UN PAS­SE­PORT BIO­MÉ­TRIQUE?

Le Mensuel Magazine - - Com­bien Ça Coûte - PAR NA­TA­SHA MET­NI TOR­BEY

Le pas­se­port bio­mé­trique est dis­po­nible au Li­ban de­puis le 1er août 2016. Tou­te­fois, la re­mise de titres de voyage re­le­vant de l’an­cien «ré­gime» a tou­jours été per­mise pour les Li­ba­nais ré­si­dant à l’étran­ger. Quels sont les do­cu­ments re­quis pour l’ob­ten­tion d’un pas­se­port bio­mé­trique li­ba­nais? La Sû­re­té gé­né­rale exige les pièces sui­vantes:

Un for­mu­laire adé­quat pour l’ob­ten­tion du ● pas­se­port for­mat A4 (1 an ou 5 ans) oc­troyé par le maire concer­né (sui­vant le lieu de ré­si­dence ou le lieu de re­gistre).

Une carte d’iden­ti­té li­ba­naise af­fi­chant une ● pho­to pas­se­port où les traits du de­man­deur sont clai­re­ment mis en évi­dence.

Une pho­to­co­pie de la carte d’iden­ti­té.

Un ex­trait d’état-ci­vil in­di­vi­duel af­fi­chant ● une pho­to pas­se­port da­tant de moins de trois mois.

Une pho­to­co­pie de l’ex­trait d’état

● in­di­vi­duel.

Une pho­to pas­se­port cou­leur et ré­cente de ● di­men­sions 4,5 x 3,5 cm met­tant en re­lief le vi­sage du dé­ten­teur sur un ar­rière-plan blanc, cer­ti­fiée et si­gnée par le maire après ins­crip­tion du nom du de­man­deur, du nu­mé­ro et du lieu de son re­gistre. La pho­to doit être conforme aux normes fixées par l’or­ga­ni­sa­tion de l’avia­tion ci­vile in­ter­na­tio­nale (OA­CI).

L’an­cien pas­se­port (si ce der­nier existe), ● avec une pho­to­co­pie des pages tam­pon­nées.

Frais lé­gaux exi­gés.

● ci­vil

LES MI­NEURS. En ce qui concerne les mi­neurs (moins de 18 ans), l’au­to­ri­sa­tion des pa­rents est re­quise. Celle-ci de­vra être en­tre­prise soit en pré­sence du no­taire qui cer­ti­fie­ra la si­gna­ture de cha­cun d’eux, soit en pré­sence du per­son­nel de la Sû­re­té gé­né­rale, qui fe­ra de même. Dans le cas du dé­cès de l’un des pa­rents, ou des deux, ou s’ils sont di­vor­cés, le tu­teur lé­gal de­vra oc­troyer son au­to­ri­sa­tion et la faire si­gner. Ce der­nier se­ra nom­mé sur dé­ci­sion ju­di­ciaire, ou via une pro­cu­ra­tion conforme aux normes en vi­gueur. Si le tu­teur lé­gal est dans l’im­pos­si­bi­li­té de se pré­sen­ter pour émettre son ac­cord, il peut as­si­gner un re­pré­sen­tant via une pro­cu­ra­tion conforme aux normes en vi­gueur. Si, en re­vanche, il se trouve à l’étran­ger, il de­vra si­gner une pro­cu­ra­tion cer­ti­fiée par l’am­bas­sade li­ba­naise et par le mi­nis­tère des Af­faires étran­gères, ou par un no­taire spé­cia­li­sé en l’ab­sence d’une am­bas­sade li­ba­naise dans le pays où il ré­side (dans ce cas, la pré­fec­ture de­vra cer­ti­fier la pro­cu­ra­tion).

Afin de re­ce­voir son titre de voyage le plus ra­pi­de­ment pos­sible, l’in­té­res­sé de­vra se pré­sen­ter au bu­reau des re­la­tions pu­bliques de la Sû­re­té gé­né­rale. Les frais sup­plé­men­taires oc­ca­sion­nés par cette de­mande s’élèvent à 105 000 L.L. A no­ter que le pas­se­port bio­mé­trique li­ba­nais doit être re­nou­ve­lé confor­mé­ment aux re­com­man­da­tions de L’OIAC. Lors­qu’il ex­pire, il peut être rem­pla­cé par un autre, avec les mêmes frais que pour le pré­cé­dent do­cu­ment.

ER­REUR DE LA SG. Si une er­reur est com­mise de la part de l’ad­mi­nis­tra­tion au ni­veau du pas­se­port, un pro­cès-ver­bal est dres­sé dans le but de l’iden­ti­fier. Dans ce cas, le mi­nis­tère des Fi­nances se charge des frais re­la­tifs au rem­pla­ce­ment du do­cu­ment. Ce droit n’est plus va­lable si le pro­cès est en­tre­pris un mois après la re­mise du pas­se­port au de­man­deur ou si le pas­se­port a dé­jà été uti­li­sé.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.