conti­nue à être un in­con­tour­nable et un haut lieu de la gas­tro­no­mie li­ba­naise. Le der­nier nou­veau-né de la chaîne est le Em Shé­rif Ca­fé.

Les pro­jets de Mi­reille Hayek ne s’ar­rêtent pas là. «Je pen­sais qu’em Shé­rif Ca­fé se­rait le der­nier mais, bien­tôt, Em Shé­rif by the sea s’ins­tal­le­ra au Aï­sh­ti sea­side, avec comme spé­cia­li­té le pois­son et les fruits de mer. Avant, ça me pre­nait quelques an­nées pour pas­ser d’un res­tau­rant à un autre. Au­jourd’hui, quelques mois à peine me semblent suf­fi­sants», confie Mi­reille Hayek.

Ses 150 em­ployés sont comme sa fa­mille. «Je suis sé­vère et stricte avec eux. Je les traite comme mes en­fants. Quand ils gaffent, je les ré­pri­mande et, quand ils font bien leur tra­vail, je les ré­com­pense». C’est un tra­vail d’équipe qui lui per­met de créer des re­cettes. «En dor­mant la nuit, je pense aux re­cettes et, le ma­tin, j’ar­rive au res­tau­rant avec de bonnes idées». Le se­cret de sa réus­site? «Le sou­tien de mon ma­ri et de mes en­fants». Pour elle, le suc­cès, c’est sa­voir ce qu’on aime faire et réa­li­ser son rêve. «Il faut cher­cher et dé­cou­vrir en soi une pas­sion pour quelque chose». Mais le suc­cès, Mi­reille Hayek ne le voit pas et ne le sent pas. «Il n’est ja­mais ac­quis. Pour moi, chaque re­pas est un nou­veau chal­lenge». Ses 150 em­ployés sont comme sa fa­mille et elle les traite comme ses en­fants.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.