„Blut wäscht sich nicht wie­der aus“

Tageblatt (Luxembourg) - - Thema | Geschichte - De­nis Scu­to

„Ich weiß nicht, ob das das Rich­ti­ge ist. Blut wäscht sich nicht wie­der aus!“Voi­là les mots pro­non­cés par

l’Amts­bür­ger­meis­ter al­le­mand de Wiltz, Schmitz, en sep­tem­bre 1942, après que 20 Lu­xem­bour­geois eu­rent été con­dam­nés à mort par un tri­bu­nal d’ex­cep­ti­on

(Stand­ge­richt) et exé­cu­tés – un aut­re, l’apa­tri­de Hen­ri Adam, le se­ra par ju­ge­ment d’un tri­bu­nal spé­ci­al

(Son­der­ge­richt) – pour avoir par­ti­ci­pé à la grè­ve cont­re l’en­rô­le­ment for­cé.

Pour ses pro­pos et pour ne pas avoir mon­tré as­sez de „poi­g­ne“en­vers les gré­vis­tes, Schmitz est dé­mis de ses fonc­tions. Mais c’est lui qui au­ra rai­son.

Mais rap­pe­lons d’ab­ord briè­ve­ment les évé­ne­ments d’août-sep­tem­bre 1942: le 30 août 1942, lors d’un ap­pel gé­né­ral de la Volks­deut­sche Be­we­gung (VdB) au hall d’ex­po­si­ti­on du Lim­perts­berg, le Gau­lei­ter Gus­tav Si­mon an­non­ce l’at­tri­bu­ti­on de la na­tio­na­lité al­le­man­de aux Lu­xem­bour­geois et l’en­rô­le­ment de force des jeu­nes hom­mes nés ent­re 1920 à 1924 dans la Wehr­macht (pro­gres­si­ve­ment éten­du jus­qu’à 1927). Les ré­sis­tants avai­ent pré­vu ces me­su­res de­pu­is oc­tob­re 1941. L’in­tro­duc­tion du Reichs­ar­beits­dienst et les ap­pels à l’en­ga­ge­ment vo­lon­taire dans l’ar­mée al­le­man­de étai­ent plus qu’un mau­vais pré­sa­ge. L’évo­lu­ti­on sur le front de l’est ne pas­sait pas ina­per­çue. L’ap­pel sui­vi par la po­pu­la­ti­on de répond­re par „3x Lët­ze­buerg“au re­c­en­se­ment (Per­so­nen­stands­auf­nah­me) du 10 oc­tob­re 1941, le pre­mier suc­cès des mou­ve­ments de ré­sis­tan­ce, doit déjà êt­re pla­cé dans ce con­tex­te his­to­ri­que.

„... dann änt­wert mat dem Mai“

Dans le sud du pays, les com­mu­nis­tes et les mem­bres de l’Al­wer­a­je dis­tri­buent des tracts dé­but août 1942 avec l’aver­tis­se­ment sui­vant: „Kein Lu­xem­bur­ger stirbt für Hit­ler. Wenn dein star­ker Arm es will, ste­hen al­le Rä­der still.“Le 24 août, l’in­sti­tu­teur Jo­sy Fel­lens pas­se la fron­tiè­re avec un tract du LRL im­pri­mé à Bru­xel­les. C’est l’ap­pel à la grè­ve gé­né­ra­le: „Macht Op­po­si­tio’n, a wann de Gau­lei­ter sei Ver­brie­che sollt be­go­en, d’An­e­xi­on oder d’Wehr­pflicht pro­kla­me’ert, dann änt­wert mat dem Ge­ne­ral­streik.“Dans la bro­chu­re très in­téres­san­te pu­bliée par le Mu­sée na­tio­nal de la Ré­sis­tan­ce pour le 75e an­ni­ver­sai­re de la grè­ve cet­te an­née, on peut voir, grâce à la re­pro­duc­tion du do­cu­ment, qu’une co­quil­le d’im­pri­me­rie fâcheu­se s’est glis­sée dans le tract: „dann änt­wert mat dem Mai.“Il a fal­lu bif­fer à la main „Mai“et le rem­pla­cer par „Ge­ne­ral­streik“.

