Le 10 no­vem­bre 1918: Ré­vo­lu­ti­on au Luxembourg?

Jac­ques Maas

Tageblatt (Luxembourg) - - Geschichte -

D’après des té­moi­gna­ges de l’épo­que, l’at­mo­s­phè­re gé­né­ra­le ré­gnant à Luxembourg dans les pre­miers jours du mois de no­vem­bre 1918 était plu­tôt ten­due. Beau­coup de Lu­xem­bour­geois re­dou­tai­ent que le pays ne de­vi­en­ne champ de ba­tail­le en cet­te pha­se ul­ti­me de la Pre­miè­re Gu­er­re mon­dia­le, à l’oc­ca­si­on notam­ment de l’as­saut pré­vu des forces al­liées cont­re les po­si­ti­ons al­le­man­des en Lor­rai­ne.

Ce fut donc avec grand sou­la­ge­ment que l’on ac­cu­eil­lit à Luxembourg la nou­vel­le que des né­go­cia­ti­ons à pro­pos de la con­clu­si­on d’un ar­mis­ti­ce étai­ent en cours. Dès le 9 no­vem­bre, la re­trai­te de l’ar­mée al­le­man­de était ent­a­mée, et des flots in­ces­sants de ré­giments de l’ar­mée im­pé­ria­le al­lai­ent tra­ver­ser le Luxembourg dans les jours sui­vants – prenant cet­te fois-ci la di­rec­tion du Reich. Bi­en de ces unités mi­li­taires étai­ent ga­gnées par l’es­prit ré­vo­lu­ti­on­nai­re et avai­ent dé­mis les of­fi­ciers de leur pou­voir de com­man­de­ment et élu en leur sein un Sol­da­ten­rat, un con­seil de sol­dats, à l’image du so­viet mi­li­taire des mate­lots de Kiel for­mé dès le 4 no­vem­bre.

Le di­man­che 10 no­vem­bre de tels Sol­da­ten­rä­te se for­mè­rent à leur tour au sein des trou­pes d’oc­cupa­ti­on al­le­man­des au Luxembourg, à Esch-sur-Al­zet­te et dans la ca­pi­ta­le. Le mou­ve­ment ré­vo­lu­ti­on­nai­re ga­gna sans plus tar­der la so­cié­té ci­vi­le et des con­seils d’ou­vri­ers et de paysans se for­mè­rent aus­si à Metz, Stras­bourg, Sar­re­bruck, Trè­ves, à l’in­star des bou­le­ver­se­ments en cours à Ber­lin, Mu­nich, Bu­da­pest, etc.

Ten­si­ons so­cia­les et po­li­ti­ques

A la fin de quat­re an­nées de ré­gime d’oc­cupa­ti­on mi­li­taire al­le­man­de, après des an­nées de pri­va­tions et de di­set­te qui avai­ent tou­ché tout par­ti­cu­liè­re­ment la clas­se ou­vriè­re et plus gé­né­ra­le­ment les sala­riés des vil­les et cen­tres in­dus­tri­els, le re­tour de la paix ren­dait à la po­pu­la­ti­on le plus vif espoir de temps meil­leurs. Ce­pen­dant, l’oc­cupa­ti­on mi­li­taire al­le­man­de venant à son ter­me, les lut­tes po­li­ti­ques ach­ar­nées ent­re la droi­te clé­ri­ca­le, les li­bé­raux et les so­cia­lis­tes n’al­lai­ent pas man­quer de re­par­tir de plus bel­le. Ces lut­tes tour­naient pour l’es­sen­ti­el au­tour de la ques­ti­on dy­nas­tique, à savoir l’at­ti­tu­de de la gran­de-du­ch­es­se Ma­rie-Adé­laï­de à l’égard de l’oc­cup­ant al­le­mand. Les li­bé­raux et les so­cia­lis­tes repro­ch­ai­ent de ma­niè­re plus ou moins vi­gou­reu­se à la gran­de-du­ch­es­se ses sym­pa­thies pour la cau­se al­le­man­de, alors que la droi­te clé­ri­ca­le con­sidé­rait la gran­de-du­ch­es­se com­me le ga­rant de l’in­dé­pen­dance et de la sou­ver­ai­ne­té du pays.

