DÉ­FENSE

L'Hebdo Magazine - - EN COUVERTURE -

aux forces amé­ri­caines, ces trois der­niers mois, les co­or­don­nées per­met­tant de lo­ca­li­ser les ji­ha­distes de Daech et du Front al-Nos­ra. Mais a-t-il ré­prou­vé, le Pen­ta­gone «n’ar­rive pas à dé­fi­nir où ils ont des re­belles et où sont les chi­mères des or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes in­ter­na­tio­nales». Sans ap­pel, la ré­ponse du gé­né­ral russe est in­ter­ve­nue après les cri­tiques for­mu­lées par le chef de la di­plo­ma­tie amé­ri­caine, John Ker­ry. Sur un ton me­na­çant, il in­di­quait que la pa­tience des Etats-Unis sur la Sy­rie était «très li­mi­tée», de­man­dant à Mos­cou de ne pas bom­bar­der le Front al-Nos­ra, de peur de tou­cher les re­belles «mo­dé­rés» gra­vi­tant au­tour.

L’in­ci­dent de Ta­naf

Exas­pé­rés par cette po­li­tique, les Russes n’ont pas hé­si­té, le 17 juin, à bom­bar­der un sec­teur nor­ma­le­ment hors de leur zone de pré­di­lec­tion, au­tour de Ta­naf, à proxi­mi­té de la fron­tière jor­da­nienne. Dans cette lo­ca­li­té près de la­quelle se re­joignent les fron­tières de la Jor­da­nie, de l’Irak et de la Sy­rie, les frappes russes ont tou­ché une pe­tite base re­belle d’en­traî­ne­ment où en­vi­ron 180 re­belles par­ti­cipent à un pro­gramme de for­ma­tion du Pen­ta­gone. L’«in­ci­dent» a failli pro­vo­quer un af­fron­te­ment dans les airs entre jets amé­ri­cains et Su­khoï russes, qui se sont croi­sés. Les ap­pa­reils amé­ri­cains se sont in­ter­po­sés pour em­pê­cher les avions russes de bom­bar­der les po­si­tions re­belles. Le face-à-face a du­ré une de­mi-heure, puis les Su­khoï russes ont re­brous­sé che­min. Mais dès le dé­part des avions amé­ri­cains, ils sont re­ve­nus et ont lar­gué leurs bombes sur les cibles. Du­rant la même jour­née, une autre at­taque, tout à fait pla­ni­fiée, avait dé­jà tou­ché la même cible, en guise de mes­sage russe aux Amé­ri­cains. En jus­ti­fi­ca­tion, le porte-pa­role du Krem­lin, Dmi­tri

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.