POUR SUR­MON­TER LA CRISE PRO­FONDE

Le Mensuel Magazine - - Plume Libre -

Après plus de dix ans de sui­vi, d’at­tente et d’es­poir, il s’avère que ce n’est ni une ques­tion de loi élec­to­rale tri­co­tée, ni de loi de bud­get cal­cu­lé mais une crise pro­fonde du fait de l’ab­sence du prin­cipe de la loi et de sa ri­gueur.

En re­gar­dant en ré­tros­pec­tive la dy­na­mique li­ba­naise tout au long des vingt-cinq der­nières an­nées, nous ob­ser­vons un PIB qui évo­lue et un peuple qui s’ap­pau­vrit; une crois­sance éco­no­mique sans dé­ve­lop­pe­ment adé­quat et une dé­ca­dence iden­ti­fiée par la chute de plu­sieurs sys­tèmes de va­leurs, le re­cul de mul­tiples in­di­ca­teurs de bien-être et, sur­tout, le dé­clin dans l’in­té­gra­tion de la loi et des li­mites du com­por­te­ment. Nous re­trou­vons cette ten­dance dans toutes les tranches d’âge, à tous les ni­veaux de la vie et dans la plu­part des sec­teurs éco­no­miques.

Un constat qui se ma­ni­feste par l’ex­pan­sion de pra­tiques consi­dé­rées comme mau­vaises et qui n’ont plus d’in­hi­bi­teur:

Le mo­no­pole (les 3 pre­mières en­tre­prises de chaque seg­ment de l’éco­no­mie contrôlent plus de 70% de son ac­ti­vi­té).

La cor­rup­tion (in­dex 2006 – 2016: pas­sage du 99ème au 136ème rang sur 176 pays).

La non­cha­lance (la qua­li­té mé­diocre des ser­vices pu­blics, les exa­mens of­fi­ciels an­nu­lés…).

Nos jeunes et moins jeunes ont très peu de re­pères face à cette vague de «non loi» et de «non li­mite»! Ils baignent dans une confu­sion qui gé­nère une culture in­quié­tante, celle qui se base sur deux phé­no­mènes: la to­lé­rance de l’er­reur, acte qui dé­truit la qua­li­té et, par la suite, aug­mente le coût, et la de­mande per­pé­tuelle de s’adap­ter même si celle-ci est contre les pi­liers de la spé­ci­fi­ci­té so­cio-éco­no­mique li­ba­naise, une dé­marche qui ruine à la com­pé­ti­ti­vi­té.

L’im­pact de cette culture est trans­for­ma­teur et exige une at­ten­tion ain­si qu’une ac­tion.

Une at­ten­tion en­vers les prin­cipes fon­da­teurs de notre spé­ci­fi­ci­té car:

La mo­ra­li­té cu­mu­lée de nos tra­di­tions et moeurs est consom­mée par la mo­der­ni­té sans li­mite.

L’éthique, règle so­cié­tale et ci­vique, est me­na­cée par les cir­cons­tances de né­ces­si­té.

La dé­mo­cra­tie vi­brante de l’orient est re­mo­de­lée par le sou­ci de la sta­bi­li­té.

La jus­tice, qui fai­sait ré­fé­rence, se re­trouve mi­ti­gée par les en­jeux de pré­fé­rence.

La ré­volte ré­gu­la­trice des as­pi­rants est ci­blée par les flèches de sé­cu­ri­té.

La vi­ta­li­té du vivre-en­semble l’ex­tré­misme.

L’ini­tia­tive et le bon-vivre s’ef­fondrent sous le far­deau de l’en­det­te­ment ex­trême.

Hé­las, les Li­ba­nais ont du­re­ment ap­pris à sur­vivre dans un en­vi­ron­ne­ment as­sez com­plexe.

Il est vrai que le cadre de «me­nace conti­nue» n’est pas le plus fa­vo­rable pour la paix et la pros­pé­ri­té mais notre na­tion pour­rait de­ve­nir une pla­te­forme de ré­si­lience vi­sant le pro­grès et non pas la stag­na­tion, afin de se re­po­si­tion­ner pour l’ave­nir. Plu­sieurs ré­flexions s’en­chaînent. Qui nous em­pêche de for­mer nos ou­vriers et nos cadres dans la qua­li­té, la pré­ci­sion et la ri­gueur? Qui nous in­ter­dit d’être hon­nête? Qui nous re­tient d’être di­li­gent et vi­gi­lant du­rant le pro­ces­sus de pro­duc­tion et au mo­ment de la consom­ma­tion?

Les choix sont de­vant nous: soit nous res­tons des in­di­vi­dus nar­cis­siques ren­fer­més en com­mu­nau­té et di­ri­gés sur un sen­tier de sur­vie; soit nous fai­sons l’ef­fort d’ou­ver­ture et d’évo­lu­tion en ci­toyens ré­so­lus et ins­pi­rés sur le che­min de la so­cié­té dé­mo­cra­tique.

Mal­gré les dif­fi­cul­tés, nous sommes ap­pe­lés à mul­ti­plier les ef­forts pour tis­ser les liens fa­mi­liaux ga­rants de va­leur et de ri­chesse; in­sis­ter à pro­gres­ser dans l’édu­ca­tif, pro­mo­teur des gé­né­ra­tions et du tra­vail d’équipe; et dé­blo­quer toutes les me­sures pour l’avan­ce­ment des en­tre­prises sur­tout les plus pe­tites d’entre elles, et qui sont orien­tées vers les so­lu­tions à va­leur ajou­tée et l’ex­port.

Notre ef­fort col­lec­tif pour la chose pu­blique est avant tout une lutte in­terne et pro­fonde pour la pré­ser­va­tion des va­leurs et le res­pect de la loi.

Notre en­ga­ge­ment pour la pros­pé­ri­té éco­no­mique doit se re­cen­trer pour dé­fier la mé­dio­cri­té, re­le­ver la qua­li­té et amé­lio­rer en per­ma­nence la per­for­mance.

Les va­leurs so­ciales ont une fonc­tion mo­trice dans le pro­grès éco­no­mique, et grâce à ce pro­grès et aux ou­tils né­ces­saires, le re­dres­se­ment est pos­sible. Mais un re­dres­se­ment réus­si ne pour­rait pas avoir lieu sans une re­lance so­cio­po­li­tique, qui ré­ajuste les prio­ri­tés en com­men­çant par l’ini­tia­tive inclusive, l’ef­fort re­con­nu et la gou­ver­nance ré­gu­la­trice.

Cet élan mo­ti­ve­ra nos jeunes et adultes à ré­in­té­grer notre so­cié­té pro­duc­tive, avec dé­ter­mi­na­tion et fier­té. est en­dom­ma­gée par

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.