A Luxembourg, l’agi­ta­ti­on ré­vo­lu­ti­on­nai­re naît d’une ré­uni­on pu­bli­que con­vo­quée par le Cer­cle d’étu­des so­cia­lis­tes pour le di­man­che 10 no­vem­bre dans l’après-mi­di à l’hô­tel Bro­si­us (con­nu par après sous le nom de Pô­le Nord). A l’oc­ca­si­on de cet­te ré­uni­on, le por­te-pa­ro­le de ce cer­cle d’étu­des, Re­né Stoll, jeu­ne agent d’as­suran­ces, dé­ve­lop­pe de­vant une sal­le com­ble un pro­gram­me po­li­tique en huit points en vue de la nou­vel­le épo­que qui com­mence. Ce pro­gram­me où s’entre­mê­lent aus­si re­ven­di­ca­ti­ons éco­no­mi­ques et so­cia­les, vi­se tout d’ab­ord l’éta­blis­se­ment d’un Etat sou­ver­ain et li­bé­ré de tou­te ent­ra­ve d’ord­re dy­nas­tique, po­li­tique et éco­no­mi­que. De ce fait, Stoll ré­cla­me l’ab­di­ca­ti­on de la dy­nas­tie des Nas­sau-Bra­gan­ce et l’in­stau­ra­ti­on d’un ré­gime ré­pu­bli­cain sui­vant le mo­dè­le suis­se, c.-à-d. fon­dé sur la dé­mo­cra­tie di­rec­te com­portant la con­sul­ta­ti­on ré­gu­liè­re de la po­pu­la­ti­on par vo­ie ré­fé­ren­dai­re pour tou­te ques­ti­on po­li­tique d’im­port­an­ce. L’in­stau­ra­ti­on du suf­fra­ge uni­ver­sel, sans dis­cri­mi­na­ti­on de sexe, l’in­tro­duc­tion de la jour­née de tra­vail de huit heu­res, ain­si que la na­tio­na­li­sa­ti­on des com­pa­gnies de che­mins de fer (à 100%) et des en­tre­pri­ses si­dér­ur­gi­ques (à hau­t­eur de 51% de leur ca­pi­tal so­ci­al), sont éga­le­ment ré­cla­mées.

Le rô­le clé joué par le so­cia­lis­te Jos Thorn

A cet­te ré­uni­on à l’hô­tel Bro­si­us se joint un peu plus tard dans l’après-mi­di le dé­pu­té et chef de fi­le du par­ti so­cia­lis­te Jos Thorn. Et c’est à ce der­nier qu’il re­vi­ent de don­ner une im­pul­si­on vé­ri­ta­ble­ment ré­vo­lu­ti­on­nai­re à la ré­uni­on en cours en ré­cla­mant avec force la for­ma­ti­on im­mé­dia­te d’un con­seil d’ou­vri­ers et de paysans, d’un so­viet lu­xem­bour­geois. L’ar­gu­men­taire dé­ve­lop­pé par Jos Thorn qui jou­e­ra un rô­le clé pen­dant les jour­nées du 10 au 13 no­vem­bre 1918, est ré­vo­lu­ti­on­nai­re dans la me­su­re où le le­a­der so­cia­lis­te se réfè­re ex­pres­sé­ment au droit des peu­ples à dis­po­ser d’eux-mê­mes, prin­ci­pe fon­da­men­tal dé­fen­du par le pré­si­dent amé­ri­cain W. Wil­son en vue de la pré­pa­ra­ti­on de la Con­fé­rence de la Paix à Pa­ris. Jos Thorn en dé­du­it le droit du peup­le lu­xem­bour­geois à fai­re ta­ble ra­se de tou­tes les sti­pu­la­ti­ons dé­cou­lant de l’Ac­te fi­nal du Con­grès de Vi­en­ne de 1815 et du pac­te de fa­mil­le de la Mai­son de Nas­sau da­tant de 1783, afin de li­bé­rer ain­si l’Etat lu­xem­bour­geois de tou­te ent­ra­ve étran­gè­re et de rem­pla­cer un ré­gime mon­ar­chi­que par un ré­gime ré­pu­bli­cain.

L’in­ter­ven­ti­on de Jos Thorn est sa­luée par l’as­sis­tan­ce qui dé­ci­de sans plus tar­der de la for­ma­ti­on d’un so­viet com­po­sé de 13 mem­bres. Trois avo­cats, plu­sieurs in­sti­tu­teurs et em­ployés pri­vés, ain­si que des dé­lé­gués ou­vri­ers du Car­tel syn­di­cal en font par­tie. Ce so­viet est in­vité à prend­re l’in­itia­ti­ve po­li­tique de l’or­ga­ni­sa­ti­on d’une gran­de ma­ni­fes­ta­ti­on po­pu­lai­re qu’il est pré­vue de tenir au Knued­ler à Luxembourg-vil­le, le len­de­main 11 no­vem­bre en soi­rée. Les mem­bres du con­seil ou­vri­er et pay­san compt­ent ain­si pou­voir mett­re la pres­si­on po­li­tique au gou­ver­ne­ment de co­ali­ti­on pré­si­dé par le chef de fi­le de la droi­te clé­ri­ca­le, Emi­le Reuter, afin de pro­vo­quer l’in­stal­la­ti­on d’un „gou­ver­ne­ment du peup­le“.

