Tur­quie : le pas­teur Brun­son li­bé­ré

TUR­QUIE Le pas­teur amé­ri­cain An­drew Brun­son, ac­cu­sé de ter­ro­risme par An­ka­ra, a été li­bé­ré par un tri­bu­nal ven­dre­di. Il s'est en­vo­lé vers les États-Unis dans la fou­lée.

Le Quotidien (Luxembourg) - - Vorderseite -

Le pas­teur a bien été condam­né mais a pu être li­bé­ré, compte te­nu du temps qu'il a pas­sé en pri­son.

Un tri­bu­nal turc a re­mis en li­ber­té, ven­dre­di, le pas­teur amé­ri­cain An­drew Brun­son, dont la dé­ten­tion puis l'as­si­gna­tion à ré­si­dence en Tur­quie ont sus­ci­té une grave crise entre An­ka­ra et Wa­shing­ton. Le tri­bu­nal d'Alia­ga, dans la ré­gion d'Iz­mir (ouest), a condam­né le pas­teur à trois ans et un mois de pri­son mais l'a re­mis en li­ber­té en te­nant compte du temps qu'il a dé­jà pas­sé en pri­son et de son com­por­te­ment pen­dant son pro­cès. An­drew Brun­son s'est vu in­fli­ger cette peine de pri­son après avoir été re­con­nu cou­pable de «sou­tien» à des «or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes», en l'oc­cur­rence le Par­ti des tra­vailleurs du Kur­dis­tan (PKK, sé­pa­ra­tistes kurdes) et le ré­seau de Fe­thul­lah Gü­len, le pré­di­ca­teur ac­cu­sé par An­ka­ra d'avoir or­ches­tré le putsch man­qué de juillet 2016. Le tri­bu­nal a en outre ac­cé­dé aux de­mandes du par­quet de le­ver l'as­si­gna­tion à ré­si­dence et l'in­ter­dic­tion de quit­ter le ter­ri­toire turc im­po­sées à An­drew Brun­son, qui pour­ra ain­si quit­ter le pays. Le pré­sident amé­ri­cain, Do­nald Trump, s'est fé­li­ci­té de sa li­bé­ra­tion. «Mes pen­sées et prières vont au pas­teur Brun­son et nous es­pé­rons le re­voir ra­pi­de­ment et sans en­combre à la mai­son», a-t-il twee­té après avoir in­di­qué dans un pre­mier mes­sage «tra­vailler très dur» pour An­drew Brun­son, dont la dé­ten­tion puis l'as­si­gna­tion à ré­si­dence en Tur­quie ont pro­vo­qué une grave crise entre An­ka­ra et Wa­shing­ton.

An­drew Brun­son, 50 ans, a quit­té le tri­bu­nal à l'is­sue de l'au­dience et s'est ren­du chez lui, à Iz­mir, à bord d'un convoi de voi­tures. Son avo­cat amé­ri­cain, Jay Se­ku­low, a in­di­qué dans un com­mu­ni­qué que le pas­teur «s'ap­prête à ren­trer aux ÉtatsU­nis».

«J'aime Jé­sus, j'aime la Tur­quie»

«Je suis un homme in­nocent. J'aime Jé­sus, j'aime la Tur­quie »,a dé­cla­ré pen­dant l'au­dience le pas­teur, por­tant un cos­tume sombre sur une che­mise blanche. Ins­tal­lé en Tur­quie de­puis une ving­taine d'an­nées, il était à la tête d'une pe­tite église pro­tes­tante à Iz­mir. Il dé­men­tait en bloc les ac­cu­sa­tions d'ac­ti­vi­tés «ter­ro­ristes» qui pe­saient sur lui. La crise di­plo­ma­tique ali­men­tée par cette af­faire entre ces deux pays al­liés au sein de l'OTAN a pro­vo­qué un ef­fon­dre­ment en août de la livre, la mon­naie turque, et a mis en lu­mière les fra­gi­li­tés de l'éco­no­mie turque. Son cas a été bran­di par des conser­va­teurs chré­tiens amé­ri­cains, une im­por­tante base élec­to­rale pour Do­nald Trump qui a qua­li­fié An­drew Brun­son de «mer­veilleux pas­teur chré­tien» et d'«otage pa­triote». Wa­shing­ton a haus­sé le ton et im­po­sé une sé­rie de sanc­tions à la Tur­quie après le re­fus du tri­bu­nal de li­bé­rer le pas­teur lors d'une pré­cé­dente au­dience en juillet. Le 10 août, par exemple, Wa­shing­ton a dou­blé les droits de douane sur l'acier et l'alu­mi­nium de pro­ve­nance turque, ce à quoi la Tur­quie a im­mé­dia­te­ment ré­pli­qué en pre­nant une me­sure si­mi­laire. Se­lon An­tho­ny Skin­ner, du ca­bi­net de con­sul­tants en risques Ve­risk Ma­ple­croft, l'éco­no­mie turque «se se­rait trou­vée sous des pres­sions en­core plus ac­crues» si le pas­teur n'avait pas été li­bé­ré. «Wa­shing­ton au­rait pro­ba­ble­ment im­po­sé de nou­velles me­sures pu­ni­tives.» «Nous croyons de­puis le tout dé­but qu'il n'y a au­cune sus­pi­cion cri­mi­nelle forte. Il n'y au­cune preuve contre lui dans ce dos­sier», a dé­cla­ré avant l'au­dience l'avo­cat turc du pas­teur, Cem Ha­la­vurt.

Les deux par­ties ont ré­cem­ment af­fi­ché une vo­lon­té d'apai­se­ment, le se­cré­taire d'État amé­ri­cain, Mike Pom­peo, di­sant es­pé­rer une li­bé­ra­tion du pas­teur et le pré­sident turc, Re­cep Tayyip Er­do­gan, fai­sant le voeu d'une amé­lio­ra­tion des re­la­tions avec Wa­shing­ton. Outre le cas de Brun­son, les États-Unis dé­noncent aus­si l'in­car­cé­ra­tion de plu­sieurs Amé­ri­cains en Tur­quie, dont Ser­kan Gölge, un scien­ti­fique de la NA­SA, ain­si que de deux em­ployés turcs de mis­sions di­plo­ma­tiques amé­ri­caines. Un autre dos­sier qui nour­rit les ten­sions entre les deux pays est ce­lui de la banque pu­blique turque Halk­bank, dont l'ex­di­rec­teur gé­né­ral ad­joint, Meh­met Ha­kan Atilla, a été condam­né en mai par un tri­bu­nal amé­ri­cain à 32 mois de pri­son après avoir été re­con­nu cou­pable de contour­ne­ment des sanc­tions amé­ri­caines contre l'Iran. Une amende co­los­sale pour­rait être in­fli­gée à Halk­bank, une pers­pec­tive qui in­quiète le pou­voir turc qui, se­lon des in­for­ma­tions de presse, sou­haite par­ve­nir à un com­pro­mis sur ce dos­sier dans le cadre d'un éven­tuel mar­ché im­pli­quant la li­bé­ra­tion d'An­drew Brun­son.

Le pas­teur de 50 ans, ins­tal­lé en Tur­quie de­puis une ving­taine d'an­nées, a été re­con­nu cou­pable de «sou­tien» à des «or­ga­ni­sa­tions ter­ro­ristes».

Newspapers in French

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.