UNE SÉ­CU­RI­TÉ À LONG TERME

Le Mensuel Magazine - - Économie -

La branche de l’as­su­rance vie se porte plu­tôt bien. Se­lon les chiffres du mi­nis­tère de l’eco­no­mie, le to­tal des primes de cette branche a pro­gres­sé de 7,1% sur un an en contre 5,5% et 6,2% res­pec­ti­ve­ment en 2014 et 2015.

Dix-neuf des 33 com­pa­gnies d’as­su­rance dans le seg­ment Vie ont en­re­gis­tré une crois­sance à deux chiffres. Le sec­teur de l’as­su­rance vie mé­rite d’être dé­fri­ché et les nou­veaux pro­duits, adap­tés aux risques de nos jours, mis en lu­mière.

Dès l’âge de 30 ans, la nou­velle gé­né­ra­tion, plus consciente que les pré­cé­dentes quant aux aléas de la vie et qui rêve d’une re­traite confor­table sé­cu­ri­sée, en­tame une re­cherche sur les pro­duits d’as­su­rance vie ou les plans pen­sion-re­traite les plus ap­pro­priés à son sta­tut. «Créer des pro­duits, c’est très bien, mais en­core faut-il pou­voir les vendre». Se­lon Joe Nas­nas, di­rec­teur com­mer­cial à AXA Middle East, un jeune sous­crip­teur à une po­lice d’as­su­rance vie doit être conscient que celle-ci au­ra une du­rée as­sez longue et, par consé­quent, qu’elle de­vra ré­pondre à ses be­soins non seule­ment dans le court terme, mais éga­le­ment dans le long terme. Ain­si, «nos agents conseillent nos clients et les aident à se pro­je­ter dans l’ave­nir. Ils pro­cèdent avec ces der­niers à une éva­lua­tion de leurs be­soins fi­nan­ciers», dit-il. Néan­moins, ajoute Joe Nas­nas, lorsque la de­mande d’as­su­rances est re­liée à un prêt, la po­si­tion des banques reste do­mi­nante, et, par consé­quent, celle de leurs par­te­naires as­su­reurs. «C’est pour cette rai­son que les com­pa­gnies d’as­su­rance par­te­naires de banques oc­cupent une po­si­tion très im­por­tante sur ce seg­ment du mar­ché», sou­ligne-t-il. Le di­rec­teur com­mer­cial

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.