LA LI­BER­TÉ D’EX­PRES­SION EN­CORE ET EN­CORE

Le Mensuel Magazine - - Jeux -

l’ombre d’un doute. Dans tout autre pays, même ceux se pré­va­lant d’un res­pect pous­sé des droits et li­ber­tés, ce genre d’in­sultes au­rait en­gen­dré une pro­cé­dure. La di­gni­té de la col­lec­ti­vi­té n’est pas in­fé­rieure à celle de l’in­di­vi­du. La ques­tion qui se pose, c’est: «quelle au­to­ri­té doit prendre en charge un cas pa­reil?».

Le Bu­reau pour la lutte contre les cy­ber-crimes, créé il y a quelques an­nées au sein des Forces de sé­cu­ri­té in­té­rieure (FSI), joue un rôle im­por­tant dans un monde de plus en plus in­for­ma­ti­sé, où l’es­pace cri­mi­nel croît au­tant que de nou­velles in­no­va­tions tech­no­lo­giques sont in­tro­duites presque tous les jours. Mais est-ce qu’une équipe d’of­fi­ciers et de po­li­ciers (de ce bu­reau ou de toute autre agence de sé­cu­ri­té) ou bien d’un des­pote clé­ri­cal comme le RP (Abdo) Abou Kasm peuvent-ils se pré­va­loir d’un rôle aus­si sen­sible que de dé­ter­mi­ner si une in­sulte pu­blique mé­rite d’être cri­mi­na­li­sée et faire l’ob­jet d’une ar­res­ta­tion? N’est-ce pas le rôle de l’au­to­ri­té ju­di­ciaire de la faire?

Le coeur du dé­bat n’est pas si Bas­sel a le droit de s’ex­pri­mer ou pas. Toute per­sonne doit pou­voir s’ex­pri­mer li­bre­ment, tout en sa­chant que l’exer­cice de la li­ber­té exige aus­si de rendre compte en cas d’in­frac­tion. A cette fin, il faut que le pou­voir lé­gis­la­tif bouge, en­fin, pour que la Loi dé­fi­nisse plus clai­re­ment les at­teintes à la li­ber­té d’ex­pres­sion pas­sibles de pour­suite. Le rôle de l’ap­pa­reil ju­di­ciaire, et non pas des agences de sé­cu­ri­té, est de s’as­su­rer que ce que tous les «Bas­sel» du monde disent ne porte pas at­teinte à la di­gni­té des autres, in­di­vi­dus ou col­lec­ti­vi­tés, pré­si­dents, mi­nistres ou ci­toyens or­di­naires. Si­mul­ta­né­ment, le rôle de la Jus­tice est de s’as­su­rer que les per­sonnes qui, à tra­vers l’ex­pres­sion de leur point de vue, trans­gressent la di­gni­té des autres, ne sont pas sou­mises à des pour­suites ex­ces­sives, des ar­res­ta­tions ar­bi­traires ou autres formes de me­sures ré­pres­sives, dont la seule consé­quence est de res­treindre en­core plus l’es­pace de la libre ex­pres­sion dans un pays dont la seule planche de sa­lut reste son res­pect (re­la­tif) des li­ber­tés, en com­pa­rai­son avec son en­tou­rage bouillon­nant et au­to­crate.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.