Le drone, nou­velle arme an­ti-loup

Ch­ris­tian Es­tro­si est al­lé à la ren­contre des éle­veurs à Col­mars dans les Alpes-de-Hau­teP­ro­vence pour an­non­cer une bat­te­rie de me­sures pour la dé­fense du pastoralisme en Pa­ca

Monaco-Matin - - La Une - ERIC GALLIANO egal­lia­no@ni­ce­ma­tin.fr

Je veux que l’on re­parte à la conquête du pastoralisme ,a mar­te­lé hier Ch­ris­tian Es­tro­si. Le pré­sident de la ré­gion Pro­vence-Alpes-Côte d’Azur est al­lé à la ren­contre des éle­veurs, dans les Alpes-de-Haute-Pro­vence. Mais la bat­te­rie de me­sures an­non­cée à Col­mars ne lais­se­ra pas in­dif­fé­rents les pro­fes­sion­nels azu­réens et va­rois de cette fi­lière agri­cole qui compte près de 2000 éle­veurs en Pa­ca. Leur bête noire, c’est bien sûr le loup. Et tant pis si Pas­ca­line Cou­sin rap­pelle qu’ici, «dans le HautVer­don, les at­taques ont bais­sé de quelque pour cent l’an pas­sé et, sur­tout, le nombre de bêtes tuées a été di­vi­sé par deux». No­tam­ment grâce aux bri­gades de tir qui ont été au­to­ri­sées à pré­le­ver 36 loups à l’échelle na­tio­nale cette an­née en­core.

Drones équi­pés de ca­mé­ra ther­mique

Il n’en de­meure pas moins que l’ani­mal «se porte bien», re­con­naît, un peu mal­adroi­te­ment, JeanLouis Blanc, le dé­lé­gué in­ter­ré­gio­nal de l’of­fice na­tio­nal de la chasse et de la faune sau­vage. Il n’en fal­lait pas plus pour pro­vo­quer la co­lère des éle­veurs ras­sem­blés ce mar­di à Col­mars. Pour eux, les chiffres du mi­nis­tère sont tout sim­ple­ment faux (voir par ailleurs). «On ne sait même pas com­bien il y a de loups exac­te­ment », dé­plore Ch­ris­tian Es­tro­si. Pour y re­mé­dier, le pré­sident de la Ré­gion a une so­lu­tion: le drone! La col­lec­ti­vi­té ter­ri­to­riale va «ex­pé­ri­men­ter» cet ou­til afin de «mieux re­pé­rer le prédateur lors des bat­tues». Pas ques­tion d’équi­per ces oi­seaux mé­ca­niques d’armes lé­tales. En re­vanche un dis­po­si­tif de ca­mé­ras ther­mo­gra­phiques à in­fra­rouge per­met­tra se­lon JeanBap­tiste Pié­tri de Drone 06 de «car­to­gra­phier les sites d’at­taques» et de « suivre les dé­pla­ce­ments des meutes». Ces pe­tits ap­pa­reils peuvent fi­ler à 90 km/h. Le re­cours à une aile vo­lante au­to­ma­ti­sée of­fri­rait une au­to­no­mie de 2 heures, de quoi cou­vrir 80 à 100 hec­tares par jour en sui­vant un plan de vol pré­dé­fi­ni. Pour ap­por­ter «à moindre coût », in­siste Jean-Bap­tiste Pié­tri, «un socle de connais­sances scien­ti­fiques» pour per­mettre une meilleure ré­gu­la­tion du loup.

Dé­ro­ga­tion à la conven­tion de Berne

Une es­pèce qui, pour Ch­ris­tian Es­tro­si, «n’est plus en dan­ger mais en voie de pro­li­fé­ra­tion». Du coup, le pré­sident de la Ré­gion en­tend bien mo­bi­li­ser les ser­vices ju­ri­diques de la col­lec­ti­vi­té afin de sai­sir la com­mis­sion per­ma­nente de la conven­tion de Berne, qui pro­tège le loup, pour ob­te­nir une dé­ro­ga­tion ré­gio­nale comme ce­la a été fait en Ita­lie ou en Es­pagne. Il sou­haite as­so­cier à cette dé­marche la ré­gion Rhône-Alpes, pré­si­dée par son «ami» Laurent Wau­quiez et des ré­gions ita­liennes, telles que la Li­gu­rie et le Pié­mont, ou en­core cer­tains can­tons suisses. La consé­quence, si cette re­quête al­lait à son terme, pour­rait être des au­to­ri­sa­tions de pré­lè­ve­ment su­pé­rieures. Et pour que les tirs fassent mouche, la Ré­gion veut éga­le­ment ache­ter du ma­té­riel de vi­sion noc­turne pour équi­per les bri­gades de pré­lè­ve­ment. « Nous met­trons ce ma­té­riel à dis­po­si­tion de l’État. Ça ne lui coû­te­ra pas un cen­time. Et on ver­ra bien alors la dé­ter­mi­na­tion de ce gou­ver­ne­ment à lut­ter contre la pro­li­fé­ra­tion du loup» ,ai­guillonne l’élu ni­çois de­vant un pu­blic d’éle­veurs qui va éga­le­ment pou­voir comp­ter sur des aides fi­nan­cières.

 M€ de fi­nan­ce­ments

Le pré­sident de Pa­ca a an­non­cé le dé­blo­cage d’une en­ve­loppe sup­plé­men­taire de 750000 eu­ros pour fi­nan­cer des équi­pe­ments pas­to­raux et des opé­ra­tions d’hé­li­por­tage. Aux­quels s’ajou­te­ront 300000 eu­ros dé­diés au lan­ce­ment d’une cam­pagne de pro­mo­tion du pastoralisme. Pas seule­ment parce que cette ac­ti­vi­té fait par­tie de « la tra­di­tion de nos ter­ri­toires», in­siste Ch­ris­tian Es­tro­si. Mais parce qu’elle per­met « le main­tien de l’em­ploi et de fa­milles en­ra­ci­nées sur cette terre». «Si elle dis­pa­raît de­main ce sont les ad­mi­nis­tra­tions que l’on se bat pour conser­ver dans nos mon­tagnes qui vont aus­si dis­pa­raître.»

(Pho­tos Frantz Bou­ton)

Dé­mons­tra­tion de drone équi­pé de ca­mé­ras ther­mo­gra­phiques pour pro­té­ger les trou­peaux et suivre les meutes de loups hier à Col­mars ().

Newspapers in French

Newspapers from Monaco

© PressReader. All rights reserved.