C’est à Wiltz que l’ap­pel est sui­vi en pre­mier. A 6 heu­res, les ou­vri­ers de la fa­bri­que de cuir „Ide­al“se met­tent en grè­ve. Les in­sti­tu­teurs ren­vo­i­ent leurs élè­ves à la mai­son. Les ma­gas­ins n’ou­vrent pas. Un cor­tè­ge de pro­testa­ti­on spon­ta­né se for­me dans les ru­es de Wiltz. Le mou­ve­ment se pro­pa­ge de vil­le en vil­le. De Wiltz à Et­tel­bruck à Die­kirch dans le cent­re et le sud. A l’usi­ne d’Ar­bed Esch-Schifflan­ge, un co­mité de grè­ve est vi­te mis sur pied au­tour du la­mi­neur Eu­gè­ne Bi­ren. A 18 heu­res, 2.000 ou­vri­ers ces­sent de fa­çon so­li­dai­re le tra­vail. C’est après la grè­ve dans cet­te en­tre­pri­se stra­té­gique pour l’in­dus­trie de gu­er­re que le chef de la Staats­po­li­zei­stel­le Trier et du Ein­satz­kom­man­do Lu­xem­burg, Fritz

Hart­mann, in­for­me le Reichs­si­cher­heits­haupt­amt à Ber­lin qui, dans la nuit, en­vo­ie des in­struc­tions: pro­cla­ma­ti­on de l’état d’ur­gence et mi­se en place d’un tri­bu­nal d’ex­cep­ti­on. Ce n’est qu’après la grè­ve à Esch-Schifflan­ge que Hart­mann réa­li­se l’am­pleur du mou­ve­ment de grè­ve. Pré­sent à Wiltz dans l’après-mi­di, il était dans un pre­mier temps re­tour­né dans sa ré­si­dence de Sept­fon­tai­nes.

Les pro­testa­ti­ons pren­nent le 31 août et les jours sui­vants les for­mes les plus diverses: des fonc­tion­nai­res ren­vo­i­ent leur car­te VdB. Des paysans dé­ver­sent le lait dans la rue. Les épingles à l’ef­fi­gie de la Gran­de-Du­ch­es­se Char­lot­te réap­pa­rais­sent sur les vête­ments com­me au temps du „Spén­gelsk­rich“. En­co­re deux jours plus tard, le 2 sep­tem­bre, 156 ou­vri­ers de l’usi­ne de Dif­fer­d­an­ge ces­sent le tra­vail. Et on pour­rait ajou­ter beau­coup d’au­tres ex­emp­les.

Les ly­cées par­ti­ci­pent éga­le­ment à la grè­ve. De nom­breux élè­ves, fil­les et gar­çons, à Lu­xem­bourg, Esch, Die­kirch et Ech­ter­nach ne se ren­dent pas à l’éco­le. 40 app­ren­tis d’Ar­bed Bel­val re­fu­sent, pen­dant deux jours de sui­te, le 2 et le 3 sep­tem­bre, de fai­re le sa­lut hit­lé­ri­en lors du le­ver ma­ti­nal du dra­peau. Com­me me l’ont ra­con­té cet été les deux der­niers sur­vi­vants de cet­te ac­tion, Je­anPier­re Eschen­au­er, 92 ans, et François Cro­nau­er, 89 ans, eux aus­si vou­lai­ent „fai­re quel­que cho­se“. Com­me les élè­ves des ly­cées les jours au­pa­ra­vant qui avai­ent ex­pri­mé par des ac­tes qu’ils ne vou­lai­ent ni êt­re al­le­man­ds ni ser­vir ou com­batt­re pour Hit­ler. Les app­ren­tis ont clai­re­ment mar­qué leur pro­testa­ti­on non sous la for­me de ces­sa­ti­on de tra­vail mais sous for­me de re­fus du sa­lut hit­lé­ri­en. Le cou­ra­ge fut le mê­me. Et com­me les élè­ves ils fu­rent em­me­nés dans des Umer­zie­hungs­la­ger al­le­man­ds à Ru­wer, Stah­leck, Adenau, Al­te­n­ahr.

