La ri­chesse mon­diale en hausse

Se­lon une étude de Cre­dit Suisse, la ri­chesse des mé­nages a aug­men­té.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Économie -

La ri­chesse des mé­nages au ni­veau mon­dial s'est ac­crue de 6,4 % entre mi-2016 et mi-2017, se­lon une étude pu­bliée hier par Cre­dit Suisse, sou­li­gnant que la for­tune glo­bale avait aug­men­té de 27 % sur dix ans.

Cette hausse est at­tri­buable prin­ci­pa­le­ment aux gains sur les mar­chés d'ac­tions qui ont sen­si­ble­ment aug­men­té de­puis la crise de 2007, se­lon cette étude que mène chaque an­née Cre­dit Suisse, le nu­mé­ro deux du sec­teur ban­caire hel­vé­tique, rap­pe­lant que les ac­tifs fi­nan­ciers avaient alors été les plus tou­chés. Les ac­tifs non fi­nan­ciers, tels que l'im­mo­bi­lier, ont eux pour la pre­mière fois dé­pas­sé leurs ni­veaux d'avant la crise, se si­tuant dé­sor­mais 2 % au­des­sus de leurs ni­veaux en 2007.

Les mé­nages amé­ri­cains ont été par­mi les prin­ci­paux bé­né­fi­ciaires de cette re­prise des mar­chés d'ac­tions, les États-Unis re­pré­sen­tant à eux seuls en­vi­ron la moi­tié de la hausse des ri­chesses ob­ser­vée sur douze mois. Le pa­tri­moine des mé­nages amé­ri­cains a pro­gres­sé sans dis­con­ti­nuer de­puis neuf ans, leur pa­tri­moine étant éva­lué en moyenne à 388 585 dol­lars par adulte mi-2017, a chif­fré la banque suisse dans le hui­tième édi­tion de son rap­port mon­dial sur la for­tune.

Les Suisses res­tent en tête

La for­tune du pays est es­ti­mée à 93 600 mil­liards de dol­lars, soit 33 % de la ri­chesse mon­diale, réunis­sant le plus grand nombre de très grosses for­tunes dé­te­nant plus de 1 % de la ri­chesse mon­diale. Le pays compte 43 % des mil­lion­naires de la pla­nète.

La ri­chesse des mé­nages a aug­men­té en Chine de 6,3 % entre mi2016 et mi-2018, et s'est ac­crue de 6,4 % en Eu­rope, l'Al­le­magne, la France, l'Ita­lie et l'Es­pagne se clas­sant par­mi les dix pays af­fi­chant les prin­ci­pales pro­gres­sions en termes ab­so­lus. Le Royaume-Uni a lui re­bon­di après avoir flan­ché l'an pas­sé à la suite du ré­fé­ren­dum sur la sor­tie de l'Union eu­ro­péenne qui avait fait dé­grin­go­ler sa mon­naie, mais «les pers­pec­tives de­meurent in­cer­taines», a poin­té les éco­no­mistes de Cre­dit Suisse.

La Suisse reste ce­pen­dant le pays où la for­tune par ha­bi­tant reste la plus éle­vée, avec un pa­tri­moine éva­lué en moyenne à 537 599 dol­lars. Le pays compte pour 1,7 % du groupe des 1 % de per­sonnes en tête de la ri­chesse mon­diale, alors que la Suisse ne re­pré­sente que 0,1 % de la po­pu­la­tion mon­diale.

Les mil­len­nials de­vront cra­va­cher

L'étude a fait res­sor­tir de fortes dis­pa­ri­tés, les deux seg­ments su­pé­rieurs de la py­ra­mide re­pré­sen­tant 10 % de la po­pu­la­tion qui dé­tient col­lec­ti­ve­ment 86 % de la ri­chesse mon­diale.

Pour cette hui­tième édi­tion, l'étude de Cre­dit Suisse a éga­le­ment consa­cré un vo­let à la gé­né­ra­tion dite des «mil­len­nials» (ou gé­né­ra­tion Y) pour la­quelle les pers­pec­tives ap­pa­raissent plus sombres. Ar­ri­vée à l'âge adulte en l'an 2000, cette gé­né­ra­tion été af­fec­tée par les pertes en ca­pi­tal liées à la crise fi­nan­cière, au chô­mage qui en a dé­cou­lé, à la hausse des in­éga­li­tés de re­ve­nus, au dur­cis­se­ment des condi­tions hy­po­thé­caires mais aus­si dans cer­tains pays à une nette aug­men­ta­tion de l'en­det­te­ment étu­diant, ont dé­taillé les éco­no­mistes de Cre­dit Suisse.

Elle de­vrait, se­lon eux, éprou­ver plus de dif­fi­cul­tés à se consti­tuer une for­tune, bien qu'une par­tie de cette gé­né­ra­tion pros­père, en par­ti­cu­lier en par­ti­cu­lier en Chine et dans les pays émer­gents, ont nuan­cé les éco­no­mistes de Cre­dit Suisse, qui ont éga­le­ment re­le­vé une mon­tée en puis­sance du nombre de jeune mil­liar­daires.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.