Cher­cheurs, monde.

Le Mensuel Magazine - - Talents - PAR NATASHA METNI

Dans un pays où la conjonc­ture so­cio-po­li­ti­co-éco­no­mique ne rend pas fa­cile le quo­ti­dien du peuple li­ba­nais, le suc­cès ne manque pour­tant pas à l’ap­pel. Le Li­ban connaît, en ef­fet, une flo­rai­son d’ar­tistes, de de com­mer­çants, d’en­tre­pre­neurs, etc. dis­per­sés dans les quatre coins du

La dé­brouillar­dise… Un trait in­gé­nieux qui, hé­ri­té des pre­miers Phé­ni­ciens, unit, jus­qu’à nos jours, tous les Li­ba­nais. Une qua­li­té intrinsèque, qui a per­mis à ces der­niers de tou­jours mar­cher vers l’avant et de re­le­ver les nom­breux dé­fis aux­quels ils sont confron­tés. La guerre ? Ils en ont fait le deuil. Les actes ter­ro­ristes ? Ils les ont dé­pas­sés. Les pro­blèmes éco­no­miques et po­li­tiques ? Ils les ont ré­so­lus à leur propre ma­nière. La pa­tience et l’hu­mi­li­té ? Ils les ont ti­rées de l’ex­pé­rience de l’his­toire. Etre Li­ba­nais n’est plus seule­ment une na­tio­na­li­té. Etre Li­ba­nais est dé­sor­mais un art de vivre, presque une pro­fes­sion de foi. Avec 14 mil­lions de Li­ba­nais à l’étran­ger, le Li­ban ne cesse de voir se mul­ti­plier le nombre de suc­cès et de réus­sites qui lui sont re­la­tifs. Qu’il s’agisse des expatriés ou des ré­si­dents à l’in­té­rieur du pays, les Li­ba­nais ont tou­jours réus­si à ex­ploi­ter leurs propres res­sources. En l’ab­sence de tout sou­tien gou­ver­ne­men­tal, leur grande ca­pa­ci­té d’adap­ta­tion, leur goût du risque et leur ai­sance dans les re­la­tions avec au­trui sont tout au­tant de clés qui ont per­mis au peuple li­ba­nais de se dé­mar­quer des autres.

Le Li­ba­nais a ap­pris, siècle après siècle et an­née après an­née, à per­sé­vé­rer dans un cadre aus­si in­stable que mou­ve­men­té et à main­te­nir son at­ta­che­ment à sa fa­mille et à ses ori­gines. Sa soif de vivre ain­si que sa ca­pa­ci­té à trans­for­mer tout évé­ne­ment tra­gique en «co­mé­die» font des Li­ba­nais un peuple dy­na­mique, am­bi­tieux, en quête d’op­por­tu­ni­tés nou­velles. De par le monde, leur culture rayonne. Les Li­ba­nais ont ex­cel­lé dans tous les do­maines, de la mode au de­si­gn, en pas­sant par la lit­té­ra­ture, l’art, le ci­né­ma, la res­tau­ra­tion et l’entrepreneuriat. De grands noms comme ceux de Wa­j­di Moua­wad, Georges Sché­ha­dé, Elie Saab, Na­dine La­ba­ki, Car­los Slim, Car­los Ghosn brillent et ré­sonnent sur la scène in­ter­na­tio­nale, comme au­tant de suc­cess-sto­ry. Une as­cen­sion à tous les ni­veaux que les Li­ba­nais de l’ère ac­tuelle doivent non seule­ment à leur in­tui­tion, à leurs qua­li­tés de lea­ders et à l’évo­lu­tion des men­ta­li­tés dans leurs ré­gions, mais aus­si à leurs ori­gines phé­ni­ciennes.

Cette ci­vi­li­sa­tion qui dès son ar­ri­vée au Le­vant, sur cette étroite bande cô­tière du Li­ban ac­tuel, a su ra­pi­de­ment for­ger une ci­vi­li­sa­tion et une éco­no­mie so­lides. «Lors­qu›un Li­ba­nais tombe à la mer, il en res­sort avec un pois­son dans la bouche», dit-on. Ce proverbe dit vrai. Les hommes et les femmes sont, in­dé­nia­ble­ment, la clé de réus­site du pays du Cèdre qui re­con­quiert, tous les jours, à la force du poi­gnet et de l’in­tel­lect, sa place de pays in­con­tour­nable sur tous les plans. Un pays de 10 452 km2, pe­tit par sa su­per­fi­cie, mais qui, de­puis la nuit des temps, consti­tue la porte du Moyen-orient, don­nant éter­nel­le­ment naissance à des per­son­na­li­tés pros­pères, au­da­cieuses, ta­len­tueuses et émé­rites.

John­nie Wal­ker vous rap­pelle de boire avec res­pon­sa­bi­li­té. DRINKIQ.COM

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.