La Chi­ne res­ser­re son étau

BIT­CO­IN In­ves­tis­seurs in­quiets

Tageblatt (Luxembourg) - - Unternehmen -

„Les au­to­rités ne com­pren­nent ri­en au bit­co­in!“, pes­te Zhang Yan­hua, créa­teur d’un fonds d’in­ves­tis­se­ment tué dans l’oeuf à me­su­re que Pékin res­ser­rait l’étau sur les cryp­to-mon­naies, son­nant le glas d’un vas­te mar­ché alors que les nou­veaux bit­co­ins sont ma­jo­ri­taire­ment créés en Chi­ne. En­té­ri­nant un tour de vis en­ga­gé dès le dé­but du mois par le ré­gime com­mu­nis­te, la ban­que cen­tra­le chi­noi­se (PBOC) a som­mé mi-sep­tem­bre les pla­te­for­mes d’éch­an­ges de mon­naies vir­tu­el­les ba­sées à Pékin et Shang­hai de ces­ser leurs opé­ra­ti­ons de mar­ché. Dans son vi­seur: le bit­co­in ou l’et­he­re­um, ces unités élec­tro­ni­ques s’éch­an­ge­ant en li­gne sans êt­re ré­gu­lées par au­cun pays.

Com­batt­re la spé­cu­la­ti­on

Or, deux pla­te­for­mes chi­noi­ses, Ok­co­in et BTC Chi­na, ac­ca­pa­rai­ent fin août 22% du vo­lu­me pla­né­taire de bit­co­ins. BTC Chi­na a con­fir­mé qu’il met­trait fin sa­me­di à tou­tes tran­sac­tions, ces­sant les con­ver­si­ons de bit­co­ins en yu­ans. Ok­co­in et Huo­bi lui em­boî­te­ront le pas d’ici à fin oc­tob­re.

Le coup de se­mon­ce a ébran­lé les cours mon­di­a­ux et fait l’ef­fet d’une dou­che fro­ide pour la com­mu­n­au­té très ac­tive des in­ves­tis­seurs lo­caux. „Les chan­ces d’un re­vi­re­ment sont mi­ni­mes“, sou­pi­re Zhang Yan­hua, qui s’est em­pres­sé de cé­der ses bit­co­ins. Le quin­qua­gé­nai­re avait éta­b­li cet été un pe­tit fonds d’in­ves­tis­se­ment con­s­a­cré aux cryp­to-mon­naies, mort pré­ma­tu­ré­ment. Pour ac­quér­ir des mon­naies vir­tu­el­les, „les ca­naux d’in­ves­tis­se­ment (en yu­ans) se ra­ré­fi­ent“et l’ac­cès aux pla­te­for­mes en de­vi­ses étran­gè­res „va de­ve­nir trop com­pli­qué“, ex­pli­que M. Zhang à l’AFP. D’au­tres cher­chent la pa­ra­de: les tran­sac­tions de bit­co­ins „de gré à gré“ent­re par­ti­cu­liers pren­nent leur es­sor sur les ap­p­li­ca­ti­ons de mes­sa­ge­rie, où s’aven­tu­rent les in­ves­tis­seurs ex­pé­ri­men­tés.

„Trop ris­qué“, tran­che Zhang Yan­hua. Pour sa part, Sun Min­jie, un in­ves­tis­seur af­fir­mant avoir ache­té plus d’une cen­tai­ne de mil­liers d’eu­ros de bit­co­ins, en­t­end les „con­ser­ver sur le long ter­me“: „Je n’at­tends ri­en du gou­ver­ne­ment (...) Mais la vi­va­cité du mar­ché mon­di­al per­sis­te! Le sort du bit­co­in ne dé­pend pas des au­to­rités chi­noi­ses.“Pour­quoi ce durcis­se­ment?

L’As­so­cia­ti­on na­tio­na­le de fi­nan­ce in­ter­net – éma­na­ti­on de la PBOC – a dres­sé mi-sep­tem­bre un vio­lent réqui­si­toire cont­re les mon­naies vir­tu­el­les, ac­cu­sées d’êt­re „l’in­stru­ment d’ac­tivités cri­mi­nel­les“com­me „le tra­fic de dro­gue“. Par ail­leurs, le bit­co­in a sé­du­it beau­coup de Chi­nois or­di­nai­res at­ti­rés par l’en­vo­lée mi­ro­bol­an­te du cours, une po­pu­la­rité qui a gé­né­ré „des ven­tes py­ra­mi­da­les, des frau­des fi­nan­ciè­res“, re­g­ret­te Dong Xi­miao, éco­no­mis­te à l’Uni­ver­sité de Pékin. Mais la ban­que cen­tra­le, qui a in­ter­d­it dès dé­but sep­tem­bre les nou­vel­les émis­si­ons de cryp­to­mon­naies com­me mo­y­en de le­vée de fonds, as­su­re sur­tout vou­loir com­batt­re une „spé­cu­la­ti­on“qui a „gra­ve­ment per­tur­bé le sys­tè­me fi­nan­cier“.

„La Chi­ne ne ban­nit pas le bit­co­in, mais les pla­te­for­mes à fins spé­cu­la­ti­ves“, con­fir­me Da­vid Yer­mack, pro­fes­seur de fi­nan­ce à l’Uni­ver­sité de New York. Pékin s’ef­force­rait ain­si d’en­ray­er les „fui­tes de ca­pi­taux“, une hé­mor­ra­gie qui pé­na­li­se la val­eur du yuan. (AFP)

Newspapers in German

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.