Des tracts et des af­fi­ches ap­pelant à la ma­ni­fes­ta­ti­on po­pu­lai­re du 11 no­vem­bre sont im­pri­més pen­dant la nuit et dis­tri­bués à la po­pu­la­ti­on le len­de­main ma­tin. Et en ef­fet, des mil­liers de per­son­nes vont as­sis­ter le soir venu à cet­te gran­de ma­ni­fes­ta­ti­on, à l’oc­ca­si­on de laquel­le les ora­teurs du so­viet ré­cla­ment à nou­veau l’in­stau­ra­ti­on d’une ré­pu­bli­que po­pu­lai­re. Pen­dant la jour­née, l’étin­cel­le ré­vo­lu­ti­on­nai­re al­lu­mée à Luxembourg fi­nit par jail­lir aus­si à Esch-sur-Al­zet­te, où des dé­lé­gués ou­vri­ers ap­par­ten­ant pour l’es­sen­ti­el au syn­di­cat Berg- und Hüt­ten­ar­bei­ter-Ver­band (BHAV) fon­dent le pre­mier so­viet du bas­sin mi­nier.

En fin de ma­ti­née du 11 no­vem­bre, une dé­lé­ga­ti­on du so­viet de Luxembourg-vil­le ré­cla­me au gou­ver­ne­ment la pro­cla­ma­ti­on im­mé­dia­te de la ré­pu­bli­que, à l’oc­ca­si­on d’une ent­re­vue avec le mi­nist­re d’Etat Reuter. Mais la stra­té­gie po­li­tique que Jos Thorn fait sui­v­re au so­viet de Luxembourg-vil­le est des plus pé­ril­leu­ses: Thorn en­t­end uti­li­ser la ques­ti­on dy­nas­tique pour mett­re le gou­ver­ne­ment de co­ali­ti­on au dé­fi de mett­re en oeu­vre les re­ven­di­ca­ti­ons du con­seil d’ou­vri­ers et de paysans sous peine de se voir ac­cu­lé à la dé­mis­si­on. Le le­a­der so­cia­lis­te comp­te en ef­fet jou­er la car­te de la dé­mis­si­on de l’hom­me de con­fi­an­ce des so­cia­lis­tes au gou­ver­ne­ment de co­ali­ti­on, le mi­nist­re Nik Wel­ter, pour pro­vo­quer la chu­te du gou­ver­ne­ment Reuter et la te­nue de nou­vel­les élec­tions. Il s’avè­re alors que „l’hom­me de con­fi­an­ce“des so­cia­lis­tes est un mon­ar­chis­te con­vain­cu qui par ail­leurs n’en­t­end nul­le­ment don­ner sa dé­mis­si­on. Sous la pres­si­on du mou­ve­ment ré­vo­lu­ti­on­nai­re, le gou­ver­ne­ment Reuter re­prend alors l’in­itia­ti­ve po­li­tique et an­non­ce la te­nue d’un ré­fé­ren­dum sur la ques­ti­on dy­nas­tique.

La ques­ti­on dy­nas­tique di­vi­se les ou­vri­ers

Afin de hâ­ter la chu­te du gou­ver­ne­ment, li­bé­raux et so­cia­lis­tes dé­ci­dent en réac­tion à l’in­itia­ti­ve gou­ver­ne­men­ta­le de dé­po­ser à la Cham­bre des dé­pu­tés un ord­re du jour ré­cla­mant l’ab­di­ca­ti­on de la gran­de-du­ch­es­se. Faisant fi de l’ada­ge qu’il ne faut pas vend­re la peau de l’ours avant de l’avoir tué, les ad­ver­sai­res de la cou­ron­ne au par­le­ment cro­i­ent pou­voir ta­bler sur une ma­jo­rité sû­re à la Cham­bre pour fai­re vo­ter l’ab­oli­ti­on de la dy­nas­tie. Pour ce fai­re, ils compt­ent sur l’ap­pui du Volks­par­tei, pe­tit par­ti po­pu­lai­re is­su des rangs du syn­di­cat Berg- und Hüt­ten­ar­bei­ter-Ver­band, et dont le chef de fi­le au par­le­ment est le dé­pu­té Pier­re Kapp­wei­ler, par ail­leurs mem­bre du so­viet d’Esch-sur-Al­zet­te. Or, lorsque l’ord­re du jour li­bé­ral-so­cia­lis­te est fi­na­le­ment so­u­mis au vo­te de la Cham­bre, le 13 no­vem­bre 1918, trois dé­pu­tés du par­ti po­pu­lai­re vo­te­ront avec la droi­te clé­ri­ca­le cont­re l’ord­re du jour, les deux au­tres s’absti­en­dront. Li­bé­raux et so­cia­lis­tes ont le sen­ti­ment de s’êt­re fait du­per. La dy­nas­tie est sau­vée à l’im­mé­di­at.

