L'ori­gi­nal plu­tôt que la co­pie

Face à la ré­cu­pé­ra­tion de son pro­gramme par d'autres par­tis, déi Lénk stig­ma­tise le «bi­lan mi­sé­rable» en ma­tière de lo­ge­ment de ses concur­rents.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Politique Et Société - De notre jour­na­liste Fré­dé­ric Braun

Ven­dre­di, déi Lénk a pré­sen­té sa cam­pagne na­tio­nale pour les élec­tions com­mu­nales du 8 oc­tobre.

De­puis 2015, la crois­sance est de re­tour au Luxem­bourg. Et à en croire les pré­vi­sions, elle frô­le­ra les 5 % l'an pro­chain, tou­jours ac­com­pa­gnée de celle dé­mo­gra­phique et du boom im­mo­bi­lier que l'on connaît. En même temps que, en rai­son de la myo­pie des gou­ver­ne­ments qui se sont suc­cé­dé à la tête du pays, le lo­ge­ment est de­ve­nu une den­rée rare, et qua­si­ment in­ac­ces­sible aux bas sa­laires.

Cette évo­lu­tion, déi Lénk a été par­mi les pre­miers à s'en in­quié­ter et c'est ce que le mou­ve­ment a te­nu à mettre au clair ven­dre­di, alors que les par­tis éta­blis, dans un re­vi­re­ment qui au­rait tous les traits d'une «farce», ont dé­ci­dé de faire de la ques­tion du lo­ge­ment un de leurs thèmes cen­traux du­rant cette cam­pagne des com­mu­nales, comme le sou­le­vait ven­dre­di Ve­ra Do­cken­dorf, can­di­date de déi Lénk à Luxem­bourg, qui a qua­li­fié le bi­lan des par­tis éta­blis en ma­tière de po­li­tique de lo­ge­ment d'«as­sez mi­sé­rable». Plu­tôt que pour la co­pie, le par­ti de gauche ra­di­cale conseille donc de vo­ter pour l'ori­gi­nal le 8 oc­tobre pro­chain.

Aux élec­tions com­mu­nales dans un peu moins d'un mois, déi Lénk se pré­sente avec 145 can­di­dats, dont la ma­jo­ri­té sont des femmes. Ce n'est pas le seul as­pect à tra­vers le­quel la Gauche compte se dé­mar­quer de ses concur­rents : déi Lénk est éga­le­ment le par­ti qui compte le plus d'étran­gers (29) sur ses listes dans les huit com­munes où il se pré­sente (Dif­fer­dange, Du­de­lange, Esch-sur-Al­zette, Hes­pe­range, Luxem­bourg, Pé­tange, Sa­nem et Stras­sen), et par­mi les­quelles se trouvent les sept com­munes les plus peu­plées.

Re­don­ner sens à la crois­sance

La cam­pagne de déi Lénk est axée au­tour de trois thèmes : la dé­mo­cra­ti­sa­tion des pro­ces­sus de dé­ci­sion, une pla­ni­fi­ca­tion com­mu­nale so­ciale et éco­lo­gique et, en­fin, la créa­tion de lo­ge­ments abor­dables. Pour faire va­loir l'au­to­no­mie des com­munes, le par­ti de gauche ra­di­cale mise sur un sys­tème de consul­ta­tions, afin no­tam­ment de dé­ter­mi­ner un bud­get par­ti­ci­pa­tif et ren­for­cer l'ac­cep­ta­tion de ses po­li­tiques.

«La crois­sance doit avoir un sens», mar­tèle Ga­ry Di­de­rich, conseiller com­mu­nal de Dif­fer­dange et porte-pa­role du par­ti, qui n'hé­si­te­ra pas une fois élu à pro­fi­ter des sub­ven­tions à hau­teur de 75 % que l'État ac­corde aux com­munes dé­si­reuses de construire du lo­ge­ment so­cial. Ou d'ac­ti­ver la loi de 2004 sur l'im­po­si­tion des dents creuses ur­baines, pour lut­ter contre la spé­cu­la­tion.

Ve­ra Do­cken­dorf en­vi­sage même un sys­tème de ma­jo­ra­tion, avec des amendes aug­men­tant d'an­née en an­née, des bails em­phy­téo­tiques ou en­core la créa­tion d'une agence im­mo­bi­lière com­mu­nale pour ai­der les per­sonnes à la re­cherche d'un lo­ge­ment et les pro­té­ger contre les abus. Pour la can­di­date à Luxem­bourg, c'est l'ab­sence de «cou­rage po­li­tique» dans le pas­sé qui ex­plique la si­tua­tion «dra­ma­tique» ac­tuelle, où le nombre de per­sonnes dé­pen­sant plus de 40 % de leur sa­laire pour payer leur loyer ne ces­se­rait d'aug­men­ter.

Voi­là pour­quoi, après le 8 oc­tobre pro­chain, déi Lénk es­père dis­po­ser d'élus dans les com­munes où il se pré­sente pour la pre­mière fois et conser­ver les man­dats qu'il dé­te­nait dé­jà. «À Dif­fer­dange, l'is­sue de­meure in­cer­taine», note Ga­ry Di­de­rich, seul élu déi Lénk de la ville du Sud, qui rap­pelle tou­te­fois que «par­tout des gens sont en train de se dé­tour­ner des par­tis tra­di­tion­nel­le­ment af­fi­liés à la gauche». Dans la ca­pi­tale, déi Lénk es­père conser­ver ses deux sièges et se veut «très op­ti­miste» concer­nant Esch-sur-Al­zette, «où le par­ti dis­pose d'une base forte et his­to­rique».

Ga­ry Di­de­rich, conseiller com­mu­nal à Dif­fer­dange et Ve­ra Do­cken­dorf, can­di­date à Luxem­bourg.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.