PRÉ­SENCE

Le Mensuel Magazine - - Économie Temps Fort -

d’en­tre­prises fran­çaises pré­sentes au Li­ban: en­tre­prises telles que

(en tant que dis­tri­bu­teur), mais aus­si beau­coup de PME. «Le Li­ban est un mar­ché que les en­tre­prises fran­çaises connaissent et où elles vont plus fa­ci­le­ment, ex­plique

mi­nistre conseiller pour les Af­faires éco­no­miques et chef du Ser­vice éco­no­mique pour le Moyen-orient à l’am­bas­sade de France. La ca­rac­té­ris­tique des en­tre­prises fran­çaises au Li­ban c’est leur di­ver­si­té: nous sommes au­tant pré­sents dans le sec­teur pé­tro­lier que dans ce­lui de l’agroa­li­men­taire, du luxe, de l’as­sai­nis­se­ment, du ma­té­riel élec­trique…».

pré­sident de la Chambre de com­merce fran­co-li­ba­naise, sou­ligne que le Li­ban consti­tue un mi­lieu at­trac­tif pour les in­ves­tis­se­ments à travers son sys­tème éco­no­mique libre et sa rè­gle­men­ta­tion flexible sur les mou­ve­ments de ca­pi­taux. «Le pays est ou­vert au com­merce in­ter­na­tio­nal et aux in­ves­tis­se­ments et dis­pose d’une main d’oeuvre qua­li­fiée, ajoute-il. Les comptes ban­caires au Li­ban sont aus­si cou­verts par le se­cret ban­caire, ce qui offre aux in­ves­tis­seurs la confi­den­tia­li­té pour les af­faires.»

Cô­té échanges com­mer­ciaux, les en­tre­prises fran­çaises qui ex­portent au Li­ban étaient au nombre de 4 659 en 2015. «C’est fa­cile d’al­ler au Li­ban, in­siste M. De La­ju­gie. Tout le monde en France a en­ten­du par­ler du Li­ban ou connaît une fa­mille li­ba­naise. De plus, les Li­ba­nais sont sou­vent fran­co­phones. C’est ce qui ex­plique que la part de mar­ché des pro­duits im­por­tés de­puis la France soit su­pé­rieure à celle des pays de la ré­gion et même du monde».

Cette part de mar­ché était de 2,4 % dans la ré­gion Me­na et de plus de 6% au Li­ban sur les neuf pre­miers mois de l’an­née 2016. «Au­jourd’hui, nous ex­por­tons un mil­liard d’eu­ros au Li­ban, soit trois fois plus qu’en Jor­da­nie et au­tant qu’au Koweït», ajoute le mi­nistre conseiller.

En France, le Li­ban n’est pas en reste: le stock d’in­ves­tis­se­ments li­ba­nais re­pré­sen­tait en­vi­ron 45% du stock d’in­ves­tis­se­ments des pays du Moyen-orient en France à la fin de l’an­née 2015. Les stocks D’IDE li­ba­nais en France étaient de 2,082 mil­liards d’eu­ros fin 2010 et se sont éle­vés à 3,038 mil­liards d’eu­ros fin 2015.

Les in­ves­tis­se­ments li­ba­nais dans l’hexa­gone se concentrent prin­ci­pa­le­ment dans trois sec­teurs: le trans­port ma­ri­time (re­prise de la par en 1996, puis de

en 2004 et du en 2005), la banque (pré­sence

et la et l’im­mo­bi­lier. groupe de RE­LA­TIONS DÉSÉQUILIBRÉES. Oui mais voi­là, si les ex­por­ta­tions fran­çaises au Li­ban s’élèvent à un mil­liard d’eu­ro, les ex­por­ta­tions li­ba­naises vers la France, elles, n’ont pas dé­pas­sé les 62 mil­lions de dol­lars par an­née de­puis

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.