LA SA­GESSE

Po­ly­tech ouvre ses portes

Le Mensuel Magazine - - Sommaire -

«La créa­tion de Po­ly­tech-bei­rut a pour but d’élar­gir l’éven­tail des dis­ci­plines of­fertes par La Sa­gesse (ULS) en fonc­tion des exi­gences évo­lu­tives du mar­ché du tra­vail », comme le pré­cise le pro­fes­seur An­toine Gé­déon, doyen de la Fa­cul­té d’in­gé­nie­rie Po­ly­tech-bey­routh. Cette nou­velle uni­té pro­pose un di­plôme d’in­gé­nie­rie aux étu­diants ti­tu­laires d’un bac scien­ti­fique, ou de tout autre di­plôme équi­valent et re­con­nu par les au­to­ri­tés. Il s’agit d’une for­ma­tion de ni­veau bac+5, qui couvre les cinq spé­cia­li­tés d’in­gé­nie­rie sui­vantes : Gé­nie bio­lo­gique et ali­men­taire, Gé­nie bio­mé­di­cal, Gé­nie chi­mique, Gé­nie informatique et Gé­nie mé­ca­tro­nique. L’ob­jec­tif consiste, en outre, à ren­for­cer l’ou­ver­ture à l’in­ter­na­tio­nal pour dé­ve­lop­per des par­te­na­riats pé­rennes avec les uni­ver­si­tés pres­ti­gieuses de France et du monde en­tier. La fa­cul­té oeuvre, dans ce sens, à dé­ve­lop­per la mo­bi­li­té cultu­relle et in­tel­lec­tuelle des étu­diants. Ces der­niers au­ront ain­si la pos­si­bi­li­té d’ef­fec­tuer une par­tie ou la to­ta­li­té de leur 5ème an­née à l’étran­ger grâce aux par­te­na­riats mis en place avec plus de 13 uni­ver­si­tés fran­çaises. Un double di­plôme à l’is­sue de cette pé­riode à l’étran­ger pour­rait être pro­po­sé à l’étu­diant.

CUR­SUS ET DÉ­BOU­CHÉS. Po­ly­tech or­ga­nise chaque an­née un concours d’en­trée des­ti­né aux élèves de ter­mi­nale S. En cas d’ad­mis­sion, le can­di­dat in­tègre l’un des deux par­cours Po­ly­tech A ou B. Le pre­mier est un cur­sus gé­né­ra­liste qui per­met, en cas de réus­site, d’in­té­grer es­sen­tiel­le­ment les spé­cia­li­tés non bio. Le deuxième s’adresse aux élèves dé­si­reux de se spé­cia­li­ser en bio-ali­men­taire. Le concours com­porte cinq épreuves écrites en ma­thé­ma­tiques, phy­sique et chi­mie. Un test de langue fran­çaise est éga­le­ment re­quis. L’in­gé­nieur en Gé­nie bio­lo­gique et ali­men­taire a la pos­si­bi­li­té de tra­vailler dans l’in­dus­trie ali­men­taire, dans l’ana­lyse bio­lo­gique, dans la mi­cro­bio­lo­gie ali­men­taire, dans le contrôle de qua­li­té des ali­ments ou dans la bio­tech­no­lo­gie et l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique. Le Gé­nie chi­mique ouvre la voie à des postes dans l’in­dus­trie pé­tro­lière et pé­tro­chi­mique, phar­ma­ceu­tique, dans l’in­dus­trie des arômes et des cos­mé­tiques, mais aus­si à tout le do­maine de l’en­vi­ron­ne­ment (trai­te­ment de l’eau, de l’air et des dé­chets, etc.). L’in­gé­nie­rie bio­mé­di­cale concerne ceux qui sou­haitent tra­vailler dans la concep­tion et le dé­ve­lop­pe­ment en instrumentation bio­mé­di­cale, l’équi­pe­ment en mi­lieu hos­pi­ta­lier, ex­perts des éta­blis­se­ments de san­té, in­gé­nieurs scien­ti­fiques et com­mer­ciaux en instrumentation mé­di­cale, etc.. Le gé­nie mé­ca­tro­nique donne ac­cès à des mé­tiers dans les sec­teurs de l’aé­ro­nau­tique, de l’au­to­mo­bile, des trans­ports, des mi­cro­sys­tèmes, de l’instrumentation, de la mé­ca­nique et de la pro­duc­tion d’éner­gie.

Dans le cadre de la for­ma­tion en informatique et té­lé­com, l’in­gé­nieur peut exer­cer ses fonc­tions en tant qu’ar­chi­tecte de sys­tèmes d’in­for­ma­tions, concep­teur de sys­tèmes in­for­ma­tiques, gé­nie lo­gi­ciel et ar­chi­tecte des sys­tèmes et des ré­seaux.

LES ÉTU­DIANTS POUR­RONT AIGUISER LEUR CUR­SUS ET BÉ­NÉ­FI­CIER

DES MUL­TIPLES DÉ­BOU­CHÉS DANS LE GÉ­NIE.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.