D'un maillot bleu à l'autre

OPI­NION

Le Quotidien (Luxembourg) - - Mosaïque -

L'Ita­lie n'ira pas à la Coupe du monde, c'est sur­tout triste pour les en­fants. En tant que Fran­çais, je me sou­viens de la Bul­ga­rie en 1993, la passe ra­tée de Gi­no­la, du but éli­mi­na­toire... et de l'été qui ar­rive avec cette ques­tion clef : alors les gars, on sup­porte qui? Le choix avait été vite fait. À Longwy comme à Esch, l'im­mi­gra­tion ita­lienne était im­por­tante, donc on a choi­si l'équipe des co­pains. Et la Coupe du monde 1994 fut l'un de mes plus beaux sou­ve­nirs de foot­ball. Dans ma rue, peu im­porte l'ori­gine, on s'était tous ache­té des maillots «Ita­lia» sur le mar­ché. On rê­vait d'être Bag­gio, de par­ler ita­lien, de pro­fi­ter d'un été sans fin. Sous le so­leil écra­sant des ÉtatsU­nis, la Squa­dra fai­sait des mi­racles. On met­tait la té­lé de­hors à la fin des classes, en si­ro­tant des menthes à l'eau jus­qu'à plus soif, on ta­pait sur des cas­se­roles à chaque vic­toire... voi­là. S'il y a un bam­bi­ni d'Esch qui ne sait pas qui sup­por­ter l'été pro­chain, moi je lui donne mon maillot de l'équipe de France. Hu­bert Ga­me­lon

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.