JÉ­RÔME BIARD,

CEO Co­rum.....................................................................................

Prestige (Lebanon) - - Contents -

De­puis 1955, Co­rum consi­dère la créa­ti­vi­té et l’au­dace comme ses va­leurs car­di­nales. La marque pour­suit le che­min tra­cé par ses fon­da­teurs, res­tant plus que ja­mais fi­dèle aux col­lec­tions em­blé­ma­tiques tout en les en­ri­chis­sant d’une touche mo­derne et puis­sante, em­preinte d’in­no­va­tion et de pro­grès tech­nique. La conti­nui­té et la lon­gé­vi­té des col­lec­tions ne sont pas de vains mots chez Co­rum: la col­lec­tion Ad­mi­ral sillonne les mers de­puis 50 ans, tan­dis que la col­lec­tion Bridges se dis­tingue de­puis plus de 30 ans dans l’uni­vers de l’hor­lo­ge­rie. Plus que ja­mais, l’his­toire est en marche chez Co­rum. Pres­tige a ren­con­tré à Ba­sel Jé­rôme Biard le nou­veau CEO de Co­rum. Quand avez- vous repris les rênes de la marque? J’ai repris de­puis à peine un an. J’ai ren­con­tré le co­mi­té de la di­rec­tion pour dé­fi­nir les grands axes de la stra­té­gie, et j’ai com­men­cé à être opé­ra­tion­nel en sep­tembre 2017.

Pou­vez- vous nous ra­con­ter votre par­cours avant de re­joindre Co­rum? J’ai tou­jours tra­vaillé dans le mi­lieu hor­lo­ger. J’ai com­men­cé ma car­rière pro­fes­sion­nelle en tant que Area Brand Ma­na­ger pour Vacheron Constantin, puis j’ai été res­pon­sable des ventes et du mar­ke­ting chez Cartier avant de re­joindre en 2005 Gi­rard- Per­re­gaux et de tra­vailler au­près de Lui­gi Mac­ca­lu­so en tant que di­rec­teur in­ter­na­tio­nal des ventes. En 2009 j’ai été nom­mé di­rec­teur gé­né­ral de LPI, la di­vi­sion montres et joaille­rie du Groupe Weit­nauer, une en­tre­prise suisse de dis­tri­bu­tion dans le sec­teur hor­lo­ge­rie, luxe et li­fe­style pour les mar­chés russe, turc et bré­si­lien. En sep­tembre 2017 je de­viens le di­rec­teur de la di­vi­sion hor­lo­gère au sein du con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion Eu­rope du groupe Hong­kon­gais Ci­ty­champ, pre­nant ain­si la res­pon­sa­bi­li­té des marques Eter­na et Co­rum.

Vous êtes de quelle na­tio­na­li­té? Je suis né en France, mais j’ai la double na­tio­na­li­té suisse et fran­çaise. Mon père, in­gé­nieur, a tra­vaillé à Bâle chez San­doz. Ve­nus au dé­part en Suisse pour juste deux ans, il y est res­té. Je me sens plus suisse que fran­çais.

Pen­sez- vous que le fait d’avoir été au contact de la clien­tèle in­ter­na­tio­nale est utile pour le dé­ve­lop­pe­ment de la marque? Bien sûr. Je veux que da­van­tage de per­sonnes qui tra­vaillent sur le dé­ve­lop­pe­ment de la marque voyagent et sortent de la Chaux- de- Fonds pour com­prendre ce qui se passe ailleurs. Nous al­lons réa­li­ser des sé­ries pour des pays, pour des dé­taillants pour qu’à l’époque de l’In­ter­net il y ait moins de glo­ba­li­sa­tion. Le luxe c’est la ra­re­té.

