La Sy­rie se­rait li­bé­rée de l’EI

SELON MOSCOU L’Ob­ser­va­toire sy­ri­en des droits de l’Hom­me tem­pè­re

Tageblatt (Luxembourg) - - Syrie - Anaïs Llo­bet, Moscou

Le ter­ri­toire sy­ri­en est „to­ta­le­ment li­bé­ré“du grou­pe Etat is­la­mi­que (EI), a af­fir­mé hier l’ar­mée rus­se, une an­non­ce aus­sitôt tem­pé­rée par l’Ob­ser­va­toire sy­ri­en des droits de l’Hom­me (OSDH) pour qui l’EI ti­ent en­co­re cer­tai­nes zo­nes. „La mis­si­on de l’ar­mée rus­se, qui con­sis­tait à dé­fai­re le grou­pe ter­ro­ris­te ar­mé Etat is­la­mi­que, est ac­com­p­lie“, a in­di­qué le mi­nis­tè­re rus­se de la Dé­fen­se au cours d’un po­int de pres­se à Moscou, en af­fir­mant qu’au­jourd’hui „il n’y a au­cu­ne lo­ca­lité ni ré­gi­on de Sy­rie sous le con­trô­le de“l’EI. Les forces sou­te­nues par la Rus­sie, prin­ci­pa­le al­liée du ré­gime de Da­mas, com­bat­tai­ent les ji­ha­dis­tes sur la ri­ve oc­ci­den­ta­le du fleuve Eu­phra­te, qui cou­pe en dia­go­na­le la pro­vin­ce de Deir Ez­zor (est), tan­dis que les forces sou­te­nues par les Etats-Unis lut­tai­ent cont­re l’EI sur la ri­ve ori­en­ta­le.

La Sy­rie „est to­ta­le­ment li­bé­rée des com­bat­tants de cet­te or­ga­ni­sa­ti­on ter­ro­ris­te“, a as­su­ré le gé­né­ral Ser­gueï Rouds­koï, mem­bre de l’état-ma­jor rus­se. Selon lui, des frap­pes aé­ri­en­nes rus­ses „sans pré­cé­dent“ont été me­nées ces der­niers jours dans la ré­gi­on de Bou­k­a­mal, si­tuée sur le fleuve Eu­phra­te près de la fron­tiè­re avec l’Irak, avec plus de 100 sor­ties aé­ri­en­nes et 250 frap­pes quo­ti­di­en­nes.

Les forces spé­cia­les rus­ses, qui ont gui­dé les frap­pes aé­ri­en­nes, ont ai­dé à „dé­trui­re les plus odieux di­ri­ge­ants des grou­pes de com­bat­tants der­riè­re les li­gnes en­nemies“, a dé­cla­ré le gé­né­ral Rouds­koï. „Des ban­des de sa­bo­teurs de l’EI“sont en­co­re sus­cep­ti­bles d’opé­rer mais se­ront com­bat­tus par les trou­pes sy­ri­en­nes, a-t-il ajou­té.

Tem­pé­rant l’an­non­ce rus­se, l’OSDH a rap­pelé hier que l’EI te­n­ait en­co­re quel­ques po­ches sur le ter­ri­toire sy­ri­en. „Sa pré­sence la plus im­port­an­te est sur la ri­ve ori­en­ta­le de l’Eu­phra­te, où le grou­pe dé­ti­ent en­co­re 8% de la pro­vin­ce de Deir Ez­zor“, a af­fir­mé son di­rec­teur, Ra­mi Ab­del Rah­ma­ne. L’EI est éga­le­ment en­co­re pré­sent dans le nord-est de la pro­vin­ce de Ha­ma et de Homs (cent­re) ain­si que dans le quar­tier pa­lesti­ni­en de Yar­mouk à Da­mas, tan­dis qu’un grou­pe al­lié ti­ent des po­si­ti­ons dans le sud de la Sy­rie. Mais selon l’OSDH, l’EI n’a plus „de pré­sence sur la ri­ve oc­ci­den­ta­le du fleuve“. „Les forces pro­ré­gime ti­en­nent la moi­tié ou­est de la pro­vin­ce, al­lant de Maada­ne (nord-ou­est) jus­qu’à la fron­tiè­re ira­ki­en­ne“, a-t-el­le pré­cisé.

