Alex Li­sie­cki change de cordes

MU­SIQUE L'en­traî­neur de Gilles Mul­ler lance, en com­pa­gnie d'un com­plice, un pro­jet mu­si­cal bap­ti­sé Ma­gnus & John dont la 1re chan­son concourt sa­me­di pour le prix de la vi­déo luxem­bour­geoise de l'an­née.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Tennis Sports - De notre jour­na­liste Ju­lien Ca­rette

À cô­té du ten­nis, la mu­sique est l'autre grande pas­sion d'Alexandre Li­sie­cki, l'en­traî­neur dont la des­ti­née est liée à celle d'un cer­tain «Mulles» de­puis sept ans.

Lorsque nous avions bros­sé son por­trait en avril der­nier, ce­lui qui en­traîne le meilleur ten­nis­man luxem­bour­geois de tous les temps de­puis 2010 avait confié : «Je ne sau­rais pas vivre sans écou­ter de la mu­sique tous les jours. C'est une pas­sion peut-être même plus forte en­core que celle du ten­nis chez moi.»

Une pas­sion qui a don­né nais­sance chez cet Eschois d'adop­tion (na­tif de Di­jon) de 42 ans à un pro­jet mu­si­cal bap­ti­sé Ma­gnus & John. «Il existe de­puis plus ou moins un an et de­mi», pré­cise le prin­ci­pal in­té­res­sé, qui a créé ce duo avec un pote à lui, Ste­phan Shar­ping. «On s'est connus grâce à nos filles qui pra­ti­quaient l'ath­lé­tisme dans le même club. Nous avons vite sym­pa­thi­sé et sommes de­ve­nus amis. Lui était mu­si­cien dans un groupe qui s'ap­pelle Gear, tan­dis que moi j'avais ar­rê­té de faire de la mu­sique de­puis six ou sept ans après des pas­sages dans quelques for­ma­tions. Fai­sant pas­ser le ten­nis et ma car­rière en pre­mier. Puis, de fil en ai­guille, je lui ai de­man­dé s'il ne connais­sait pas un gui­ta­riste qui pou­vait s'ac­cor­der avec ma basse. On a fait des ses­sions, j'ai ap­por­té quelques mor­ceaux que j'avais com­po­sés pen­dant mes loi­sirs. Puis, il a ar­rê­té son groupe et on a dé­ci­dé d'ef­fec­tuer un bout de che­min en­semble. Voir où ce­la nous mè­ne­rait...»

Ils passent à la ra­dio et pensent à jouer en live

Au moins jus­qu'à une chan­son nom­mée Ae­ro­bic qui est écou­table sur les pla­te­formes de strea­ming, type Spo­ti­fy, et passe dé­jà ac­tuel­le­ment sur les ondes de pra­ti­que­ment toutes les ra­dios du pays, au­rait-on en­vie de lui ré­pondre! «Ce­la fait quelques an­nées que nous pra­ti­quons la mu­sique et on sa­vait bien ce que nous vou­lions faire. Nos mor­ceaux, on les a bos­sés pen­dant près de deux ans pour ar­ri­ver à la qua­li­té que nous sou­hai­tions ob­te­nir.»

Quatre autres mor­ceaux au­to­pro­duits sont d'ores et dé­jà fin prêts pour la sor­tie d'un EP (ou mi­nial­bum) sans doute dé­but 2018. Ce qui ne se­ra pas une pre­mière pour ce­lui qui coache l'ac­tuel 25e joueur mon­dial. «J'en ai dé­jà sor­ti avec dif­fé­rents autres pro­jets ou groupes quand j'étais plus jeune. Mais on n'avait ja­mais ef­fec­tué une phase de pro­mo­tion comme on va la réa­li­ser au­jourd'hui. Si nous avions en­voyé le fruit de notre tra­vail à la­bels, nous n'avions rien fait par rap­port aux ra­dios», conti­nue ce­lui qui se­ra au­jourd'hui sur RTL pour en par­ler. «Ici, on ne suit pas for­cé­ment le che­mi­ne­ment clas­sique : ré­pé­ti­tions, concerts... Nous sommes pas­sés di­rec­te­ment au stade du clip vi­déo après une ren­contre avec un pro­fes­sion­nel du genre, Ben An­drews.» Une vi­déo qui ac­com­pagne donc le pre­mier mor­ceau du groupe, Ae­ro­bic, qui concourt pour le VCA (Vi­deo Clip Awards Luxem­bourg), le prix de la vi­déo luxem­bour­geoise de l'an­née qui se­ra dé­cer­né sa­me­di lors du fes­ti­val So­nic Vi­sion à la Rock­hal.

Et cette aven­ture de­vrait avoir un pro­lon­ge­ment avec quelques concerts. «Les gens viennent nous voir pour nous dire qu'ils aiment notre mu­sique. Et on a dans l'idée de jouer en live avec une bat­te­rie, un cla­vier... On a en­vie de faire vivre notre mu­sique. Mais notre évo­lu­tion pas­se­ra par une mai­son de disques ou avec l'aide d'un pro­duc­teur...»

En at­ten­dant, quelques mor­ceaux sont éga­le­ment en chan­tier avec au fond de la tête la pos­si­bi­li­té de voir un al­bum naître.

Soit pas mal de pain sur la planche pour un Di­jon­nais qui n'a au­cune en­vie d'ar­rê­ter sa col­la­bo­ra­tion avec «Mulles» et son poste de «boss spor­tif» au sein de la struc­ture LETZServ.

Alex «John Por­tier» Li­sie­cki (à d.) avec son com­père mu­si­cal Ste­phan «Ma­gnus Pe­ter­son» Shar­ping.

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.