M

Special Madame Figaro - - Mag -

aître de chai de­puis 1992, alors qu’il était dans le do­maine du co­gnac, Fran­çois ibault a été ap­pro­ché en 1996 par Sid­ney Frank, l’en­tre­pre­neur mil­liar­daire et le cer­veau Jä­ger­meis­ter dans le but de créer une vod­ka de luxe 100% fran­çaise. Une onde de choc et de désap­pro­ba­tion va se­couer la ré­gion de Co­gnac, et pour­tant Grey Goose s’im­pose très vite par­mi les ré­fé­rences du sec­teur. Ga­rant de la qua­li­té et de l’image du pro­duit, Fran­çois ibault sé­lec­tionne les meilleurs in­gré­dients et s’as­sure de la par­faite exé­cu­tion de chaque étape, pro­pul­sant ain­si Grey Goose par­mi les lea­ders dans le monde de la vod­ka.

C’est faire le pro­duit soi-même. Ce po­si­tion­ne­ment si­gni­fie que le pro­duit re­joint ‘’le club des marques’’ dans l’image, la qua­li­té, la dis­tri­bu­tion, la no­to­rié­té, l’es­thé­tique. Ce­la gé­nère un coût sup­plé­men­taire, ce qui fait que le pro­duit est plus cher que les pro­duits com­mer­ciaux, donc ce­la n’est guère une vod­ka de masse.

Ce­la si­gni­fie chef et c’est le titre don­né au res­pon­sable tech­nique dans la so­cié­té de co­gnac qui l’ob­tient en gé­né­ral au bout de 7 ans d’ex­pé­rience ou si­non lorsque son pré­dé­ces­seur se re­tire. Le maître de chai est unique et c’est sur lui que re­pose la pro­duc­tion du co­gnac et du stock. Il est le ga­rant de la qua­li­té et il se doit de trans­mettre son sa­voir-faire et ses connais­sances aux gé­né­ra­tions sui­vantes. J’aime le dic­ton sui­vant qui est très si­gni­fi­ca­tif : « Je bois le co­gnac de mon père et de mon ar­rière-grand-père et je fais ce­lui de mon fils et de mes pe­tits fils ». D’où la no­tion du temps qui est très im­por­tante à res­pec­ter aus­si.

Je n’au­rais ja­mais pen­sé le faire moi-même, c’est Sid­ney Frank qui me l’a de­man­dé, alors que j’avais dé­jà tra­vaillé des an­nées au­pa­ra­vant tou­jours à sa de­mande pour la créa­tion du co­gnac Jacques Car­din avec d’autres co­gnacs et bran­dies parce qu’il dé­si­rait im­por­ter de l’al­cool d’Eu­rope vers les Etats-Unis…On peut dire que nous avons osé parce qu’un amé­ri­cain a vou­lu conce­voir une vod­ka pre­mium et dans une ré­gion de co­gnac, et je suis pas­sé pour un traître pen­dant quelques an­nées, car la ré­gion est spé­cia­li­sée dans le co­gnac de­puis quatre siècles! Et de­puis, plu­sieurs marques de vod­ka ont vu le jour dans la ré­gion grâce à notre im­pul­sion. Nous avons ca­pi­ta­li­sé sur un in­gré­dient de qua­li­té

Newspapers in French

Newspapers from Lebanon

© PressReader. All rights reserved.