Un Mo­sel­lan sus­pect nu­mé­ro un

ATHUS Les po­li­ciers belges soup­çonnent un Mo­sel­lan de gé­rer une ferme de can­na­bis et d'être membre d'un ré­seau de tra­fi­quants.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Faits De Société -

Gé­rant de res­tau­rants le jour, tra­fi­quant de drogue la nuit. C'est le ta­bleau peint par la jus­tice belge au su­jet d'un res­sor­tis­sant ko­so­var ins­tal­lé de­puis plus de 20 ans du cô­té de Het­tange-Grande.

L'homme pos­sède des com­merces sur le sol fran­çais, au Luxem­bourg et en Al­le­magne. Il n'était ja­mais ap­pa­ru sur les ra­dars de la jus­tice fran­çaise jus­qu'à ce qu'un man­dat d'ar­rêt eu­ro­péen soit lan­cé au dé­but du mois par une juge d'ins­truc­tion belge. Après des mois de sur­veillance, une opé­ra­tion de police a mis au jour un im­meuble où chaque mètre car­ré était, semble-t-il, dé­dié à la cul­ture du can­na­bis. Les agents ont ra­mas­sé des ki­los et des ki­los de drogue dans cette «can­na­bi­cul­ture» ins­tal­lée à Athus, juste à cô­té de Longwy. Les Belges ont in­ter­pel­lé plu­sieurs in­di­vi­dus sur leur sol. Et ont de­man­dé le concours des au­to­ri­tés fran­çaises pour le Mo­sel­lan. C'est que cet homme est le pro­prié­taire de la bâ­tisse. Il dit être tom­bé des nues en ap­pre­nant ce qu'on lui re­proche.

«Je veux m'ex­pli­quer»

Mais des vi­déos – la police a fil­mé l'en­trée de l'im­meuble pen­dant des mois – le montrent ré­gu­liè­re­ment sur les lieux. Il dit être sim­ple­ment ve­nu ré­cu­pé­rer les loyers.

Or, peu de gens vi­vaient sur place. Si ce n'est un homme dé­crit dans la pro­cé­dure comme le gar­dien des lieux. Les consom­ma­tions d'eau et d'élec­tri­ci­té ne cor­res­pondent pour­tant guère avec celles d'un homme seul. Sur d'autres images, le Mo­sel­lan est aus­si vu en train de trans­por­ter un sac im­po­sant, avec le­quel il se se­rait ren­du au Ko­so­vo.

Droit dans ses bottes hier ma­tin de­vant la chambre de l'ins­truc­tion de Metz, il a ac­cep­té d'être re­mis aux au­to­ri­tés ju­di­ciaires belges. «Je veux m'ex­pli­quer», as­sure-t-il. Son avo­cat, Me Jo­nas Ols­za­kows­ki, évoque «une confiance tra­hie. Une autre per­sonne s'oc­cu­pait de la ges­tion de ce bien im­mo­bi­lier. Mon client se sent lé­sé par ces ma­noeuvres qui ne lui cor­res­pondent pas».

Le qua­dra­gé­naire va être trans­fé­ré à Ar­lon dans les pro­chaines heures. K. G.

(Le Ré­pu­bli­cain lor­rain)

Har­vey Weinstein est ac­cu­sé de har­cè­le­ment sexuel et de viols par de nom­breuses ac­trices.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.