Le tri­bu­nal d’ex­cep­ti­on ju­ge des mou­ve­ments de pro­testa­ti­on et de grè­ve qui se sont pro­du­its dans pas moins de 16 lo­ca­lités. 21 per­son­nes fu­rent con­dam­nées à mort. Adam par dé­ca­pi­ta­ti­on à la pri­son de Co­lo­gne-Klin­gel­pütz, les 20 au­tres fu­sil­lés dans le bo­is près du SS-Son­der­la­ger Hin­zert.

150 au­tres sont mis à la dis­po­si­ti­on de la Gesta­po et in­ter­nés au Grund pu­is à Hin­zert. Des cen­tai­nes de fa­mil­les sont trans­plan­tées („um­ge­sie­delt“) vers les ré­gi­ons de l’est, aut­re me­su­re dé­ci­dée au Füh­rer­haupt­quar­tier en Ukrai­ne le 9 août 1942 à côté de l’at­tri­bu­ti­on de la na­tio­na­lité al­le­man­de et de l’en­rô­le­ment for­cé.

Il est d’au­tant plus sur­prenant que cet­te grè­ve, cet ac­te de ré­sis­tan­ce de mil­liers de ci­toy­ens et de ci­toy­ennes, tout en re­ce­vant com­me „grè­ve gé­né­ra­le“une place cen­tra­le dans la com­mé­mo­ra­ti­on de la gu­er­re, n’ait pas don­né lieu jus­qu’à pré­sent à une mo­no­gra­phie his­to­ri­que. La de­scrip­ti­on la plus dé­tail­lée se trouve dans un ouvra­ge qui ne por­te pas la grè­ve dans son tit­re: „Vom Halb­mond zum Zie­gen­kopf. Die Ge­schich­te der Lu­xem­bur­ger Häft­lin­ge in Lu­blin“, d’An­dré Ho­hen­gar­ten. Les pre­miè­res cent pa­ges dé­criv­ent la pré­his­toire, le dé­rou­le­ment et la ré­pres­si­on de la grè­ve, avant que l’au­teur ne s’at­ta­che au sort de ces dé­te­nus qui fu­rent dé­por­tés après la grè­ve à Hin­zert et en­sui­te au camp de Bir­ken­hof à Da­b­ro­wi­ca, près de Lu­blin en Po­lo­gne.

„the ac­tu­al peop­le of the past“

Dans la bro­chu­re du Mu­sée de la Ré­sis­tan­ce, l’his­to­ri­en Ge­or­ges Büch­ler plai­de dans son in­tro­duc­tion et chro­no­lo­gie de la grè­ve pour un re­tour aux sour­ces. Avec rai­son. 25 ans après que les his­to­ri­ens Guil­lon et La­bo­rie eu­rent de­man­dé en Fran­ce un „re­tour à l’his­toire, c’est-à-dire au do­cu­ment“par­tant du cons­tat: „L’his­toire de la Ré­sis­tan­ce res­te à fai­re“. Avec l’ob­jec­tif non seu­le­ment de com­mé­mo­rer mais de con­textua­li­ser his­to­ri­que­ment, d’in­ter­pré­ter, de com­prend­re au lieu de ju­ger.

„Blut wäscht sich nicht wie­der aus!“Le com­men­taire fait par le bourg­me­st­re al­le­mand de Wiltz à Hart­mann a con­textua­li­sé à sa fa­çon la grè­ve. En ca­rac­té­ri­sant la ré­pres­si­on sang­lan­te com­me rup­tu­re. Il y a un avant et un après la grè­ve.

Com­me l’a ex­pri­mé Vin­cent Ar­tu­so dans sa thè­se de doc­to­rat, la ma­jo­rité des Lu­xem­bour­geois n’était cer­tes pas prête en 19401941 à s’as­si­mi­ler à l’Al­le­ma­gne na­zie, mais tant que le Reich ap­pa­rais­sait com­me le vain­queur vrai­sem­bla­ble de la gu­er­re, la ma­jo­rité avait ac­cep­té de s’ac­com­mo­der de ce ré­gime ou de s’ad­ap­ter à lui.

