POINT FI­NAL

Le Mensuel Magazine - - Sommaire - LÉA G. BACHOUR Chef de Pu­bli­ci­té au Groupe Ma­ga­zine. Jour­na­liste

Le­vons le voile sur l'orient!

Proche-orient, Moyen-orient, Ex­trê­meo­rient… Ces ap­pel­la­tions ne se­raient-elles pas désuètes? Re­le­vant d’une lo­gique géo­po­li­tique dé­pas­sée, elles ne qua­li­fiaient l’orient qu’en fonc­tion de la dis­tance qui le sé­pa­rait de l’eu­rope. Une conso­nance ser­vant à dé­li­mi­ter l’in­fluence oc­ci­den­tale dans la ré­gion n’a pas sa rai­son d’être au­jourd’hui… du moins géo­gra­phi­que­ment!

La no­tion de Moyen-orient, qui vient de l’an­glais «Middle East», a été em­ployée pour la pre­mière fois par le stra­tège na­val amé­ri­cain Al­fred T. Ma­han, au dé­but du XXE siècle. De­puis, es­sayistes, his­to­riens, po­li­tiques n’ont ces­sé de lui don­ner des dé­fi­ni­tions égo­cen­triques, fai­sant fi des li­mites, en­glo­bant des pays, re­tran­chant d’autres, en se ba­sant sur une carte vir­tuelle à géo­mé­trie va­riable. Ce­ci, quand les vi­si­teurs eux-mêmes ne se gê­naient pas à dé­cou­per nos terres sur me­sure, à la poin­ture de leurs bottes…

Ne se­rait-il pas temps de re­pen­ser ces dé­no­mi­na­tions moyen­âgeuses, qui parlent tan­tôt d’un Orient proche, pour dire le conflit is­raé­lo-pa­les­ti­nien, tan­tôt d’un Orient moyen – comme une note moyenne, un mo­dèle, un coût? – quand il s’agit de convoi­ter les ri­chesses pé­tro­lières du Golfe? Quoi que plus tard le Grand Moyen-orient (The Grea­ter Middle East) ver­ra le jour au temps du gou­ver­ne­ment de George W. Bush, qui, lui, as­pi­rait en­core plus grand!

Que les Oc­ci­den­taux nous clas­si­fient proches, un peu, beau­coup ou à l’ex­trême, on com­prend leur per­cep­tion, mais nous, pour­quoi conti­nuons nous à né­go­cier «la paix au Proche-orient» alors que nous nous trou­vons dans l’oeil du cy­clone? Pour­quoi par­lons-nous tou­jours du Moyen-orient alors que les­dits pays sont à nos portes ou de l’ex­trême-orient, quand la Chine est presque une voi­sine?

Ap­pe­lons l’orient, l’orient. Comme l’oc­ci­dent, l’oc­ci­dent. Ou alors, l’orient de l’est, du Sud, du Sud-ouest… des re­pères re­la­tifs au cos­mos plu­tôt qu’aux am­bi­tions de puis­sances ri­vales friandes de gloire et de pou­voir! On parle bien de la Co­rée du sud, de l’amé­rique cen­trale, de l’eu­rope de l’est… Même l’afrique n’a pas per­du son nord!

Fai­sons une Nah­da, cô­té no­mi­na­tion. Lan­çons un concours à nos poètes et in­tel­lec­tuels pour une dé­si­gna­tion plus af­fir­mée de l’orient, un peu plus in­dé­pen­dante!

Pour men­tion­ner sa date de nais­sance, Vic­tor Hu­go, a dit: «Le siècle avait deux ans quand je suis né?». Em­prun­tons à l’au­teur de Les Orien­tales son or­gueil, pour dire que l’eu­rope était taxée de vieux con­tinent quand on par­lait de l’orient des lu­mières; que le nou­veau monde et les Etats-unis d’amé­rique n’étaient pas en­core nés quand le Le­vant était un des foyers de dé­ve­lop­pe­ment cultu­rel et scien­ti­fique et que le Li­ban, si on re­garde bien la carte, est, qua­si­ment et tou­jours, au centre du monde!

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.