MÉ­CA­NIQUE

Le Mensuel Magazine - - Combien Ça Coûte -

Chaque an­née, les au­to­mo­bi­listes se ruent pour payer la taxe mé­ca­nique qui leur est im­po­sée par l’etat pour pou­voir cir­cu­ler li­bre­ment. Com­ment les frais sont-ils fixés ? Pour la plu­part des Li­ba­nais, le mode de cal­cul de la taxe mé­ca­nique de­meure com­plè­te­ment in­com­pré­hen­sible, l’es­sen­tiel étant de se li­bé­rer au plus vite de cette cor­vée. D’après le chef du Dé­par­te­ment de l’en­re­gis­tre­ment des voi­tures, Wa­lid Dar­wiche, deux cri­tères entrent en ligne de compte pour fixer le mon­tant de la taxe mé­ca­nique: la puis­sance du mo­teur en che­vaux et l’an­née du mo­dèle de la voi­ture. En ef­fet, le Code de la route qui ré­git ce vo­let in­dique que plus le mo­teur est puis­sant et la voi­ture ré­cente, plus le ta­rif de la taxe mé­ca­nique aug­mente. Il est for­te­ment re­com­man­dé de vé­ri­fier les échéances pour le paie­ment de la taxe mé­ca­nique en consul­tant le lien sui­vant : www. daw­la­ti.gov.lb/fr/me­ca­nique. L’ar­ticle 162 de la loi nu­mé­ro 243 du 22 oc­tobre 2012, ins­crite dans le Code de la route, sti­pule que chaque mois de re­tard équi­vaut à 10% du mon­tant ini­tial an­nuel, sa­chant que l’ «amende» ne de­vrait pas dé­pas­ser, au to­tal, le double du ta­rif de la taxe mé­ca­nique pré­vu pour toute l’an­née. Sou­li­gnons que les «re­ve­nus» en ques­tion sont sup­po­sés être consa­crés à l’en­tre­tien des routes et des in­fra­struc­tures, ce qui n’est pas for­cé­ment le cas.

RÉGLEZ LA TAXE EN UN RIEN DE TEMPS. De nou­velles so­lu­tions per­mettent au­jourd’hui de fa­ci­li­ter cette tâche ar­due afin d’évi­ter aux conduc­teurs les in­ter­mi­nables files d’at­tente dans les centres de mé­ca­nique. Des pro­cé­dures simples et ef­fi­caces ont été mises en place par les banques pour per­mettre à tous de ga­gner du temps. Il suf­fit pour ce­la de se rendre à l’agence la plus proche, mu­ni de votre carte au­to­mo­bile (pour le nu­mé­ro de la plaque d’im­ma­tri­cu­la­tion et le code), de l’as­su­rance obli­ga­toire de 75 000 L.L., im­po­sée par le Mi­nis­tère des Fi­nances, et des re­çus blanc et bleu, re­la­tifs à la consul­ta­tion mé­ca­nique obli­ga­toire et qui contiennent la men­tion prou­vant que le vé­hi­cule est «va­lable pour cir­cu­la­tion». Une fois la procédure ac­com­plie, l’agence li­vre­ra une vi­gnette qui in­dique que la taxe mé­ca­nique a été ac­quit­tée.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.