2 CADRES DU HEZBOLLAH VI­SÉS?

Le Mensuel Magazine - - Diplomatie -

Les au­to­ri­tés fran­çaises en­vi­sa­ge­raient d'ins­crire sur une liste ter­ro­riste les noms de deux hauts res­pon­sables mi­li­taires du Hezbollah, croit sa­voir une source in­for­mée à Beyrouth. L'un des deux cadres vi­sés se­rait Ta­lal Ha­miyé, qui fi­gure dé­jà sur une liste amé­ri­caine des sus­pects les plus recherchés au monde. Wa­shing­ton avait pro­mis une ré­com­pense de 7 mil­lions de dol­lars à qui­conque four­ni­rait des in­for­ma­tions per­met­tant l'ar­res­ta­tion, «n'im­porte où dans le monde», de Ta­lal Ha­miyé, pré­sen­té comme le chef du dé­par­te­ment de la sé­cu­ri­té ex­té­rieure du Hezbollah. Cette même source pré­cise ce­pen­dant que les deux res­pon­sables du Hezbollah se­raient pla­cés sur la liste fran­çaise pour leur rôle pré­su­mé dans la guerre en Syrie et non pas pour les fonc­tions qu'ils oc­cupent au sein de la ré­sis­tance an­ti-is­raé­lienne. Des mi­lieux proches du Hezbollah ont qua­li­fié de «non convain­cants» les ar­gu­ments pré­sen­tés par la France fai­sant la dis­tinc­tion entre le rôle des res­pon­sables en Syrie et leurs fonc­tions au sein de la Ré­sis­tance. «Cette acro­ba­tie di­plo­ma­tique est ri­di­cule et ne masque pas le fait que Pa­ris s'aligne sur la politique amé­ri­caine et cède aux pres­sions de Wa­shing­ton», af­firme-t-on dans ces mi­lieux. La France, rap­pelle-ton, avait de­man­dé par la bouche de son mi­nistre des Af­faires étran­gères, Jean-yves Le Drian, le 7 fé­vrier, le re­trait de «tous ceux qui n'ont rien à faire en Syrie», «y com­pris les mi­lices ira­niennes et le Hezbollah». Le chef de la di­plo­ma­tie fran­çaise avait aus­si ac­cu­sé l'iran et la Tur­quie de vio­ler le droit in­ter­na­tio­nal en Syrie.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.