MI­CHEL JALAKH

«L'UA est por­teuse d'un pa­tri­moine consi­dé­rable»

Le Mensuel Magazine - - Sommaire -

Comment avez-vous eu l’idée de Filmgram?

J’ai long­temps tra­vaillé dans la pu­bli­ci­té et je me suis ren­du compte de la vi­tesse à la­quelle le sec­teur évo­luait. Il y a quelques an­nées en­core, il fal­lait une équipe pro­fes­sion­nelle et du ma­té­riel lourd pour réa­li­ser des vi­déos de qua­li­té. Au­jourd’hui, un simple té­lé­phone por­table per­met d’ob­te­nir la même qua­li­té d’image. En pa­ral­lèle, avec l’ar­ri­vée des ré­seaux so­ciaux, les en­tre­prises ont, au­jourd’hui plus que ja­mais, be­soin de créer plus sou­vent et ra­pi­de­ment des vi­déos. Or la pro­duc­tion de vi­déos est en­core très coû­teuse: il faut comp­ter entre 30 000 et 500 000 dol­lars pour une vi­déo réa­li­sée par une mai­son de pro­duc­tion. J’ai vou­lu rendre ce ser­vice ac­ces­sible au plus grand nombre.

Comment ça fonc­tionne? pré­sen­ter votre idée? Pou­vez-vous

Filmgram est une pla­te­forme qui per­met de réa­li­ser en ligne des vi­déos pro­fes­sion­nelles en trois étapes. Nous comp­tons 50000 mo­dèles de vi­déos dis­po­nibles. Il suf­fit de choi­sir son mo­dèle, de té­lé­char­ger ses do­cu­ments et de choi­sir la mu­sique. Le mon­tage se fait au­to­ma­ti­que­ment. Il est pos­sible de té­lé­char­ger et dif­fu­ser la vi­déo à par­tir d’une di­zaine de dol­lars.

Quels sont les obs­tacles prin­ci­paux aux­quels vous êtes confron­tés en tant qu’en­tre­pre­neur au Li­ban et comment les sur­mon­tez-vous?

Le plus grand pro­blème est la len­teur et le coût d’in­ter­net! Nous consa­crons un bud­get de 400 à 500 dol­lars par mois en 3G et mal­gré tout ce­la, la len­teur de la con­nexion nous han­di­cape tou­jours! Nous avons dé­ci­dé d’ins­tal­ler nos ser­veurs en Ara­bie Saou­dite pour nous en sor­tir. Même s’il est vrai que la Banque du Li­ban (BDL) a in­ves­ti beau­coup d’ar­gent dans le sec­teur et que les ac­cé­lé­ra­teurs et in­cu­ba­teurs se mul­ti­plient au Li­ban, je trouve que ce n’est tou­jours pas suf­fi­sant. Ce n’est qu’une fa­çade. Con­crè­te­ment nous, en­tre­pre­neurs, avons be­soin de sup­port, de fonds, d’in­fra­struc­tures pour pou­voir in­no­ver et nous dé­ve­lop­per. Il y a en­core du tra­vail pour pou­voir vrai­ment par­ler d’un environnement pro­pice aux en­tre­prises.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.