Qui s’oc­cupe du de­si­gn chez Co­rum? Nous avons un très bon de­si­gner for­mé dans la bi­jou­te­rie. Je vous montre un mo­dèle qui sor­ti­ra l’an­née pro­chaine. Im­pres­sion­né par la col­lec­tion Haute Cou­ture 2018- 2019 no­tam­ment par la bro­de­rie, notre de­si­gner a créé un boî­tier rec­tan­gu­laire, un peu ar­ron­di, avec une car­rure as­sez large pour in­sé­rer de gros dia­mants. Nous al­lons réa­li­ser des boî­tiers avec des ser­tis, des fleurs, des cou­leurs, des pierres pré­cieuses, dé­cli­nés à foi­son pour des bi­joux uniques, va­riés aux formes dif­fé­rentes. Par­ler de Co­rum, c’est évo­quer des pièces Mé­tiers d’Art, ori­gi­nales. Par­mi les créa­tions ico­niques nous avons dans la col­lec­tion He­ri­tage la ligne Coin. Ac­tuel­le­ment, un in­croyable ar­tiste russe, le meilleur gra­veur au monde, réa­lise des oeuvres uniques sur une pièce de mon­naie, qui sont com­plè­te­ment dans l’air du temps et qui plaisent. Ce qui prouve notre sa­voir- faire et notre ori­gi­na­li­té. En termes de pro­duits, nous al­lons ten­ter d’être tou­jours plus in­no­vants, élé­gants, raf­fi­nés. Beau­coup de choses ont chan­gé, notre cam­pagne pu­bli­ci­taire se­ra axée sur la di­ver­si­té de notre clien­tèle. Nous vou­lons cho­quer d’une ma­nière ori­gi­nale. Par exemple, la pho­to­graphe Ju­liette Jour­dain, qui ma­quille des per­son­nages d’une fa­çon ori­gi­nale, et crée des pho­tos d’art est une amie de la marque, elle a par­ti­ci­pé avec nous à une édi­tion de la Bubble. Tout ce­la pour at­teindre une clien­tèle très di­ver­si­fiée.

J’ai re­mar­qué que la Bubble, montre ico­nique de la marque est dé­cli­née en une va­ria­tion su­blime, chaque pièce étant dif­fé­rente de l’autre, pou­vez- vous nous en par­ler? La Bubble fait par­tie de l’ADN de la marque, même si elle a dis­pa­ru pour une pé­riode. Etre ex­trê­me­ment créa­tif, au­da­cieux et dif­fé­rent rentre éga­le­ment dans l’ADN de la marque. Est- ce pour cette rai­son que vous avez créé une montre avec un ar­tiste contro­ver­sé, comme le rap­peur fran­çais Boo­ba? Nous l’avons réa­li­sée pour mon­trer que nos clients sont tous dif­fé­rents, parce que ce rap­peur, c’est aus­si un homme ta­len­tueux. Nous ai­mons mon­trer que nos créa­tions sont tel­le­ment dif­fé­rentes. Par­mi nos col­la­bo­ra­tions avec des ar­tistes, ci­tons Joa­chim Hors­ley, com­po­si­teur et pia­niste avec qui nous avons éta­bli un par­te­na­riat pour la Gol­den Bridge. Nous avons es­ti­mé qu’il était un par­te­naire idéal pour nous re­pré­sen­ter. Notre par­te­na­riat a été lan­cé lors d’une soi­rée aux Fo­lies Ber­gères. A l’oc­ca­sion du pre­mier concert eu­ro­péen de Joa­chim Hors­ley, une édi­tion spé­ciale a été créée pour lui dont l’écrin fut réa­li­sé par la mai­son Reuge; une boîte à mu­sique qui re­prend ses par­ti­tions. C’est une col­la­bo­ra­tion dif­fé­rente mar­quée par une cer­taine élé­gance.

Dans le temps, vous aviez uti­li­sé le bois pour cer­tains mo­dèles… Nous avons uti­li­sé du Tek, c’est plu­tôt co­hé­rent avec l’image de la marque. C’est lé­gi­time par rap­port au monde de la voile au­quel Ad­mi­ral se ma­rie. De nou­veau, ce­la prouve que nous sommes au­da­cieux, car sta­bi­li­ser le bois n’est pas fa­cile. Avec nos quatre pôles: Ad­mi­ral, Gol­den Bridge, Bubble, He­ri­tage, il est fa­cile de re­con­naître une montre Co­rum. Rares sont les marques qui ont au­tant de pro­duits fa­ci­le­ment iden­ti­fiables de loin.

Propos re­cueillis à Bâle par MAR­CELLE NADIM

Co­rum, Gol­den Bridge Rec­tangle Joa­chim Hors­ley. Co­rum s’est éga­le­ment as­so­cié à Reuge pour mar­quer ce par­te­na­riat en of­frant à la Gol­den Bridge Joa­chim Hors­ley un écrin de pré­sen­ta­tion sans pa­reil. Spé­cia­le­ment conçue pour l’ar­tiste, cette boîte à mu­sique joue­ra trois des mé­lo­dies per­son­nel­le­ment ar­ran­gées par Joa­chim Hors­ley.

Jé­rôme Biard, CEO Co­rum.

Co­rum, Gol­den Bridge Round 39mm.

Co­rum, Bubble 47 Cen­tral Tour­billon Ti­ta­nium.

Co­rum, ROMVLVS 44 An­nual Ca­len­dar.

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.