Tu votes Trump? Pas de sexe!

Special Madame Figaro - - La Une -

Aux Etats-Unis, un couple a lan­cé un ap­pel à la grève du sexe pour faire bar­rage au can­di­dat ré­pu­bli­cain Do­nald Trump. En ef­fet, ex­cé­dés par les pro­pos sexistes de Trump, Blake et Chand­ler Smith ont lan­cé une cam­pagne, in­ti­tu­lée «Vote Trump, get dum­ped» («Vote Trump, fais-toi lar­guer»), sur les ré­seaux so­ciaux et leur site web. Le prin­cipe : pas de sexe pour les sup­por­ters de Do­nald Trump. Si l’idée peut à prio­ri faire sou­rire, la grève du sexe est un moyen de pres­sion vieux comme le monde. De la Grèce an­tique jus­qu’à nos jours aux Phi­lip­pines, au Ke­nya, en Co­lom­bie, au To­go, en Bel­gique et au Sou­dan du Sud, les femmes ont sou­vent eu re­cours à ce chan­tage pour faire en­tendre leur voix. Fer­mer les jambes tant que les femmes n’au­raient pas leur mot à dire, c’est triste. Triste pour nous les femmes, obli­gées d’uti­li­ser notre corps comme moyen de pres­sion et de nous pri­ver du plai­sir des ga­li­pettes (même si c’est pour la bonne cause), et triste pour les hommes aus­si, ap­pe­lés aus­si le sexe (fi­na­le­ment pas si) fort, qui res­tent en­core ca­ta­lo­gués comme des êtres gui­dés par leurs pul­sa­tions sexuelles. Ser­rer les cuisses tant que la crise des dé­chets n’est pas vrai­ment ré­so­lue, tant que nous n’avons pas le droit de don­ner la na­tio­na­li­té à nos en­fants, tant que l’adul­tère et l’ho­mo­sexua­li­té sont consi­dé­rés comme des crimes, tant que le di­vorce reste in­juste en­vers nous, tant que la vio­lence do­mes­tique n’est pas sé­vè­re­ment pu­nie… la liste de nos re­ven­di­ca­tions est tel­le­ment longue au Li­ban que ce n’est pas une grève du sexe qui pour­ra faire bou­ger les choses, mais plu­tôt un voeu de chas­te­té !

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.