Un nou­veau cadre lé­gal pour les as­sis­tants pa­ren­taux

Une loi vi­sant à ré­gle­men­ter plus sé­vè­re­ment l'ac­ti­vi­té d'as­sis­tance pa­ren­tale a été vo­tée, hier, à la Chambre.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Politique Et Société -

Les nou­veau­tés com­prises dans le texte – qui a été adop­té grâce aux seules voix de la ma­jo­ri­té par­le­men­taire (32 oui; 2 non (ADR); les dé­pu­tés CSV et déi Lénk s'étant abs­te­nus) – ont es­sen­tiel­le­ment pour ob­jec­tif d'as­su­rer un ac­cueil et un en­ca­dre­ment de qua­li­té, adap­té à l'âge et aux be­soins des en­fants ac­cueillis. Les dé­bats pré­cé­dant le vote de la loi ont no­tam­ment mis l'ac­cent sur le fait que l'as­sis­tance pa­ren­tale consti­tue un maillon in­dis­pen­sable dans la chaîne des dif­fé­rentes struc­tures d'édu­ca­tion et d'ac­cueil pour en­fants. Pour in­for­ma­tion, quelque 680 per­sonnes exercent à l'heure ac­tuelle cette ac­ti­vi­té. Con­crè­te­ment, la loi dé­fi­nit l'as­sis­tance pa­ren­tale comme étant «la prise en charge ré­gu­lière et à titre ré­mu­né­ré, de jour ou de nuit, d'en­fants mi­neurs» âgés de 0 à 12 ans. «L'ac­ti­vi­té d'as­sis­tance pa­ren­tale est une pres­ta­tion de ser­vice exer­cée à titre d'in­dé­pen­dant par l'as­sis­tant pa­ren­tal à son do­mi­cile.» De plus, le texte re­voit et adapte le nombre maxi­mum d'en­fants qu'un – ou plu­sieurs as­sis­tants pa­ren­taux – peuvent ac­cueillir si­mul­ta­né­ment. En prin­cipe, ce nombre reste li­mi­té à cinq en­fants.

Mais l'as­sis­tant pa­ren­tal ne peut plus ac­cueillir plus de deux en­fants âgés de moins de 2 ans. Tou­te­fois, les en­fants fai­sant par­tie du mé­nage de l'as­sis­tant pa­ren­tal ne sont pas pris en compte, à l'ex­cep­tion des en­fants âgés de moins de 2 ans. Le nombre to­tal d'en­fants pou­vant être pris en charge dans le cadre d'un ou plu­sieurs contrats d'édu­ca­tion et d'ac­cueil est li­mi­té à douze en­fants par as­sis­tant pa­ren­tal.

Par ailleurs, dans le cadre de leurs mis­sions, la loi édicte en­core que les as­sis­tants pa­ren­taux sont te­nus d'as­su­rer la sé­cu­ri­té phy­sique et af­fec­tive des en­fants et de gé­né­rer un cadre fa­vo­rable à leur dé­ve­lop­pe­ment per­son­nel, concept qui est dé­fi­ni dans le texte. De plus, la nou­velle loi dé­fi­nit les condi­tions à rem­plir par le re­qué­rant pour ob­te­nir un agré­ment d'as­sis­tant pa­ren­tal. Quant à la re­con­nais­sance comme pres­ta­taire du chèque-ser­vice ac­cueil, elle est pré­vue dans une autre loi.

Dans le cadre de ce fu­tur texte lé­gal, un sta­tut à part de­vrait éga­le­ment voir le jour pour les «mi­ni­crèches», une ac­ti­vi­té à mi-che­min entre une crèche et un as­sis­tant pa­ren­tal.

L'as­sis­tance pa­ren­tale est dé­fi­nie par «la prise en charge ré­gu­lière et à titre ré­mu­né­ré, de jour ou de nuit, d'en­fants âgés de 0 à 12 ans».

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.