San­dor Rac s'en ira en dé­cembre

DI­VI­SION NA­TIO­NALE Ar­ri­vé à l'été 2016, l'ex-en­traî­neur em­blé­ma­tique de Metz a an­non­cé hier aux di­ri­geants de Pé­tange son dé­part pour Tou­lon. Le club va de­voir lui trou­ver un suc­ces­seur.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Sports Handball - De notre jour­na­liste Charles Mi­chel

Ini­tia­le­ment, son dé­part pour le Var était pré­vu pour l'été pro­chain, mais les mau­vais ré­sul­tats du club tou­lon­nais ont conduit ses di­ri­geants à avan­cer l'ar­ri­vée de San­dor Rac.

J'en­traîne le club de Pé­tange, une équipe ama­teur. C'est pour ne pas res­ter sans rien, en at­ten­dant mieux (...) Je ne sais ja­mais où je se­rai l'an­née sui­vante (…) J'at­tends quelque chose d'in­té­res­sant…» Dans une in­ter­view ac­cor­dée le 9 mars der­nier à nos confrères du Ré­pu­bli­cain lor­rain, San­dor Rac ne fai­sait pas mys­tère de son dé­sir de re­trou­ver le haut ni­veau. Avec un CV sur le­quel fi­gurent 5 titres de cham­pion de France (2007, 2008, 2009, 2013, 2014), 4 Coupes de la Ligue (2007, 2008, 2009, 2014), 1 Coupe de France (2013) – le tout avec l'équipe fé­mi­nine de Metz – le tech­ni­cien serbe at­ten­dait donc LA bonne pro­po­si­tion. Après des offres ve­nues de Tu­ni­sie ou d'Ara­bie saou­dite, il s'est en­ga­gé avec le club de Tou­lon (D1). Le contrat, d'une du­rée de deux ans, prend ef­fet en juillet 2018 mais, au vu des mau­vais ré­sul­tats en­re­gis­trés par le club, San­dor Rac est ap­pe­lé à re­joindre le Var au plus vite. Plus pré­ci­sé­ment, dès dé­cembre...

Hier soir, 21 h. Après l'en­traî­ne­ment, San­dor Rac avait ren­dez-vous avec Jean-Claude Mul­ler, le pré­sident du club, à la suite de l'in­for­ma­tion pa­rue di­manche chez nos confrères de L'Équipe – re­layée le len­de­main par le Wort – fai­sant état de son ar­ri­vée pré­ci­pi­tée à Tou­lon. «Il y a cer­taines choses que je pré­fère dire en face d'au­tant que, de­puis mon ar­ri­vée à Pé­tange, les di­ri­geants ont tou­jours été très cor­rects avec moi.» Joint plus tôt dans le cou­rant de la jour­née, l'en­traî­neur n'a pas sou­hai­té di­vul­guer la te­neur de ce ren­dez-vous. Tout juste a-t-il consen­ti à ex­pli­quer les rai­sons de son choix : «Pour­quoi Tou­lon? Dé­jà, de­puis 7-8 ans, le club passe sans en­combre le contrôle de la DNCG (NDLR : di­rec­tion na­tio­nale de contrôle de ges­tion). Le club est donc bien gé­ré et ça, c'est dé­jà une bonne base. En­suite, le club a une his­toire (NDLR : cham­pion de France en 2010 et vain­queur de 2 Coupes de France en 2011 et 2012) et il y a tou­jours quelque 3 600 spec­ta­teurs pour chaque match à do­mi­cile. Et puis, le club a l'am­bi­tion de jouer la Coupe d'Eu­rope la sai­son pro­chaine...» Ac­tuel­le­ment, Tou­lon pointe à la 9e place avec huit points de re­tard sur Nantes (4e) et son pro­chain match est pré­vu le 30 dé­cembre.

Pé­tange sur la piste Co­lo­vic?

Ar­ri­vé cet été en pro­ve­nance des Red Boys, Se­din Zu­zo rend un hom­mage ap­puyé à San­dor Rac : «Sur le plan hand­ball, inu­tile de pré­ci­ser que c'est un grand mon­sieur. Mais, au-de­là de ses com­pé­tences tech­niques, San­dor a beau­coup de vé­cu, ce qui lui per­met sur le plan pé­da­go­gique d'être tout sim­ple­ment ex­cep­tion­nel!» Une qua­li­té que l'in­té­res­sé a dé­ve­lop­pée no­tam­ment «il y a 40 ans au contact d'en­fants tri­so­miques».

À Pé­tange, le tech­ni­cien s'est re­trou­vé confron­té à un en­vi­ron­ne­ment bien dif­fé­rent de ce qu'il avait connu jusque-là. «Tu ne peux pas avoir la même exi­gence avec un pro­fes­sion­nel et un gars qui, après sa jour­née de tra­vail, s'ajoute une séance d'en­traî­ne­ment», rap­pelle San­dor Rac ému par la ré­ac­tion de ses dé­sor­mais fu­turs ex-joueurs à l'an­nonce de son dé­part. «Je ne m'at­ten­dais pas à ça, mais ils m'ont tous sou­hai­té bonne chance.»

Jean-Claude Mul­ler ain­si que Yan­nick Glod, son vice-pré­sident, que nous avons ten­té de joindre en vain, vont donc de­voir trou­ver un nou­vel en­traî­neur. Le club pour­rait-il se tour­ner vers Bob Co­lo­vic? Cou­rant oc­tobre, ce­lui-ci a di­ri­gé quelques séances d'en­traî­ne­ment afin de sup­pléer au pied le­vé son co­pain San­dor, vic­time d'une rup­ture du ten­don d'Achille. Aper­çu ré­gu­liè­re­ment dans les tra­vées du Um Drib­bel à Ba­scha­rage avec le­quel il est in­di­rec­te­ment lié puisque em­ployé chez Sales-Lentz, le prin­ci­pal spon­sor de Käer­jeng, le Serbe n'a ja­mais ca­ché son en­vie de re­trou­ver un club. Joint par nos soins, Bob Co­lo­vic s'ap­prê­tait à par­tir hier pour la Ser­bie : «Beau­coup de choses se disent, mais, pour l'ins­tant, Mon­sieur Mul­ler ne m'a pas contac­té...» Et si c'était le cas, pour sûr qu'il en tou­che­rait un mot alors à son pa­tron...

San­dor Rac : «De mon pas­sage à Pé­tange, je re­tien­drai cet es­prit ami­cal propre aux joueurs qui jouent avant tout pour le plai­sir.»

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.