Les pour­par­lers in­ter­sy­ri­ens se pour­suiv­ent

Mer­credi soir, l’agence de pres­se of­fi­ci­el­le Sa­na avait déjà in­di­qué que les trou­pes gou­ver­ne­men­ta­les et les forces qui leur sont al­liées avai­ent pris une ving­tai­ne de lo­ca­lités et vil­la­ges dans cet­te zo­ne. „Les trou­pes de l’ar­mée sy­ri­en­ne, en co­or­di­na­ti­on avec des forces al­liées, ont pris le con­trôlé du bas­sin de l’Eu­phra­te à Deir Ez­zor, après avoir éli­mi­né les der­niers ter­ro­ris­tes de Da­ech (acro­ny­me ara­be de l’EI) dans le sec­teur“, avait-el­le rap­por­té. Ces deux of­fen­si­ves, à l’est et à l’ou­est du fleuve, ont été sou­te­nues mi­li­taire­ment par des frap­pes aé­ri­en­nes rus­ses.

Sur le ter­rain de la di­plo­ma­tie, alors que le 8e cy­cle de pour­par­lers in­ter­sy­ri­ens se pour­su­it à Genè­ve jus­qu’au 14 dé­cem­bre, l’en­voyé spé­ci­al de l’ONU pour la Sy­rie, Staf­fan de Mis­tu­ra, a mis en gar­de cont­re tou­te an­non­ce hâ­ti­ve de vic­toire sur l’EI. „Ga­gner sur le ter­rain cont­re Da­ech, c’est une cho­se. Dé­fai­re Da­ech, et en con­séquence l’em­pêcher de ren­aît­re sous un aut­re nom et avec d’au­tres per­son­nes, exi­ge un pro­ces­sus po­li­tique cré­di­b­le et glo­bal, une Con­sti­tu­ti­on, des élec­tions par­le­men­taires et pré­si­den­ti­el­le sous l‘égide de l’ONU“, a-til dé­cla­ré lors d’une con­fé­rence de pres­se.

Si la dé­lé­ga­ti­on du ré­gime sy­ri­en, qui avait mar­qué le dé­but des né­go­cia­ti­ons par son ab­sence, se dit prête à ac­cep­ter des élec­tions sous la su­per­vi­si­on de l’ONU, el­le re­fu­se ca­té­go­ri­que­ment de dis­cu­ter du sort de Bachar al-As­sad.

De son côté, l’ar­mée rus­se, par la voix du gé­né­ral Rouds­koï, a af­fir­mé vou­loir dé­sor­mais „con­cen­trer ses ef­forts pour ap­por­ter de l’ai­de au peup­le sy­ri­en afin de re­con­strui­re la paix“. La Rus­sie avait déjà an­non­cé le 21 no­vem­bre la fin de la „pha­se ac­tive de l’opé­ra­ti­on mi­li­taire“en Sy­rie. Lan­cée en 2015, l’in­ter­ven­ti­on mi­li­taire rus­se a chan­gé la don­ne en per­met­tant notam­ment à l’ar­mée sy­ri­en­ne de ra­vir à l’EI la cité an­tique de Pal­my­re et de chas­ser les re­bel­les de leur bas­ti­on d’Alep (nord). (AFP)

Le gé­né­ral Ser­gueï Rouds­koï a dé­cla­ré le pays „to­ta­le­ment li­bé­ré“de l’EI. L’OSDH quant à lui ap­pel­le à re­la­ti­vi­ser les cho­ses tan­dis que l’en­voyé spé­ci­al de l’ONU pour la Sy­rie, Staf­fan de Mis­tu­ra, met en gar­de cont­re tou­te an­non­ce hâ­ti­ve de vic­toire sur l’EI.

Newspapers in German

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.