Ro­nald Fays­sal

Prestige (Lebanon) - - Interview -

Quelle est la dif­fé­rence, à votre avis, entre Noël et les autres fêtes? Noël ne res­semble à au­cune autre fête. C’est la fête de la lu­mière et de la joie, c’est la fête de l’amour, de la fa­mille, de la gé­né­ro­si­té, du par­tage. Il est re­gret­table qu’elle soit de­ve­nue une fête com­mer­ciale qui com­mence par­fois en oc­tobre.

Quels sou­ve­nirs de Noël vous ont- ils mar­qué? J’ai de bons comme de mau­vais sou­ve­nirs! Du­rant la guerre, en­core en­fant, j’ai pas­sé un Noël des plus af­freux, une dé­cep­tion qui m’a fait ver­ser les larmes de mon corps. Celle de n’avoir pas re­çu du Père Noël la boîte de le­go pour construire la mai­son dont je rê­vais. La si­tua­tion sé­cu­ri­taire a em­pê­ché mes pa­rents de nous of­frir une fête de Noël. « Le Père Noël ne peut ve­nir sous les bombes » , nous avaient- ils dit. Plus tard lorsque j’étais scout, et pen­dant des an­nées, mar­qué en­core par ce Noël triste, et en­cou­ra­gé par l’es­prit du scou­tisme, j’al­lais à la ren­contre des en­fants né­ces­si­teux. Je leur of­frais des ca­deaux ain­si que mes an­ciens jouets et ceux de mes frères. C’est ce qui fai­sait mon bon­heur à Noël, voir briller les yeux des en­fants.

Qu’est- ce qui fe­ra briller les yeux de Ro­nald pen­dant les fêtes? Le fait de res­ter aux cô­tés de Nan­cy dans cette pé­riode sa­crée! Comme Noël dis­tille l’es­prit de la fa­mille, je suis heu­reux de construire une fa­mille avec ma femme qui vient d’en­trer dans mon coeur et dans ma vie. C’est un mer­veilleux sym­bole de par­tage, et la pré­sence de Nan­cy a com­blé mes jours. Elle met de la joie dans le foyer, tant et si bien qu’elle trans­forme les pro­blèmes en su­jets presque ba­nals.

Que pen­sez- vous re­ce­voir de Nan­cy à Noël? Mon ca­deau de Noël c’est elle, Nan­cy. Ce sont les réunions fa­mi­liales qui res­tent mon plus grand bon­heur pen­dant les fêtes. Ce­pen­dant je tiens à of­frir un beau ca­deau à Nan­cy. Ana­lyste dans une école bien connue, elle est très mé­ti­cu­leuse sur ses choix. N’in­sis­tez pas, je ne vous le di­rai pas.

Que sou­hai­tez- vous pour les fêtes? Mon rêve est de pou­voir faire gran­dir ma fu­ture fa­mille dans la di­gni­té. Nous pas­sons par des mo­ments où les droits du Li­ba­nais sont ba­foués. Je rêve de voir les gens consi­dé­rer la Na­ti­vi­té comme un évé­ne­ment spi­ri­tuel et non lu­cra­tif, qu’ils ef­facent la ran­coeur de leurs es­prits et se par­tagent fra­ter­ni­té et amour. Noël n’est pas seule­ment fan­fares et flam­boie­ments!

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.