Sun Re­sorts veut faire de l’île aux Cerfs une île du­rable

Côte Nord - - TOURISME -

Dans notre pré­cé­dente édi­tion, nous vous avons pré­sen­té les éco- lodges de l’île aux Cerfs, une forme d’hô­tel­le­rie en har­mo­nie avec l’en­vi­ron­ne­ment. Cette dé­marche n’est pas iso­lée et fait par­tie d’un pro­jet de faire de l’île Mau­rice une île du­rable, nous ex­plique Ali Ab­dool, Sus­tai­na­bi­li­ty Ma­na­ger de Sun Re­sorts qui as­sure sa ges­tion. Une sé­rie de me­sures sont mises en place pro­gres­si­ve­ment afin que l’em­preinte car­bone sur cette île soit aus­si mi­nime que pos­sible.

« Cer­taines me­sures sont dé­jà en place de­puis des an­nées comme l'ir­ri­ga­tion du golf. Nous nous ap­pro­vi­sion­nons en­tiè­re­ment en eaux usées re­trai­tées en pro­ve­nance de l’usine de Beau Champ. L’eau est ache­mi­née par des tuyaux dont la der­nière par­tie est po­sée au fond de la mer. Ce­la évite des trans­ports coû­teux sur des barges » , as­sure M. Ab­dool. Cô­té golf tou­jours, il est in­té­res­sant de no­ter que les balles uti­li­sées sont dé­sor­mais bio­dé­gra­dables. « Ce sont des balles spé­ciales qui, quand elles tombent dans l’eau, se dé­gradent et de­viennent de la nour­ri­ture pour les pois­sons et la faune aqua­tique » . De plus, Sun Re­sorts a dé­mar­ré un pro­jet de ges­tion de dé­chets sur

l’île. « Pour le mo­ment nous for­mons notre per­son­nel à faire le tri pour qu’il puisse à son tour conseiller le pu­blic sur la fa­çon de gé­rer leurs dé­chets. Des pou­belles de tri se­ront bien­tôt ins­tal­lées sur l’île ain­si que des af­fiches ex­pli­ca­tives. Nous avons dé­jà fait l’ac­qui­si­tion d’un com­pac­teur qui va nous ai­der à ré­duire le vo­lume de dé­chets à ra­pa­trier sur la terre ferme. Cette di­mi­nu­tion du vo­lume va ré­duire le nombre de voyages qu’ef­fec­tue ac­tuel­le­ment le ca­mion benne ( qui fait la tra­ver­sée sur une barge) et pas­se­ra de deux fois par se­maine à deux ou trois fois par mois. Quant aux dé­chets or­ga­niques, nous les gar­dons pour en faire du com­post » . Sun Re­sorts tra­vaille aus­si en col­la­bo­ra­tion avec l’Uni­ver­si­té de Mau­rice ( UoM) avec la­quelle le groupe a si­gné un pro­to­cole d’ac­cord, pour un in­ven­taire de la flore pré­sente sur l’île. Il faut sa­voir que, quand Sun avait pris la ges­tion de l’île, la Mau­ri­tian Wild­life Fund avait fait don de 5 000 plantes en­dé­miques qui y ont été plan­tées. Au fil des an­nées, ces plantes se sont mé­lan­gées aux autres dé­jà exis­tantes et il nous est ap­pa­ru im­por­tant de faire un état des lieux. Un étu­diant de l’UoM se rend ré­gu­liè­re­ment sur l’île non seule­ment pour ré­per­to­rier les plantes mais aus­si pour voir leur évo­lu­tion avec l’en­vi­ron­ne­ment et les ap­ports de l’homme. Il pu­blie­ra un ou­vrage sur ses tra­vaux l’an­née pro­chaine qui dé­bou­che­ra sur la créa­tion d’une pé­pi­nière de ces plantes en­dé­miques. Celles- ci se­ront en­suite plan­tées sur d’autres sites.

Newspapers in French

Newspapers from Mauritius

© PressReader. All rights reserved.