Na­gham Abou Che­did

Ac­trice de ta­lent

Prestige (Lebanon) - - Reportage -

Na­gham Abou Che­did est une ac­trice li­ba­naise qui a étu­dié à l’école Florent, la plus fa­meuse école d’ac­teurs à Pa­ris. Elle a joué dans plu­sieurs sé­ries Té­lé et films. Tout le monde se rap­pelle de son rôle dans « Femmes dans la tempête » le cé­lèbre feuille­tion des an­nées 90 où elle a joué Ja­na la fille de Nah­la Ra­ched, mais éga­le­ment dans Mele7 ya ba7er et ac­tuel­le­ment on peut re­mar­quer sa per­for­mance dans Amir el Leyl sur la LBC.

Où ai­mez- vous pas­ser les fêtes de Noël et de fin d’an­née? De­puis tou­jours nous pas­sons Noël en fa­mille, c’est l’oc­ca­sion de pro­fi­ter de la cha­leur des réunions fa­mi­liales, le par­tage des ca­deaux, de la dinde, nous bu­vons aus­si à la mé­moire des êtres chers que nous avons per­dus. Nous fê­tons la nais­sance du Ch­rist aus­si à tra­vers la messe de mi­nuit. Concer­nant le Nou­vel An, j’ai­me­rais voya­ger avec des amis vers des pays dif­fé­rents pour voir com­ment ils fêtent Noël, mais ça ne se passe pas tout le temps comme ça, c’est soit des sor­ties, soit dans une mai­son avec des amis pour jouer aux cartes, dî­ner en­semble et fê­ter avec des co­tillons.

Quel ca­deau ai­me­riez- vous re­ce­voir à Noël? Les ca­deaux je n’en re­çois pas tout le temps, nous ré­ser­vons les ca­deaux aux en­fants. Je re­çois des ca­deaux sym­bo­liques. Certes j’aime re­ce­voir des ca­deaux per­son­na­li­sés, tout ca­deau est bien­ve­nu tant que c’est une sur­prise, mais le plus beau ca­deau reste la pré­sence de ma fille au­près de moi.

Se­lon quels cri­tères faites- vous le choix de vos ca­deaux? Mes cri­tères pour le choix des ca­deaux sont l’âge, l’im­por­tance de la per­sonne pour moi. Quand il s’agit de ma fille, je dé­tecte ce qu’elle pré­fère si c’est des ha­bits, des jouets. Tous mes ca­deaux sont per­son­na­li­sés, je pars à la re­cherche d’ob­jets où je peux bro­der des points de croix ou le nom de la per­sonne. Je n’aime pas beau­coup les ca­deaux clas­siques. Pour mes ne­veux, je choi­sis quelque chose qui leur fe­ra plai­sir. L’im­por­tance ma­té­rielle du ca­deau m’im­porte peu, je peux leur of­frir un livre spé­cial sur un thème qu’ils aiment. Ma nièce qui est co­quette et aime les tra­vaux ma­nuels, je lui choi­sis un ca­deau qui cor­res­pond à ces cri­tères. Je prends le temps de choi­sir les ca­deaux, pour moi, faire des ca­deaux est un plai­sir. Quelles sont vos ré­so­lu­tions pour 2017? J’ai en­vie que 2017 marque un tour­nant dans ma vie, à tous les ni­veaux af­fec­ti­ve­ment, pro­fes­sion­nel­le­ment, fi­nan­ciè­re­ment, es­sayer de voir le cô­té po­si­tif des choses, m’éloi­gner des ondes né­ga­tives, peut- être ré­duire les amis qui ne le sont pas vrai­ment pour me sen­tir plus lé­gère. Pour le Li­ban je sou­haite que 2017 consti­tue un tour­nant, une pros­pé­ri­té ce qui au­ra un im­pact po­si­tif sur nous. Le plus im­por­tant pour moi c’est d’avoir ma fille en bonne san­té près de moi, moins de mi­sère, moins de guerres, moins d’es­prits ma­lé­fiques. J’ai en­vie de m’af­fir­mer da­van­tage pro­fes­sion­nel­le­ment car je sens qu’il y a beau­coup de choses que je peux en­core faire, trou­ver les bonnes op­por­tu­ni­tés pour al­ler plus loin, al­ler de l’avant vers les choses et non res­ter dans une si­tua­tion d’at­tente.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.