N’étai­ent-ils pas 72.000 Lu­xem­bour­geois à êt­re en­trés dans la VdB jus­qu’en oc­tob­re 1941? Les pre­miers dix mil­le de fa­çon vo­lon­taire, les sui­vants dans la plu­part des cas non vo­lon­taire­ment, mais cédant aux pres­si­ons des au­to­rités. „Aus Kon­junk­tur­grün­den“, com­me le no­tai­ent les oc­cup­ants eux-mê­mes. Et pour­tant … Les tracts des mou­ve­ments de ré­sis­tan­ce tra­dui­sent une cer­tai­ne im­pa­ti­ence, com­me ce­lui-ci dis­tri­bué en juil­let-août dans la ré­gi­on eschoi­se. Il fait ré­fé­rence à l’at­ti­tu­de de la po­pu­la­ti­on dans d’au­tres pays oc­cup­és:

„Bel­gi­en, Hol­land, Nor­we­gen Al­les schléit op den Ty­rann Wat ma mir? Net ge­nuch. Do­fir er­wecht: schlot iech mat!“

En fé­vri­er 1941, la po­pu­la­ti­on d’Ams­ter­dam et d’au­tres vil­les néer­lan­dai­ses avai­ent fait grè­ve pour pro­tes­ter cont­re les pre­miè­res raf­les de juifs à Ams­ter­dam. Les ou­vri­ers bel­ges font grè­ve le 10 mai 1941, jour an­ni­ver­sai­re de l’in­va­si­on al­le­man­de, pen­dant une se­mai­ne, cont­re les me­su­res de ra­ti­on­ne­ment et la di­mi­nu­ti­on des sa­lai­res. Une grè­ve écla­te aus­si en Nor­vè­ge le jour an­ni­ver­sai­re de l’in­va­si­on, le 7 avril 1941. Au Lu­xem­bourg, c’est seu­le­ment à par­tir d’oc­tob­re 1941, lorsque les pre­miers Lu­xem­bour­geois sont ex­ami­nés en vue du Reichs­ar­beits­dienst et que la Wehr­macht s’en­ga­ge dans la ba­tail­le de Moscou, que de plus en plus de gens ex­pri­ment leur dis­sen­si­on à l’égard de la VdB. Avec l’en­rô­le­ment de force, la grè­ve mais aus­si la dé­té­rio­ra­ti­on des con­di­ti­ons de vie et de tra­vail, la ma­jo­rité de la po­pu­la­ti­on lu­xem­bour­geoi­se bas­cu­le dans la dis­sen­si­on, dans l’op­po­si­ti­on à l’oc­cup­ant na­zi et, en nom­bre crois­sant, par­ce qu’il faut ai­der à cacher „Ons Jon­gen“, dans la ré­sis­tan­ce.

Nous pou­vons con­ti­nu­er et nous con­ten­ter tous les ans de com­mé­mo­rer le jour an­ni­ver­sai­re d’une grè­ve qui a im­pré­g­né de fa­çon dé­cisi­ve l’his­toire du pays. Ou alors nous dé­ci­dons aus­si de re­tour­ner à l’his­toire, c.-à-d. aux sour­ces, à la com­ple­xité, à une appro­che cri­tique. Nous pou­vons con­ti­nu­er à de­man­der à l’his­toire et aux his­to­ri­ens et his­to­ri­en­nes qu’ils nous ras­su­rent que nous, nos pa­r­ents, grands-pa­r­ents ou ar­riè­re-grands-pa­r­ents ou „not­re peup­le“étai­ent bi­en du „bon“côté et ce­ci tout au long de la gu­er­re. Ou alors nous nous ef­for­çons en­fin de com­prend­re, com­me l’ex­pri­me ma col­lè­gue néer­lan­dai­se Is­mee Ta­mes, „the ac­tu­al peop­le (of the past), with all their quirks and in­con­sis­ten­cies, their tra­ge­dies, their failu­res and their he­ro­ism“.

Lett­re de la Hit­ler­ju­gend an­nonçant aux pa­r­ents l’ar­resta­ti­on de leur fil­le Ger­mai­ne (nom ger­ma­ni­sé en Hermine) Gei­sen, élè­ve du Ly­cée de jeu­nes fil­les à Esch, pour avoir par­ti­ci­pé à la grè­ve, et son in­ter­ne­ment dans un „Er­zie­hungs­la­ger“à un lieu te­nu se­cret.

Newspapers in German

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.