LI­BAN

Le Mensuel Magazine - - Culture -

Il y a des chiffres très forts sur le rôle des femmes. Les pays où il y a une grande pa­ri­té entre les hommes et les femmes sont les pays où l’in­dice du bon­heur est le plus fort. L’édu­ca­tion chez les femmes est pri­mor­diale, elles dé­pensent 70 à 90% de leur re­ve­nu pour leur fa­mille, les hommes entre 30 et 40%. Dans le monde de de­main, ex­trê­me­ment dif­fi­cile, où tout le monde est per­du, je crois qu’on au­ra be­soin de bon sens. Les femmes portent en elles des qua­li­tés que nous les hommes, nous n’avons pas, et dont on au­ra be­soin de­main pour amor­tir ce qui est en train d’ar­ri­ver.

un pro­jet per­son­nel qui a pris une telle en­ver­gure qu’il vous a dé­pas­sé?

Bien sûr que ça nous a dé­pas­sé, tout comme Hu­man, car ça parle de spi­ri­tua­li­té. C’est un pro­jet qui a com­plè­te­ment chan­gé ma vie. Quand on est comme moi, cu­rieux, jour­na­liste, on pho­to­gra­phie pour es­sayer de com­prendre. Ce qui m’a in­té­res­sé aus­si peut-être, ce sont les ONG, tous ces gens qui, dans le monde, ont dé­ci­dé de se re­mon­ter les manches, d’aider les autres. L’homme est une es­pèce qui es­saie d’amé­lio­rer au­tour de lui, de vivre mieux. Il y a certaines per­sonnes pour qui vivre mieux passe par ai­mer plus, par­ta­ger plus, com­prendre qu’agir rend heu­reux, que le bon­heur est dans le fait d’aider, d’ai­mer les autres.

Alors, êtes-vous heu­reux?

J’ai­me­rais bien (rires). Quel­qu’un m’a dit un jour que c’est bien d’être heu­reux, mais ce qui est plus im­por­tant c’est le bien, et pas for­cé­ment d’être bien. Le bon­heur et le bien, deux choses dif­fé­rentes qui se re­coupent un peu. Le bien peut être plus fort, je ne suis pas croyant du tout, mais ça re­joint la religion.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.