ARCELOR DU­DE­LANGE : L'OGBL S'IN­TER­ROGE

Alors qu'Ar­ce­lorMit­tal sou­haite vendre son site de Du­de­lange, de nom­breuses ques­tions se posent sur l'ave­nir du site et un éven­tuel re­pre­neur.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Vorderseite - De notre jour­na­liste Je­re­my Za­bat­ta

En fin de se­maine der­nière, Ar­ce­lorMit­tal a sur­pris beau­coup de monde en dé­voi­lant une liste de sept sites à vendre où fi­gu­rait ce­lui de Du­de­lange, afin de pou­voir fi­na­li­ser l'ac­qui­si­tion du si­dé­rur­giste ita­lien Il­va. De­puis lors, beau­coup de ques­tions sans ré­ponses ont émer­gé. Par­mi les syn­di­cats, l'OGBL sou­haite avoir des éclair­cis­se­ments avant la fin de la se­maine.

Vendredi der­nier, Ar­ce­lorMit­tal a of­fi­cia­li­sé le fait qu'il de­vait, sur ordre de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, se sé­pa­rer de sept usines de la­mi­nage à chaud, dont Du­de­lange. Ces usines équi­valent aux ca­pa­ci­tés des sites d'Il­va, le si­dé­rur­giste ita­lien que le géant de l'acier luxem­bour­geois sou­haite ac­qué­rir pour 1,8 mil­liard d'eu­ros et où il s'en­gage à ef­fec­tuer 2,4 mil­liards d'eu­ros d'in­ves­tis­se­ments.

Dans une lettre adres­sée aux presque 300 em­ployés de Du­de­lange, Geert van Poel­voorde, vice-pré­sident exé­cu­tif et di­rec­teur gé­né­ral d'Ar­ce­lorMit­tal Eu­rope, sou­ligne les ef­forts et la ri­chesse des re­la­tions entre col­lègues du site du­de­lan­geois, tout en in­di­quant que cette dé­ci­sion dé­coule de Bruxelles et non de sa propre vo­lon­té. Une ver­sion qui laisse per­plexe Ray­mond Ka­pus­cins­ky, se­cré­taire cen­tral de l'OGBL en charge du dos­sier : «C'est un peu fa­cile de mettre ça sur le dos de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, car ce n'est pas elle qui a cou­ché les noms des sites sur cette liste. De­puis des an­nées, une forme d'in­cer­ti­tude plane au-des­sus de Du­de­lange, tout comme à Liège.» Le se­cré­taire cen­tral ne sou­haite pas s'avan­cer plus que ce­la pour le mo­ment, mais la crainte de voir se re­pro­duire sur le site de Du­de­lange la même chose qu'à Schif­flange en 2014 reste pal­pable. À de­mi-mot, l'hy­po­thèse d'une fer­me­ture se fait clai­re­ment com­prendre.

Des ré­ponses at­ten­dues jeudi

«Jeudi, nous au­rons une réunion avec la di­rec­tion d'Ar­ce­lorMit­tal sur le su­jet et je compte bien avoir des ré­ponses à mes ques­tions. Car si pour le mo­ment on ne parle pas de fer­me­ture mais d'une vente à un re­pre­neur, j'ai­me­rais sa­voir si l'em­ploi se­ra pré­ser­vé et quel est le dé­lai pour trou­ver un re­pre­neur», sou­ligne Ray­mond Ka­pus­cins­ky, avant d'ajou­ter : «Avoir un chan­ge­ment de pro­prié­taire n'est pas tou­jours né­ga­tif. Nous avons connu des exemples où la re­prise d'une en­tre­prise s'est très bien faite, sans chan­ge­ments pour le per­son­nel. Mais qu'ar­rive-t-il sans re­pre­neur?» Il est évident que si Ar­ce­lorMit­tal ne trouve pas de re­pre­neur, il gè­le­ra le site du­de­lan­geois pour se sou­mettre aux condi­tions de la Com­mis­sion dans le cadre du ra­chat d'Il­va, même si Bruxelles exige que les sites cé­dés pour­suivent leur ac­ti­vi­té après la vente.

La Com­mis­sion eu­ro­péenne doit ter­mi­ner son en­quête de concur­rence pour le 23 mai et Ar­ce­lorMit­tal a dé­jà an­non­cé être confiant sur le ré­sul­tat de l'en­quête en ques­tion.

Mais du cô­té de l'OGBL le cli­mat n'est pas à la confiance : «Le site de Du­de­lange marche bien et est ren­table, même si les ou­tils sont vieux. Mais si on re­garde Flo­range, qui fait la même chose qu'à Du­de­lange, Ar­ce­lorMit­tal y a in­ves­ti ré­cem­ment plus de 60 mil­lions d'eu­ros. N'im­porte quel re­pre­neur se­ra at­ten­tif à ce qu'il achè­te­ra du point de vue tant de la concur­rence que de l'ap­pro­vi­sion­ne­ment.»

Du cô­té d'Ar­ce­lorMit­tal, l'opé­ra­tion sé­duc­tion a com­men­cé, puisque le géant de l'acier dé­crit le site de Du­de­lange comme «une des meilleures usines si­dé­rur­giques d'Eu­rope».

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.