Hon­grie: le ré­fé­ren­dum sur les mi­grants in­va­li­dé

Monaco-Matin - - Monde -

Le Pre­mier mi­nistre hon­grois Vik­tor Or­ban a connu hier un re­vers élec­to­ral, son ré­fé­ren­dum contre le plan de l’Union eu­ro­péenne sur ac­cueil des ré­fu­giés étant en voie d’in­va­li­da­tion faute de quo­rum, mal­gré la large avance du «non». Quelque 8,3 mil­lions d’élec­teurs étaient ap­pe­lés à ré­pondre à la ques­tion : «Vou­lez-vous que l’Union eu­ro­péenne dé­crète une re­lo­ca­li­sa­tion obli­ga­toire de ci­toyens non-hon­grois en Hon­grie sans l’ap­pro­ba­tion du Par­le­ment hon­grois?»

 % de « non » ?

La Hon­grie n’a pro­po­sé à ce jour au­cune place d’ac­cueil de ré­fu­giés re­lo­ca­li­sés et sou­hai­tait, par ce ré­fé­ren­dum, s’af­fran­chir de toute obli­ga­tion de contri­buer à l’ef­fort eu­ro­péen de ré­par­ti­tion des mi­grants. Se­lon de pre­mières es­ti­ma­tions an­non­cées hier soir par le vice-pré­sident du par­ti Fi­desz au pou­voir, Ger­ge­ly Gu­lyas, les op­po­sants aux re­lo­ca­li­sa­tions de ré­fu­giés au sein de l’UE l’em­por­te­raient de très loin (95%). Mais avec une par­ti­ci­pa­tion éva­luée à 45%, la consul­ta­tion à forte va­leur sym­bo­lique ini­tiée par le chef de l’exé­cu­tif hon­grois n’au­ra pas force lé­gale. An­ti­ci­pant une pos­sible vic­toire contra­riée par l’abs­ten­tion, Vik­tor Or­ban n’a ces­sé d’in­sis­ter sur le fait que la prio­ri­té était le pourcentage at­teint par le «non». Et a af­fir­mé mal­gré tout, hier en mi­lieu de soi­rée, que l’Union eu­ro­péenne «ne [pour­rait] pas im­po­ser sa vo­lon­té à la Hon­grie ».

(Pho­to AFP)

Le Pre­mier mi­nistre Vik­tor Or­ban a es­sayé hier de mi­ni­mi­ser ce re­vers élec­to­ral.

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.