SEN­SI­BI­LI­TÉ

Le Mensuel Magazine - - Cinéma -

Dès les pre­mières mi­nutes du film, les spec­ta­teurs sont hap­pés par la construc­tion du scé­na­rio,

traits pé­tris dans l’éclat de la dou­leur, au re­gard fier, dé­ter­mi­né et in­ter­ro­ga­teur. Un re­gard de dé­fi. Dé­fi par rap­port à un pays dans le­quel elle ne se re­con­naît plus, à une com­mu­nau­té qui tente de l’en­fer­mer dans son étau, à une réa­li­té quo­ti­dienne qui ne cherche pas à sa­voir, à se po­ser des ques­tions, à une fa­mille où l’on se re­fuse à par­ler de ce qui est ar­ri­vé, où «on ne parle ja­mais de rien», sur­tout pas de «Jed­do» mys­té­rieu­se­ment dis­pa­ru pen­dant la guerre ci­vile. Pa­reille à An­ti­gone, une sorte d’an­ti­gone in­ver­sée, Na­da veut dé­ter­rer le pas­sé, dé­ter­rer le mort. «Quelle ba­taille? Tu te bats toute seule!», lui lance son frère Sam. «Tu ne peux pas nous ju­ger!», lui as­sène sa tante.

UN RE­TOUR DANS LA MÉ­MOIRE. Dans sa co­lère, ce sont les com­pro­mis qu’elle re­fuse à épouser, les com­pro­mis ac­cep­tés comme des or­nières. Dans sa co­lère, ve­nue du plus pro­fond d’elle-même, il y a l’at­ta­che­ment à la vie, à la mé­moire, à l’en­fance. Les sou­ve­nirs qui re­montent, qui s’im­briquent à son pré­sent, qui s’en­tor­tillent aux fan­tômes qui sem­bler han­ter cette mai­son, à la vio­lence dont cette bâ­tisse a été té­moin, et qui grouille dans un bor­bo­rygme tou­jours pré­sent. Jihane Chouaib par­vient à mer­veille à mettre à l’écran les sou­ve­nirs de Na­da, au coeur d’une sen­sa­tion in­di­cible qui em­porte le spec­ta­teur une nou­velle fois dans une danse cha­toyante de cou­leurs, de formes et de sons. Et cette ren­gaine qui re­vient, qui s’in­cruste dans la mé­moire de Na­da, dans la nôtre, dans celle de tout un pays: «Yal­la tnam, yal­la tnam,

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.