Mi­chel Bar­nier en­dosse le cos­tume de «M. Brexit»

Monaco-Matin - - France/Monde -

Le Fran­çais Mi­chel Bar­nier a pris of­fi­ciel­le­ment hier ses fonc­tions de né­go­cia­teur en chef char­gé, au nom de la Com­mis­sion eu­ro­péenne, de pré­pa­rer le Brexit. Nom­mé fin juillet par le pré­sident de la Com­mis­sion Jean-Claude Jun­cker, ce vé­té­ran des ins­ti­tu­tions bruxel­loises a choi­si une en­trée en ma­tière dis­crète. Il compte d’abord son­der les 27 États membres – il a dé­jà eu des consul­ta­tions «construc­tives» jeu­di à Ber­lin avec le chef de la di­plo­ma­tie al­le­mande Franck-Wal­ter Stein­meier –, sans pas­ser par Londres dans un pre­mier temps. Pour Bruxelles, en ef­fet, il n’est pas ques­tion de né­go­cier avec les Bri­tan­niques tant qu’ils n’au­ront pas ac­ti­vé la « clause de re­trait » (l’ar­ticle 50 du trai­té de Lis­bonne de 2009). Et ce­la ne de­vrait pas sur­ve­nir avant dé­but 2017, a dé­cla­ré ré­cem­ment la Pre­mière mi­nistre bri­tan­nique, The­re­sa May. Âgé de 65 ans, cet an­cien mi­nistre des Af­faires étran­gères de Jacques Chi­rac, qui passe pour un an­ti-Bri­tan­nique no­toire au­près des mi­lieux eu­ros­cep­tiques à Londres, s’at­tend à des né­go­cia­tions dures. Il fut no­tam­ment, en tant que com­mis­saire au Mar­ché in­té­rieur et aux ser­vices fi­nan­ciers de 2010 à 2014, l’ar­chi­tecte de l’Union ban­caire eu­ro­péenne, y ga­gnant la ré­pu­ta­tion de « bête noire de la Ci­ty» de Londres.

(Pho­to AFP)

L’an­cien mi­nistre des Af­faires étran­gères fran­çais et com­mis­saire eu­ro­péen s’at­tend à de dures né­go­cia­tions.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.