Pauvre pe­tit chat

Les «An­ti-No­bel» osent tout. Jeu­di, c'était leur soi­rée.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Détente -

Les re­cherches les plus sau­gre­nues ont été ré­com­pen­sées, jeu­di, par les «An­ti-No­bel», qui ont dé­cer­né leurs prix an­nuels lors d'une cé­ré­mo­nie à Har­vard, aux États-Unis. Comme chaque an­née de­puis 1991. Cette an­née, le thème était «In­cer­ti­tude». Les lau­réats re­ce­vaient une ré­com­pense de dix tril­lions de dol­lars zim­babwéens et un tro­phée, une tête hu­maine sur­mon­tée d'un point d'in­ter­ro­ga­tion rouge (pho­to).

Ain­si, l'Ig No­bel de phy­sique est al­lé au cher­cheur fran­çais Marc-An­toine Far­din pour une étude in­ti­tu­lée : «Un chat peut-il être un so­lide et un li­quide? Le prix de la paix est al­lé à une équipe qui se de­man­dait si jouer du did­ge­ri­doo pou­vait consti­tuer un trai­te­ment al­ter­na­tif de l'apnée du som­meil. En éco­no­mie, c'est un duo aus­tra­loa­mé­ri­cain qui a été choi­si pour des ex­pé­riences vi­sant à dé­cou­vrir si un ac­cro aux jeux d'ar­gent pou­vait être in­fluen­cé par le fait de tou­cher un cro­co­dile vi­vant. Le prix en re­cherche ana­to­mique est al­lé à une étude in­ti­tu­lée : «Pour­quoi les hommes âgés ont-ils de grandes oreilles?». Et en mé­ca­nique des fluides, c'est un pro­jet d'ob­ser­va­tion d'une tasse de ca­fé trans­por­tée par une per­sonne mar­chant à re­cu­lons qui a été ré­com­pen­sé, se­lon le com­mu­ni­qué des Ig No­bel.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.