SYNKERS

En quelques clics, l’étu­diant sé­lec­tionne et ré­serve le cours et le pro­fes­seur qui lui conviennent se­lon ses pré­fé­rences de prix, d’heure et d’ap­pré­cia­tions don­nées.

Le Mensuel Magazine - - Sommaire -

Connec­ter élèves et en­sei­gnants

La plate-forme di­gi­tale Synkers ré­pond à tous genres de be­soins sco­laires, uni­ver­si­taires ou for­ma­teurs, en ap­por­tant un sou­tien scolaire ou de tu­to­rat à do­mi­cile et à la de­mande. Son mo­teur de re­cherche est souple et ra­pide.

«Synkers est une start-up qui a été éta­blie en 2016 et son ap­pli­ca­tion est dis­po­nible sur Apple Store, Google Play et so­lu­tion Web», ex­plique Cyn­thia The­re­sa Saad, 22 ans, res­pon­sable mar­ke­ting de l’en­tre­prise. Brand am­bas­sa­dor de Synkers, sta­giaire dans cette start-up avant d’en de­ve­nir une em­ployée ca­drée, elle pour­suit sa mis­sion avec plein d’en­thou­siasme. «Plus de 20000 uti­li­sa­teurs et 800 tu­teurs ont tra­vaillé en­semble de­puis 2016. 30000 heures de tu­to­rat sont comp­ta­bi­li­sées jus­qu’à au­jourd’hui.»

SA­TIS­FAIT OU REM­BOUR­SÉ. Au­drey Na­kad et sa pe­tite soeur Si­bylle, la ving­taine, sont les fon­da­trices de Synkers. L’idée a ger­mé quand Si­bylle a eu be­soin d’une aide dans ses cours de fi­nance. Une fois leurs études ter­mi­nées, elles ont dé­ci­dé de ren­trer au Li­ban avec une ap­pli­ca­tion mo­bile qui fa­ci­li­te­rait la vie des étu­diants. Ce n’était pas en­core com­mun au Li­ban d’uti­li­ser ce moyen pour contac­ter un pro­fes­seur par­ti­cu­lier. Au­jourd’hui, l’ap­pli­ca­tion a eu 99% de sa­tis­fac­tion. «D’ailleurs, les ad­mi­nis­tra­teurs de la start-up vé­ri­fient les di­plômes des pro­fes­seurs», ex­plique Cyn­thia Saad.

S’il ob­tient plus de deux men­tions mau­vais, le pro­fes­seur est re­ti­ré de la plate-forme, et les pa­rents to­ta­le­ment rem­bour­sés. La start-up n’ar­rête pas d’étendre ses ser­vices se­lon les de­mandes des jeunes et plus jeunes. En par­te­na­riat dé­sor­mais avec le Bri­tish Coun­cil et le Col­lege Hall, Synkers col­la­bore avec des pro­fes­seurs qui pré­parent pour le SAT, le GMAT, IELTS et MCAT. Et comme la de­mande en orien­ta­tion uni­ver­si­taire se fait de plus en plus pres­sante, cer­tains tu­teurs spé­cia­li­sés sont dis­po­nibles en ligne pour ai­der les étu­diants à bien choi­sir leurs études.

MEILLEUR PRIX EN 2017. En 2016, les deux soeurs ont ga­gné le concours de SPEED Le­ba­non qui leur a as­su­ré un pro­gramme d’ac­ce­le­ra­tor, une aide pour créer leur ap­pli­ca­tion mo­bile en trois mois, et fi­na­le­ment, pour trou­ver des in­ves­tis­seurs comme Phoe­ni­cian Funds. Onze em­ployés à temps com­plet tra­vaillent à Synkers entre Du­baï, Bey­routh et bien­tôt l’ara­bie saou­dite. Leurs bu­reaux se trouvent au Beirut Di­gi­tal Dis­trict. «Cette ap­pli­ca­tion est des­ti­née à amé­lio­rer l’édu­ca­tion en gé­né­ral au Li­ban en per­met­tant à tout le monde d’ac­cé­der à la connais­sance», conclut Cyn­thia Saad.

A Mzaar, le stand de la start-up vend des gad­gets à des prix abor­dables pour per­mettre aux étu­diants qui n’en ont pas les moyens, de bé­né­fi­cier des cours en ligne. En met­tant sur le mar­ché ce ser­vice édu­ca­tif, Au­drey Na­kad a ga­gné le prix du meilleur en­tre­pre­neur femme en 2017.

DIS­TINC­TION Au­drey Na­kad a ga­gné le prix du meilleur en­tre­pre­neur femme en 2017.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.