EN­TRE­PRE­NEU­RIAT SO­CIAL

A l’oc­ca­sion du 1er Som­met des en­tre­pre­neurs so­ciaux or­ga­ni­sé au Li­ban par Ma­ke­sense, pla­te­forme fran­çaise ai­dant au dé­ve­lop­pe­ment des start-up so­ciales dans le monde, Ma­ga­zine a ren­con­tré Gil­bert Dou­met, en­tre­pre­neur so­cial et fon­da­teur de Beyond Re­form

Le Mensuel Magazine - - Sommaire -

Une so­lu­tion au chaos li­ba­nais

Qu’est-ce-qu’être en­tre­pre­neur so­cial au Li­ban? Un en­tre­pre­neur so­cial est une per­sonne qui aime ter­ri­ble­ment les pro­blèmes! Au Li­ban, il en existe suf­fi­sam­ment pour qu’un in­no­va­teur les trans­forme en de for­mi­dables op­por­tu­ni­tés. Nous avons des pro­blèmes de gou­ver­nance, d’eau, d’élec­tri­ci­té, de cor­rup­tion, de ré­fu­giés, d’em­bou­teillages, de pou­belles… qui consti­tuent au­tant de sources d’ins­pi­ra­tion pour un créa­teur de start-up dont le but doit être de trans­for­mer ces pro­blèmes en so­lu­tions et en­suite, en po­li­tiques pu­bliques. L’en­tre­pre­neur li­ba­nais est ce­lui qui re­fuse l’émi­gra­tion et le clien­té­lisme et qui met sa tech­no­lo­gie et son in­no­va­tion au ser­vice de la jus­tice so­ciale de son pays. L’en­tre­pre­neu­riat so­cial est-il des­ti­né à tout le monde? Je di­rais même que l’en­tre­pre­neu­riat so­cial est en­core plus no­va­teur en l’ab­sence de moyens. C’est sou­vent ceux qui ont le moins de res­sources, d’édu­ca­tion mais une pas­sion af­fir­mée pour chan­ger le monde qui se montrent les plus créa­tifs. L’en­tre­pre­neu­riat so­cial est un état d’es­prit, un mo­dèle col­la­bo­ra­tif d’en­traide où cha­cun des ac­teurs s’épaule pour avoir un im­pact so­cial dans la so­cié­té dans la­quelle nous vi­vons. Ce­la dit, au Li­ban, nous man­quons en­core d’un vrai éco­sys­tème pour le dé­ve­lop­pe­ment des star­tup so­ciales. Il est tou­jours pos­sible de trou­ver des res­sources et de l’aide mais c’est en­core en cours de dé­ve­lop­pe­ment. Pour­quoi ce con­cept est-il en­core si mé­con­nu au Li­ban? Le con­cept est nou­veau mais la pra­tique est en réa­li­té très an­cienne au Li­ban. Il existe des mo­dèles d’en­tre­prises so­ciales dans tous nos vil­lages et ce, de­puis des dé­cen­nies : des co­opé­ra­tives, des ac­ti­vi­tés de so­li­da­ri­té, des mu­tuelles… Ces pra­tiques existent dans nos so­cié­tés à cause du manque de res­sources et de la fai­blesse du ser­vice pu­blic. Au­jourd’hui, ce qui manque est un éco­sys­tème et une forme lé­gale pour en­ca­drer et sou­te­nir ces ac­ti­vi­tés.

CRÉATIVITÉ L’en­tre­pre­neu­riat so­cial est en­core plus no­va­teur en l’ab­sence de moyens.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.