Le re­gard de Dju­neid Dul­loo...

Côte Nord - - CULTURE -

La ve­nue de Dju­neid Dul­loo au Long Beach s’ins­crit dans le cadre de son pro­gramme d’ar­tistes ré­si­dents vi­sant à mettre en ve­dette la scène ar­tis­tique contem­po­raine mau­ri­cienne en col­la­bo­rant avec des ar­tistes lo­caux et in­ter­na­tio­naux. Avant lui, l’hô­tel du groupe Sun Re­sorts avait ac­cueilli Mor­gan Pear­son, Jim­my Ca­det et Ch­loé Ip. D’ori­gine mau­ri­cienne, Dju­neid Dul­loo dé­ve­loppe pré­co­ce­ment son goût pour l’art, ins­pi­ré de mo­tifs et de tex­tures tex­tiles à force de vi­si­ter des ma­ga­sins de tis­sus avec ses deux grands- mères cou­tu­rières. À 16 ans, sa fa­mille dé­mé­nage pour le Ke­nya quand son père prend de l’em­ploi dans une ONG in­ter­na­tio­nale. Dju­neid y trou­ve­ra l’oc­ca­sion de dé­cou­vrir les beaux- arts à tra­vers la pé­da­go­gie du Bac­ca­lau­réat International à l’International School of Ke­nya. Suite à ses études se­con­daires, il re­joint le Mas­sa­chu­setts Col­lege of Art & De­si­gn, et après deux ans, re­çoit une « bourse de ta­lent » du School of the Mu­seum of Fine Arts de Bos­ton.

En 2005, il pour­suit un échange à l’École Na­tio­nale Su­pé­rieure des Beaux- Arts de Pa­ris où il ex­pose dans la Cha­pelle des Beaux- Arts aux cô­tés de John Gal­lia­no entre autres. Pen­dant ses études, Dju­neid crée un pro­gramme d’art à di­men­sion thé­ra­peu­tique et so­ciale en col­la­bo­rant avec des en­fants des rues de Nai­ro­bi. Il re­vient à Mau­rice en 2006 pour ex­po­ser 40 ta­bleaux dans son pre­mier so­lo show à la Ga­le­rie IBL à Port Louis. En­sei­gnant tou­jours les arts plas­tiques dans une école à Ber­lin, Dju­neid Dul­loo a re­pré­sen­té l’île Mau­rice à la 56e Bien­nale de Ve­nise en 2015. Au Long Beach, Dju­neid a pu tra­vailler dans plu­sieurs es­paces tout en tes­tant de nou­velles ex­pé­riences ar­tis­tiques avec no­tam­ment le sable et autres ma­té­riaux na­tu­rels. Il a éga­le­ment ani­mé des ate­liers pour les en­fants pen­dant son sé­jour. La col­la­bo­ra­tion entre le Long Beach et Dju­neid Dul­loo a pu se faire grâce à la pla­te­forme cu­ra­to­riale The Third Dot qui dé­ve­loppe et pro­meut des pro­jets in­ter­cul­tu­rels dans les do­maines de l’art et du de­si­gn à tra­vers un ré­seau d’ar­tistes, de marques et d’es­paces d’ex­po­si­tion.

L’ex­pa­tria­tion, for­cée ou choi­sie, change la pers­pec­tive que l’on peut avoir sur ses terres d’ori­gines. L’art est un ex­cellent moyen pour ex­pri­mer ce re­gard, et Dju­neid Dul­loo le fait à mer­veille à tra­vers sa pein­ture. En ré­si­dence au Long Beach du 2 au 16 août der­niers, il a pro­duit une sé­rie de ta­bleaux qui montre sa vi­sion d’une île qui os­cille entre cli­chés tou­ris­tiques et réa­li­tés par­fois très dures.

Beau­ties on­ly

Luxe, calme et vo­lup­té ( II)

Royal palm

Ta­ma­rin bay

Newspapers in French

Newspapers from Mauritius

© PressReader. All rights reserved.