Passe d'armes avec Mos­cou

Le Quotidien (Luxembourg) - - Monde -

La Rus­sie a condam­né sans équi­voque, hier, les ac­cu­sa­tions de The­re­sa May contre Mos­cou. «Nous sa­vons ce que vous faites. Et vous n'y ar­ri­ve­rez pas», avait dé­cla­ré la veille la Pre­mière mi­nistre à l'adresse des di­ri­geants russes. Elle a dé­non­cé «l'an­nexion illé­gale de la Cri­mée», le sou­tien aux re­belles dans le Don­bass, le viol «à plu­sieurs re­prises» de « l'es­pace aé­rien de plu­sieurs pays eu­ro­péens», les cam­pagnes de «cy­be­res­pion­nage », « l'ingérence lors d'élec­tions », « le pi­ra­tage du mi­nis­tère da­nois de la Dé­fense et du Bun­des­tag ». « La Rus­sie cherche à faire de l'in­for­ma­tion une arme, en dé­ployant ses mé­dias di­ri­gés par l'État pour dif­fu­ser de fausses in­for­ma­tions et des images tra­fi­quées dans le but de se­mer la dis­corde en Oc­ci­dent et de sa­per nos ins­ti­tu­tions», a pour­sui­vi May.

«L'éven­tail de ces thèses n'est pas nou­veau, mais ce qui les unit, c'est le ca­rac­tère ir­res­pon­sable et sans fon­de­ment de ces ac­cu­sa­tions», a ré­agi hier la porte-pa­role du mi­nis­tère russe des Af­faires étran­gères, Ma­ria Za­kha­ro­va, dans un com­mu­ni­qué. «La so­cié­té bri­tan­nique tra­verse ac­tuel­le­ment une pé­riode qui n'est pas la meilleure en lien avec le pro­ces­sus de sor­tie de l'UE et de di­vi­sions in­té­rieures. Un en­ne­mi ex­té­rieur est né­ces­saire pour dé­tour­ner l'at­ten­tion et la Rus­sie a été choi­sie», a-t-elle ajou­té, re­gret­tant le choix fait par Londres de la «confron­ta­tion».

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.