COM­BIEN ÇA COÛTE

Le Mensuel Magazine - - Sommaire -

Re­nou­ve­ler le per­mis de conduire

Al’ap­proche de la cin­quan­taine, il est temps d’en­vi­sa­ger le re­nou­vel­le­ment de son per­mis de conduire. Quid des condi­tions, des pro­cé­dures et des frais im­po­sés par le Code de la route?

Cette for­ma­li­té fait la dis­tinc­tion entre les voi­tures pri­vées et les voi­tures pu­bliques, confor­mé­ment aux dis­po­si­tions de l’ar­ticle 205 de la loi nu­mé­ro 278, da­tant du 15 avril 2014. Dans tous les cas, il est im­pos­sible de re­nou­ve­ler son per­mis de conduire dans un dé­lai in­fé­rieur à ce­lui fixé par la loi pour la tranche d’âge qui suit. En d’autres termes, un in­di­vi­du ayant 58 ans doit avoir re­nou­ve­lé son per­mis avant cet âge, vu qu’il lui reste deux ans pour at­teindre les 60 ans, ce qui s’avère in­fé­rieur au dé­lai de trois ans re­quis pour le re­nou­vel­le­ment après l’âge de 65 ans. Le re­nou­vel­le­ment étant obli­ga­toire se­lon les dé­lais fixés par le Code de la route, douze points pour­raient être dé­duits à chaque in­frac­tion (au cas où la loi se­rait réel­le­ment ap­pli­cable). Après épui­se­ment de ces 12 points, le per­mis se­ra an­nu­lé pour six mois et né­ces­si­te­ra un pas­sage dans une au­to-école pour son re­nou­vel­le­ment. En cas de ré­ci­dive, l’in­ter­dic­tion se­ra éten­due sur une nou­velle pé­riode de 3 ans.

LES ÉTAPES À SUIVRE. Se­lon l’ar­ticle 225 de la loi nu­mé­ro 278, da­tatnt du 15 avril 2014, la de­mande de re­nou­vel­le­ment du per­mis de conduire doit se faire 15 jours avant l’ex­pi­ra­tion de ce der­nier. La per­sonne concer­née doit alors se mu­nir de son an­cien per­mis, d’une pho­to pas­se­port en cou­leur, ré­cente (de moins de 3 mois) ou d’une pho­to ins­tan­ta­née prise sur place par l’ins­tance char­gée des pro­cé­dures de re­nou­vel­le­ment, d’un cer­ti­fi­cat mé­di­cal rem­pli sur un for­mu­laire four­ni par l’ordre des mé­de­cins (30000 L.L.) et d’une at­tes­ta­tion du ca­sier ju­di­ciaire ré­cente (de moins de 3 mois). Le nou­veau per­mis de conduire est dé­li­vré une fois le re­qué­rant exemp­té de toute contra­ven­tion (si un tel cas se pré­sente). Une vi­site mé­di­cale pour­rait s’avé­rer né­ces­saire, sur­tout lors­qu’il s’agit de re­nou­ve­ler une au­to­ri­sa­tion d’exer­cer une pro­fes­sion (chauf­feur de taxi et autre vé­hi­cule de trans­port, am­bu­lan­cier, conduc­teur de vé­hi­cules af­fec­tés au ra­mas­sage sco­laire et au trans­port pu­blic de per­sonnes, etc.). Pour ce qui est des frais de re­nou­vel­le­ment du per­mis de conduire, ceux-ci com­portent des taxes (de 25 000 L.L.) et des timbres fis­caux (de 13 000 L.L.).

En cas de perte du per­mis de conduire, l’in­di­vi­du peut pro­cé­der à une de­mande de re­nou­vel­le­ment après pré­sen­ta­tion du do­cu­ment qui en at­teste la perte. La «dé­cla­ra­tion de perte» est re­ti­rée au­près des Forces de sé­cu­ri­té in­té­rieure (FSI) ou éven­tuel­le­ment du Con­su­lat li­ba­nais du pays où le per­mis a été per­du. Pour ef­fec­tuer cette dé­cla­ra­tion, les élé­ments sui­vants se­ront de­man­dés: le nu­mé­ro de l’an­cien per­mis, sa date de dé­li­vrance, son pays de dé­li­vrance, la date et le lieu de la perte, une brève des­crip­tion des cir­cons­tances de la perte et, sou­vent, le ver­se­ment d’un droit de timbre. Toute dé­li­vrance d›un per­mis de conduire consé­cu­tive à une de­mande de re­nou­vel­le­ment, quel qu’en soit le mo­tif (perte, vol, ex­ten­sion, etc.), exige que l’in­té­res­sé se pré­sente per­son­nel­le­ment à l’ins­tance concer­née.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.