LES UNI­VER­SI­TÉS DOIVENT AP­PRENDRE COM­MENT S’AUTOÉVALUER ET INS­TAU­RER UN PLAN STRA­TÉ­GIQUE.

Le Mensuel Magazine - - Universités -

pro­fes­seurs ou à des cher­cheurs d’ef­fec­tuer des voyages dans le but d’ac­qué­rir plus d’ex­pé­rience dans leur tra­vail de for­ma­tion et de re­cherche», in­dique le di­rec­teur.

L’en­ga­ge­ment de L’AUF en fa­veur de ses par­te­naires uni­ver­si­taires se ma­ni­feste à tra­vers di­vers ac­tions me­nées par l’agence:

Es­sayer de fa­vo­ri­ser l’em­ploya­bi­li­té et l’in­ser­tion ● pro­fes­sion­nelle des étu­diants. L’AUF tente de consolider, dans ce sens, le lien entre le monde uni­ver­si­taire et le monde so­cio-pro­fes­sion­nel. Des confé­rences, des tables rondes et des ate­liers sont te­nus, de­puis plus de deux ans, dans les uni­ver­si­tés. Il s’agit de mettre en contact des uni­ver­si­taires et des chefs d’en­tre­prises, dans le but de les faire dia­lo­guer sur des thèmes di­vers, pour es­sayer de les pous­ser à col­la­bo­rer.

For­mer les étu­diants à l’en­tre­pre­neu­riat. ●

Sa­chant que 40% des étu­diants di­plô­més au Li­ban sont au chômage et que cer­tains d’entre eux jouissent de ca­pa­ci­tés suf­fi­santes pour pou­voir créer des en­tre­prises, L’AUF se mo­bi­lise dans ce sens. L’agence sert, en ef­fet, de re­lais entre les uni­ver­si­tés et les in­cu­ba­teurs pour pou­voir at­ti­rer des étu­diants, les for­mer à l’en­tre­pre­neu­riat et les pous­ser à in­té­grer des pro­grammes comme ceux of­ferts par Be­ry­tech et Smart Esa.

Amé­lio­rer la qua­li­té de la for­ma­tion et le ● sys­tème de gou­ver­nance des uni­ver­si­tés en pro­po­sant des pro­jets vi­sant à chan­ger les mé­thodes pé­da­go­giques. «Nous ne pou­vons en­sei­gner au­jourd’hui comme nous le fai­sions il y a quinze ans. De nos jours, l’étu­diant et l’en­sei­gnant sont confron­tés à des dé­fis beau­coup plus im­por­tants en termes de mar­ché du tra­vail. Notre ac­tion, en tant qu’agence, consiste à aider les uni­ver­si­tés à amé­lio­rer ou à re­voir leur fa­çon d’en­sei­gner», sou­ligne Her­vé Sa­bou­rin. Le pro­jet ADIP (Ap­pren­tis­sage à dis­tance et innovation pé­da­go­gique) en est le par­fait exemple, puis­qu’il per­met le pas­sage de la pé­da­go­gie de la connais­sance à la pé­da­go­gie de la com­pé­tence. Autre point im­por­tant pour amé­lio­rer la qua­li­té de la for­ma­tion: sa­voir ma­ni­pu­ler les ou­tils nu­mé­riques.

Per­fec­tion­ner le sys­tème de gou­ver­nance des ● uni­ver­si­tés. «Les éta­blis­se­ments uni­ver­si­taires se doivent d’ac­qué­rir une meilleure au­to­no­mie en ma­tière de pi­lo­tage et sur­tout en termes de pers­pec­tive», af­firme M. Sa­bou­rin. En d’autres termes, chaque uni­ver­si­té est te­nue d’éta­blir un plan stra­té­gique pour les cinq, dix ou quinze ans à venir. Ce tra­vail passe im­pé­ra­ti­ve­ment par une phase d’au­to-éva­lua­tion, que peu d’uni­ver­si­tés au Li­ban en­tre­prennent. L’un des grands pro­jets mis en place par L’AUF re­vient à amé­lio­rer la qua­li­té de la gou­ver­nance des uni­ver­si­tés en es­sayant de leur ap­prendre com­ment s’autoévaluer et com­ment ins­tau­rer un plan stra­té­gique. C’est en col­la­bo­ra­tion avec la Di­rec­tion gé­né­rale de l’en­sei­gne­ment su­pé­rieur du mi­nis­tère de l’edu­ca­tion na­tio­nale qu’une sé­rie d’ate­liers de for­ma­tion pra­tique à la mise en place de pro­ces­sus d’au­to-éva­lua­tion sont en cours.

Ren­for­cer la re­cherche. D’après Her­vé ●

Sa­bou­rin, toute uni­ver­si­té mo­derne de­vrait prendre conscience des grands en­jeux so­cié­taux de notre temps et pro­po­ser des so­lu­tions par le biais de la re­cherche. Ce der­nier met l’ac­cent sur le rôle de «L’AUF qui as­siste les uni­ver­si­tés dans ce sens, en les ai­dant à struc­tu­rer la re­cherche, à choi­sir les bons ob­jec­tifs et à mon­ter des pro­jets de re­cherche». Un pro­jet d’ordre so­cié­tal vient d’ailleurs d’être mis en place. Il fa­vo­rise l’en­ga­ge­ment de l’uni­ver­si­té en tant qu’ac­teur du développement glo­bal des so­cié­tés et des peuples. «Nous tra­vaillons sur un su­jet im­por­tant qui concerne toute la ré­gion: le dia­logue in­ter­cul­tu­rel. L’uni­ver­si­té est, en ef­fet, un lieu où les cultures se re­trouvent. Nous avons donc en­ga­gé une sé­rie d’ac­tions qui vont dans ce sens, en for­mant d’une part les étu­diants au dia­logue in­ter­cul­tu­rel et d’autre part, en or­ga­ni­sant un cer­tain nombre de for­ma­tions à la mé­dia­tion et à la paix, avec le Centre de mé­dia­tion de l’uni­ver­si­té Saint-jo­seph de Bey­routh. L’uni­ver­si­té de­vient, par-là, ac­trice des prises de conscience glo­bales. Il est à no­ter que ce pro­jet de mé­dia­tion se­ra éten­du au ni­veau ré­gio­nal », at­teste Her­vé Sa­bou­rin.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.