Eric Vergnes

Mont­blanc, 110 ans d’es­prit pion­nier

Prestige (Lebanon) - - Interview -

A l’oc­ca­sion de sa vi­site au Li­ban pour cé­lé­brer les 110 ans de Mont­blanc et les 30 ans de col­la­bo­ra­tion avec Ta­mer Frères, Pres­tige a ren­con­tré Eric Vergnes, pré­sident de Mont­blanc pour la zone Moyen- Orient, Afrique et Inde, afin d’en sa­voir plus sur l’es­prit pion­nier de la marque suisse, sur l’ave­nir des ins­tru­ments d’écri­ture et sur la nou­velle col­lec­tion hor­lo­gère.

M. Vergnes, vous êtes au Li­ban pour cé­lé­brer les 110 ans de Mont­blanc, les 30 ans de col­la­bo­ra­tion avec Ta­mer Frères... En ef­fet, je viens fré­quem­ment au Li­ban, mais cette fois je suis là pour cé­lé­brer les 110 ans de Mont­blanc ain­si que les 30 ans de col­la­bo­ra­tion avec la mai­son Ta­mer Frères.

Vous cé­lé­brez aus­si l’es­prit pion­nier de l’âge d’or des tra­ver­sées de l’océan At­lan­tique... En fait, tout dé­bute en 1906 avec les trois fon­da­teurs de la so­cié­té Mont­blanc, l’in­gé­nieur Au­gust Eber­stein, le ban­quier Al­fred Ne­he­mias et le né­go­ciant en pa­pe­te­rie Claus Voss, qui ont com­men­cé par ex­plo­rer le monde en pre­nant un trans­at­lan­tique pour al­ler aux Etats- Unis. C’était le mo­ment où il y avait une sorte de gé­nie in­dus­triel qui bouillon­nait dans le monde, tout était en ex­plo­ra­tion, en pio­nee­ring. C’est le fil di­rec­teur de la mai­son Mont­blanc. Nous sommes très fiers de nos tra­di­tions, de notre ar­ti­sa­nat que nous avons su dé­ve­lop­per sur nos dif­fé­rents pro­duits. Nous es­sayons en même temps d’ap­por­ter quelque chose de fon­da­men­ta­le­ment nou­veau, sus­cep­tible d’ap­por­ter un vrai plus à ceux qui nous suivent et aiment notre marque.

Et quel est ce plus? Si nous re­tour­nons 110 ans en ar­rière en ce qui concerne les ins­tru­ments d’écri­ture, nous re­mar­quons que c’était un sty­lo do­té d’une tech­no­lo­gie anti- fuite. A l’époque, les plumes avaient la fâ­cheuse ten­dance de fuir et le dé­faut de ta­cher les vê­te­ments de ceux qui les por­taient. Nous avons per­fec­tion­né la tech­nique et au­jourd’hui cet es­prit d’in­no­va­tion, de qua­li­té et de tra­di­tion est dé­ve­lop­pé sur une grande ligne de pro­duits.

Par­lant de sty­los, quel est l’ave­nir des ins­tru­ments d’écri­ture dans un monde de plus en plus di­gi­tal? Le seg­ment de l’ins­tru­ment d’écri­ture de luxe ne di­mi­nue pas fon­da­men­ta­le­ment. Il est vrai que les ta­blettes gagnent en im­por­tance, nous écri­vons de plus en plus de ma­nière di­gi­tale. Mais quand il est ques­tion d’écrire quelque chose d’im­por­tant, nos consom­ma­teurs cherchent tou­jours un beau sty­lo. Au­jourd’hui entre re­ce­voir un email, un tex­to, un what­sapp ou re­ce­voir une lettre écrite à la main, l’im­por­tance et la va­leur d’une lettre ma­nus­crite est bien su­pé­rieure. Ce qui donne de la va­leur à cet acte d’écrire, c’est d’avoir un bel ins­tru­ment d’écri­ture. Le sty­lo Mont­blanc ré­pond au­jourd’hui à deux grands cri­tères: don­ner de la va­leur à ce­lui qui écrit, et of­frir un très bel ob­jet d’écri­ture.

Pen­sez- vous que les en­fants de ce mil­lé­naire au­ront cette af­fec­tion pour le ma­nus­crit? Je ne peux pas par­ler de ma­nière gé­né­rale... Les en­fants à l’école ap­prennent tou­jours à écrire avec un sty­lo. Ils font des exer­cices et des jeux sur ta­blette mais l’écri­ture reste fon­da­men­tale. D’un autre cô­té, je pense que le plai­sir de bien écrire, même si c’est moins fré­quent, reste en­tier. Le rap­port à l’écri­ture, quand il est fait à tra­vers un sty­lo, est com­plè­te­ment di­fé­rent du rap­port à l’écri­ture tel qu’il peut être sur un or­di­na­teur. Au­jourd’hui, en ce qui concerne Mont­blanc, non seule­ment il n’y a pas d’éro­sion sur nos vo­lumes de vente, mais en plus nous conti­nuons à croître en ins­tru­ments d’écri­ture parce que nous conti­nuons à in­ves­tir en termes de de­si­gn. Cette an­née, nous avons lan­cé le Rouge & Noir, un sty­lo com­mé­mo­ra­tif avec un mo­dern twist de ce­lui qui a été lan­cé il y a plus d’une cen­taine d’an­nées. Nous ve­nons de lan­cer l’Ul­tra­black qui est une évo­lu­tion ré­so­lu­ment mo­derne de notre icône qu’est le Meis­terstück... Nous conti­nuons d’in­no­ver et de lan­cer un nombre de nou­veau­tés in­croyables, an­née après an­née, pour ali­men­ter notre lé­gi­ti­mi­té sur le mar­ché du sty­lo.

Eric Vergnes, pré­sident de Mont­blanc pour le Moyen- Orient, l’Afrique et l’Inde.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.