Com­ment ex­pli­quer l’is­sue du vo­te du 13 no­vem­bre à la Cham­bre? Il s’avè­re que la ques­ti­on dy­nas­tique pro­vo­que de pro­fon­des di­ver­gen­ces au sein du mou­ve­ment ou­vri­er. A Esch, Kapp­wei­ler se fait trai­ter de traît­re et se­ra ex­clu du con­seil ou­vri­er. Pour­tant, bi­en des ou­vri­ers de l’épo­que sont d’avis que la ques­ti­on dy­nas­tique est tout sauf prio­ri­taire. D’au­tres af­fir­ment mê­me que la ques­ti­on dy­nas­tique est un piè­ge po­li­tique ten­du par le par­ti li­bé­ral, afin d’em­pêcher la réa­li­sa­ti­on des re­ven­di­ca­ti­ons d’ord­re so­ci­al et éco­no­mi­que for­mu­lées par le mou­ve­ment ou­vri­er. C’est notam­ment l’avis des re­s­ponsa­bles du Volks­par­tei, dont beau­coup d’élec­teurs n’ont pas ou­blié l’at­ti­tu­de in­tran­si­ge­an­te des maî­tres de for­ges li­bé­raux à l’oc­ca­si­on de la ré­pres­si­on du vas­te mou­ve­ment de grè­ve des mi­neurs et ou­vri­ers de la si­dér­ur­gie, au mois de mai de l’an­née pré­cé­den­te.

Fi­na­le­ment, la stra­té­gie choi­sie par Jos Thorn con­sis­tant à uti­li­ser la ques­ti­on dy­nas­tique pour ame­ner la chu­te du gou­ver­ne­ment Reuter a été un échec. La ques­ti­on po­li­tique du main­ti­en de la dy­nas­tie a pris le pas sur les re­ven­di­ca­ti­ons éco­no­mi­ques et so­cia­les, dont le mou­ve­ment ou­vri­er at­ten­dait la réa­li­sa­ti­on avec im­pa­ti­ence. Dès le 12 no­vem­bre 1918, l’in­itia­ti­ve po­li­tique s’est dé­pla­cée de la rue à la Cham­bre des dé­pu­tés. Le mou­ve­ment ré­vo­lu­ti­on­nai­re a mon­tré dès lors des si­gnes d’es­souf­fle­ment, du moins à Luxembourg-vil­le. Tel n’a pas été le cas dans le bas­sin mi­nier, puis­que les so­viets ou­vri­ers épau­lés par les dé­lé­ga­ti­ons syn­di­ca­les des en­tre­pri­ses ont con­ti­n­ué à main­tenir la mo­bi­li­sa­ti­on tout au long du mois de no­vem­bre.

La droi­te au­ra fi­na­le­ment réus­si à sau­ver la dy­nas­tie, avec l’ap­pui du par­ti po­pu­lai­re. Mais le gou­ver­ne­ment Reuter re­dou­tant la ca­pa­cité de mo­bi­li­sa­ti­on du mou­ve­ment ou­vri­er, se­ra ob­li­gé de lâcher du lest en faisant des con­ces­si­ons, dont l’in­tro­duc­tion de la jour­née de huit heu­res à par­tir de la mi-dé­cem­bre 1918 ne se­ra pas des moi­nd­res.

Tract du so­viet de Luxembourg ré­cla­mant l’ab­di­ca­ti­on de la gran­de-du­ch­es­se

Le le­a­der so­cia­lis­te Jos Thorn, ins­ti­ga­teur du mou­ve­ment ré­vo­lu­ti­on­nai­re de no­vem­bre 1918

Newspapers in German

Newspapers from Luxembourg

© PressReader. All rights reserved.