Mal­gré

Le Mensuel Magazine - - Média -

De pas­sage au Li­ban, Yves Bi­got, di­rec­teur gé­né­ral de la chaîne fran­co­phone in­ter­na­tio­nale dresse un bi­lan po­si­tif de la no­to­rié­té de cette chaîne. Ce, les nom­breux dé­fis, face à la ré­vo­lu­tion du nu­mé­rique, que les chaînes de té­lé­vi­sion tra­di­tion­nelles doivent af­fron­ter.

Pen­sez-vous que la té­lé­vi­sion dite tra­di­tion­nelle peut être af­fec­tée d’ici quelques an­nées, comme la presse écrite, par la ré­vo­lu­tion du nu­mé­rique?

Nous sommes conscients que la té­lé­vi­sion tra­di­tion­nelle n’exis­te­ra plus d’ici dix ou quinze ans et qu’il faut ab­so­lu­ment que l’on s’adapte et que l'on soit présent dans l’en­semble de cet uni­vers nu­mé­rique, à la fois en termes de dif­fu­sion des pro­grammes et en termes de pré­sence sur les dif­fé­rents sup­ports nu­mé­riques: Twit­ter, Fa­ce­book, Ins­ta­gram, qui se mul­ti­plie­ront en­core dans deux ans. Concer­nant la presse écrite, on constate qu’il n’y a pas né­ces­sai­re­ment un ef­fet d’ex­clu­sion, il y a plu­tôt un ef­fet de com­plé­men­ta­ri­té, c’est-à-dire que les gens qui lisent la presse écrite de fa­çon tra­di­tion­nelle conti­nuent de le faire en pa­ral­lèle à la presse nu­mé­rique. C’est ce­la que nous cher­chons jus­te­ment à dé­ve­lop­per. Notre pro­chain plan stra­té­gique s’étale sur quatre ans, entre 2017-2020.

Quels sont les prin­ci­paux dé­fis à sur­mon­ter pour vous adap­ter à ces chan­ge­ments?

Il y a deux grands dé­fis qu’il faut com­battre, qui ne sont pas contra­dic­toires mais sim­ple­ment di­ver­gents et pa­ral­lèles. Il faut que l’on puisse, d’une part, ob­te­nir les droits des films de ci­né­ma, des do­cu­men­taires, des sé­ries té­lé­vi­sées qui, sur le long terme, c’est-àdire sur plus de 30 jours, de ma­nière à ce que les gens puissent re­voir les pro­grammes quand ils le veulent, où ils le veulent et sur le sup­port de leur choix. Sans ces droits, on n’existe pas. Et ce qui peut pa­raître contra­dic­toire, c’est qu’en re­vanche dans l’uni­vers du nu­mé­rique, il faut être présent 24h/24h sur l’ac­tua­li­té. Il faut avoir donc cette ré­ac­ti­vi­té qui per­met de cap­ter l’in­for­ma­tion dès qu’il se passe quelque chose, la don­ner, la trans­mettre et l’ac­tua­li­ser le plus ra­pi­de­ment pos­sible, chose qui n’exis­tait pas au­pa­ra­vant avec les bul­le­tins d’in­for­ma­tions dif­fu­sés à la té­lé­vi­sion toutes les deux heures. Ce qui fait qu’au­jourd’hui, nous sommes obli­gés de nous re­struc­tu­rer

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.